Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Chartres : modèle du buste de Louis Pasteur
    Chartres : modèle du buste de Louis Pasteur Chartres - 29 cloître Notre-Dame - en ville
    Historique :
    Richer et inauguré le 7 juin 1903 à Chartres sur la place Saint-Michel (actuelle place de la République).
  • Chartres : monument à Louis Pasteur
    Chartres : monument à Louis Pasteur Chartres - place de la République - en ville
    Annexe :
    définitivement fixé place Saint Michel le 12 mars 1902. L'inauguration eut lieu le dimanche 7 juin 1903, lors du Gouvernement, Brelet, préfet d'Eure-et-Loir, Vinet et Labiche, sénateurs, Lhopiteau et de Saint-Pol, députés s'étendre ensuite uniforme et monotone, jusqu'à Chateauneuf, la petite commune de Saint-Germain-la-Gâtine sa fière silhouette sur la ligne d'horizon. C'est en effet tout près de Saint-Germain que la scène se précédent et cultivateur à Saint-Germain-la-Gâtine. Derrière ces trois spectateurs, un autre docteur, le Dr
    Illustration :
    Le monument Pasteur place Saint-Michel, son premier emplacement. (L'Illustration, n° 4164, 23
    Historique :
    20 juin 1902. Le monument est inauguré le 7 juin 1903 sur la place Saint-Michel à Chartres (décision
  • Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Clôture de choeur ou Tour du choeur Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville
    Description :
    conservé dans l'ancienne chapelle Saint-Martin située dans la seconde travée méridionale. Au-dessus, la Saint-Martin, la troisième sur l'escalier menant au mécanisme de l'horloge astrolabique, et la dernière , dont une Charité de saint Martin, qui pourrait provenir de l'autel de l'ancienne chapelle du Tour du craie de Vernon (Eure), fine et blanche, pour les parties basses et la pierre de Saint-Leu (Oise), plus , François marchand, Pierre Legros, Jean-Baptiste Tuby et Simon Mazière), en pierre de Saint-Aignan (Loiret
    Annexe :
    des scènes à exécuter étaient souvent joints aux commandes. Le chanoine Michel Manterne, chargé de Couronnement au Ciel et son Triomphe aux côtés de la Sainte Trinité. Après la Nativité, la vie du Christ vient Temple et le Massacre des saints Innocents sur ordre du roi Hérode Le Grand, ainsi que le bas-relief de sculptés en pierre de Saint-Aignan par Thomas Boudin en 1611-1612. Il est le seul sculpteur à travailler Résurrection, les saintes Femmes au Tombeau et les scènes de l’Apparition aux Pèlerins d’Emmaüs et de l’Apparition à saint Thomas. Aux dernières travées nord, deux scènes figurent les ultimes moments de la Vie
    Illustration :
    Aspect d'origine de la claire-voie (ancienne chapelle Saint-Martin, deuxième travée sud chapelle Saint-Jean l'Evangéliste et sur les pilastres adjacents (quatorzième travée nord Incrédulité de saint Thomas (Thomas Boudin, 1610-1611). IVR24_19992800247V Clefs de voûte ornées de têtes d'ange, voûte de la niche des "Saintes Femmes au Tombeau" (treizième Décor d'oiseaux picorant des fruits et coquilles, chute d'objets, Sainte Chemise et date 1529
    Auteur :
    [concepteur] Manterne Michel
    Texte libre :
    pour assurer la conception architecturale du monument. Le chanoine Michel Manterne, chancelier et nord, commence la décoration de la chapelle Saint-Guillaume, la plus proche du transept au nord. Quatre chapelle Saint-Guillaume est terminée pour la fête de Pentecôte de 1515 et la suivante, dédiée à Saint-Jean l’Évangéliste, le 18 janvier 1517. Au sud, dans la première travée, la chapelle Saint-Lubin à laquelle on accède la fin de l'année 1519 et la chapelle Saint-Martin, dont la porte flamboyante s'orne d'une figurine de Jésus au Temple et le Massacre des saints Innocents, sont placés au sud. Peu à peu, les scènes servaient de chambres aux marguilliers. La chapelle Saint-Lubin, peut-être déjà désaffectée, devient alors
    Représentations :
    sainte Anne
    Référence documentaire :
    BEAULIEU, Michèle, THIRION, Jacques. Description raisonnée des sculptures de la Renaissance , XIIIe-XVIe siècle. Saint-Lô : Conseil général de la Manche, collection Patrimoine, 2004, 2 volumes. BIMBENET-PRIVAT, Michèle, CLOULAS, Ivan. Renaissance en France. Paris : La Martinière, 1997. CLOULAS, Ivan. Charles VIII et le mirage italien. Paris : Albin Michel,1987. GABORIT, Jean-René (dir). Michel Colombe et son temps. Paris : Comité des Travaux Historiques et GUILLET DE SAINT-GEORGES. Laurent Magnier. Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres . Paris : Albin Michel, 1961. VACANT, Jean Michel, MANGENOT, Eugène, AMANN, Émile (dir). Dictionnaire de théologie catholique [Exposition. Poitiers, musée Sainte-Croix, avril-septembre 2006]. Renaissance d'un château LEPROUX, Guy-Michel. La Corporation des peintres et sculpteurs à Paris dans les premières années du
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Annexe :
    probablement d’origine, chapelle Saint-Piat, murs sud et nord, à environ 3m50 du sol. Chapiteau bénitier, bras , galerie Saint-Jean-Baptiste. Croix monumentale (sans le Christ). Ensemble de 2, bois, appliquées sur les . LOBIN TOURS 1861. Décor archéologique en encadrement, effigies de saint Louis, saint François d'Assise , chapelle Saint-Joseph (anciennement Saint-Julien). Autel secondaire, calcaire, 1872, inscription : Consecr le côté gauche : C.D.XV.DEC./ MDCCCLX./A.LE.EP. CARNUTENSI., chapelle des Confesseurs ou de Saint , croix et chrismes, crypte, chapelle Saint-Clément. Autel, pierre polychrome et dorée, 1860, style néo -gothique. Inscription sur le côté gauche : C.D. XVII. OCT MDCCCLX./A.L.T. EP. BLESENI., crypte Saint-Lubin inscription sur le côté : C.D. XVIII. OCT. MDCCCLX./A.R.E.P. CORISOPITENSI, crypte, galerie Saint-Jean Pilier Clôture basse de chapelle, fer peint, 4e quart 19e siècle, décor de volutes, chapelle Saint-Joseph . Ensemble de 3, chapelle Saint-Clément et troisième chapelle rayonnante sud. Lustre d'église. Ensemble de 2
    Illustration :
    Peintures murales dans la chapelle Saint-Clément, crypte (circa 1200). IVR24_19962800140VA Porte fermant la galerie Saint-Jean-Baptiste, crypte (milieu 17e siècle, chêne Le trésor exposé dans la chapelle Saint-Piat de 1961 à 2000. IVR24_19962800032X
    Texte libre :
    pèlerinage en Terre Sainte, ou encore Chemin de la Jérusalem céleste, tel une représentation de la vie constitué autour des reliques vénérées de saints personnages, recueillies depuis les premiers siècles chrétiens et déposées dans des reliquaires de métal précieux exposés à la ferveur religieuse. Saint Piat considération particulière. D'autres reliques jouissent également d’un grand prestige : le "chef" de sainte Anne remis au chapitre au début du 13e siècle, une épine de la Couronne du Christ donnée par saint Louis, les ossements de saint Calétric, évêque de Chartres, de saint Tugdual, évêque de Tréguier ou encore de saint rayonnement de l'édifice est le Voile de la Vierge, ou Sainte-Chemise, présent supposé de Charles le Chauve en commandes se multiplient avec l'arrivée des restes saints, et l'affluence des dons et largesses de toute incontestablement la Sainte-Châsse qui renferme le Voile de la Vierge. Estienne la décrit comme "faite de bois de emplacements : derrière le maître-autel dans « les Corps saints » ou « Troisième trésor » où est exposé
    Référence documentaire :
    HEITZ, Carol. Autels et fêtes de saints (VIIIe-XIe siècle). Cahier Saint-Michel de Cuxa, 1982, 13 BEURDELEY, Michel. La France à l'encan 1789-1799. Exode des objets d'art sous la Révolution BIMBENET-PRIVAT, Michèle. Les Orfèvres parisiens de la Renaissance 1506-1620. Paris : Commission LEFEVRE-PONTALIS, Eugène. Le Puits des saints-Forts et les cryptes de la cathédrale de Chartres VACANT, Jean Michel, MANGENOT, Eugène, AMANN, Émile (dir). Dictionnaire de théologie catholique Renaissance. Paris : Veuve A. Morel, 1874, 6 volumes, Saint-Julien : De Sancey, 1980, 6 volumes, réédition. l’exception de la sainte châsse). Bulletin de la SAEL, n° 35, Chartres, 4e trimestre 1992, p. 193-200. JUSSELIN, Maurice. La Sainte ampoule de Marmoutier au sacre de Henri IV. Mémoires de la SAEL, tome ROUILLARD, Christian. Le Purgatoire de tous les saints : un siècle de statuaire religieuse 1860
  • Chartres : cathédrale Notre-Dame
    Chartres : cathédrale Notre-Dame Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Description :
    nord, communicant par un couloir avec le déambulatoire et éclairée par trois baies. La chapelle Saint
    Illustration :
    Clochette de basilique frappée de la Sainte chemise, ancien emblème du chapitre Vue du déambulatoire, côté sud. A gauche, l'escalier d'accès à la chapelle Saint-Piat ; à droite Le chevet et la chapelle Saint-Piat à gauche. IVR24_20052800013VA Crypte, galerie Saint-Jean-Baptiste (galerie sud). IVR24_19982800161XA La chapelle Saint-Piat reliée à la cathédrale par l’escalier à gauche ; située à l'étage inférieur
    Texte libre :
    édifice modeste dont seul est conservé le caveau Saint-Lubin, dont le plan et l'orientation ont déterminé qui l'abrite est surélevé d'un niveau pour accueillir la chapelle Saint-Piat, destinée à l'ostentation des reliques du saint, qui font l'objet de dévotions et de pèlerinages anciens. La construction débute cathédrale est élevée par le Saint-Siège à la dignité honorifique d'Insigne basilique, en raison de , quant à elle, arriver à son terme en 2022. La restauration extérieure de la chapelle Saint-Piat et de la
    Représentations :
    vie du Christ vie de la Vierge personnage biblique personnage profane saint Evangéliste Apôtre roi
    Historique :
    d'une crypte en forme de fer à cheval, implantée au-dessus du caveau Saint-Lubin de l'édifice édifié -dessus de celle-ci, entre environ 1327 et 1356, celle de la chapelle Saint-Piat, destinée à accueillir les reliques du saint. A partir de 1417, la chapelle de Vendôme est élevée par Geoffroy Sevestre entre
    Référence documentaire :
    AUBOUIN, Michel. Une Histoire de la Beauce. Chambray-lès-Tours : C.L.D., 1995. Triomphe de la Sainte Vierge dans l’église de Chartres, dessinées par N. de Larmessin en 1697). Rennes : F JAMES, John. Les Maîtres constructeurs de Chartres. Chartres : Jean-Michel Garnier, 1991. LENIAUD, Jean-Michel. Les Cathédrales au XIXe siècle (étude du service des édifices diocésains saints-Forts. Paris : E. Leroux, 1902. PINSARD, Michel (dir). La Grâce d'une cathédrale - Chartres. Paris : La Nuée Bleue, 2013. Souvenirs de la Fête solennelle de Sainte-Enfance célébrée à la cathédrale de Chartres. Chartres VILLETTE, Jean. Les Portails de la cathédrale de Chartres. Chartres : Jean-Michel Garnier, 1994. MERLET, Lucien. Lettres de saint Yves. Mémoires de la SAEL, tome VIII, Chartres, 1885.
1