Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Annexe :
    probablement d’origine, chapelle Saint-Piat, murs sud et nord, à environ 3m50 du sol. Chapiteau bénitier, bras , galerie Saint-Jean-Baptiste. Croix monumentale (sans le Christ). Ensemble de 2, bois, appliquées sur les . LOBIN TOURS 1861. Décor archéologique en encadrement, effigies de saint Louis, saint François d'Assise , chapelle Saint-Joseph (anciennement Saint-Julien). Autel secondaire, calcaire, 1872, inscription : Consecr le côté gauche : C.D.XV.DEC./ MDCCCLX./A.LE.EP. CARNUTENSI., chapelle des Confesseurs ou de Saint , croix et chrismes, crypte, chapelle Saint-Clément. Autel, pierre polychrome et dorée, 1860, style néo -gothique. Inscription sur le côté gauche : C.D. XVII. OCT MDCCCLX./A.L.T. EP. BLESENI., crypte Saint-Lubin inscription sur le côté : C.D. XVIII. OCT. MDCCCLX./A.R.E.P. CORISOPITENSI, crypte, galerie Saint-Jean Pilier Clôture basse de chapelle, fer peint, 4e quart 19e siècle, décor de volutes, chapelle Saint-Joseph . Ensemble de 3, chapelle Saint-Clément et troisième chapelle rayonnante sud. Lustre d'église. Ensemble de 2
    Illustration :
    Peintures murales dans la chapelle Saint-Clément, crypte (circa 1200). IVR24_19962800140VA Porte fermant la galerie Saint-Jean-Baptiste, crypte (milieu 17e siècle, chêne Le trésor exposé dans la chapelle Saint-Piat de 1961 à 2000. IVR24_19962800032X
    Texte libre :
    pèlerinage en Terre Sainte, ou encore Chemin de la Jérusalem céleste, tel une représentation de la vie constitué autour des reliques vénérées de saints personnages, recueillies depuis les premiers siècles chrétiens et déposées dans des reliquaires de métal précieux exposés à la ferveur religieuse. Saint Piat considération particulière. D'autres reliques jouissent également d’un grand prestige : le "chef" de sainte Anne remis au chapitre au début du 13e siècle, une épine de la Couronne du Christ donnée par saint Louis, les ossements de saint Calétric, évêque de Chartres, de saint Tugdual, évêque de Tréguier ou encore de saint rayonnement de l'édifice est le Voile de la Vierge, ou Sainte-Chemise, présent supposé de Charles le Chauve en commandes se multiplient avec l'arrivée des restes saints, et l'affluence des dons et largesses de toute incontestablement la Sainte-Châsse qui renferme le Voile de la Vierge. Estienne la décrit comme "faite de bois de emplacements : derrière le maître-autel dans « les Corps saints » ou « Troisième trésor » où est exposé
    Référence documentaire :
    HEITZ, Carol. Autels et fêtes de saints (VIIIe-XIe siècle). Cahier Saint-Michel de Cuxa, 1982, 13 BEURDELEY, Michel. La France à l'encan 1789-1799. Exode des objets d'art sous la Révolution BIMBENET-PRIVAT, Michèle. Les Orfèvres parisiens de la Renaissance 1506-1620. Paris : Commission LEFEVRE-PONTALIS, Eugène. Le Puits des saints-Forts et les cryptes de la cathédrale de Chartres VACANT, Jean Michel, MANGENOT, Eugène, AMANN, Émile (dir). Dictionnaire de théologie catholique Renaissance. Paris : Veuve A. Morel, 1874, 6 volumes, Saint-Julien : De Sancey, 1980, 6 volumes, réédition. l’exception de la sainte châsse). Bulletin de la SAEL, n° 35, Chartres, 4e trimestre 1992, p. 193-200. JUSSELIN, Maurice. La Sainte ampoule de Marmoutier au sacre de Henri IV. Mémoires de la SAEL, tome ROUILLARD, Christian. Le Purgatoire de tous les saints : un siècle de statuaire religieuse 1860
1