Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
  • Logis dit Nouveau logis de Charles VIII sur les jardins
    Logis dit Nouveau logis de Charles VIII sur les jardins Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Description :
    l'ordre de Saint-Michel. Dans l'ébrasement des baies, côté jardin, apparaît un décor sculpté très restauré
    Annexe :
    proximité du modèle architectural qui existe avec celui de la tour-porche du logis Saint-Ouen à Rouen qui
    Représentations :
    ordre de saint Michel
    Historique :
    donnant sur la cour ; alors que du côté de Saint-Florentin le mur restait aveugle. Le nouveau logis de
    Référence documentaire :
    dommages de guerre à réaliser au château d'Amboise : chapelle Saint-Hubert, tour Garçonnet, pavillon des restaurations de la chapelle Saint-Jean (1963).
  • Maison (11 rue de l'Entrepont)
    Maison (11 rue de l'Entrepont) Amboise - 11 rue de l'Entrepont - en ville
    Description :
    tradition amboisienne. La sablière de chambrée reçoit les tournisses et les guettes des croix de Saint-André croix de Saint-André séparées par une entretoise. Ces croix assurent le décor de la façade sans réel par l'emploi de croix de Saint-André et l'absence de bois au rez-de-chaussée. Les bois constituant les croix de Saint-André présentent une largeur de 12,3 cm de large et les autres de 14,7 cm. La même répartition des largeurs de bois a été constatée au 42 rue de la Concorde ou au 54 place Michel Debré, qui possèdent également des panneaux à croix de Saint-André.
    Historique :
    . Sa façade constituée de larges croix de Saint-André et d'autres plus étroites montre des
  • Tour Heurtault
    Tour Heurtault Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Description :
    centre un collier de l'ordre de Saint-Michel, avec ses coquilles. Une voûte d'ogives couvre l'intérieur
    Annexe :
    encore observer, aux côtés du collier de l'ordre de Saint-Michel, des épées flammées, symbole que Charles
    Illustration :
    Vue d'une clef de voûte : saint Michel terrassant le dragon (vue rapprochée). IVR24_20083700696NUCA Vue d'une clef de voûte : saint Michel terrassant le dragon. IVR24_20083700697NUCA
    Représentations :
    ordre de saint Michel
    Référence documentaire :
    CLOULAS, Ivan. Charles VIII et le mirage italien. Paris : Albin Michel, 1986. 277 p.
  • Maison (35 rue Nationale)
    Maison (35 rue Nationale) Amboise - 35 rue Nationale - en ville
    Description :
    façades du 42 rue de la Concorde, du 12 rue Newton ou du 54 place Michel Debré, des pilastres sculptés panneaux à croix de Saint-André s'organisent sur deux registres. Au centre, s'ouvre une ancienne croisée
  • Maison (5 place Saint Denis)
    Maison (5 place Saint Denis) Amboise - 5 place Saint-Denis - en ville
    Titre courant :
    Maison (5 place Saint Denis)
    Description :
    La façade qui avançait sur la place Saint-Denis a été reconstruite en retrait dans un style propre l'enceinte, est proche de celles du 40 place Michel Debré ou du 12 rue Newton.
    Illustration :
    Vue générale du 5 place Saint-Denis : la façade porte une croupe résultant d'un alignement du XIXe
    Historique :
    Cette maison, sise au faubourg Saint-Denis, a connu des travaux d'alignement de sa façade au XIXe
    Localisation :
    Amboise - 5 place Saint-Denis - en ville
  • Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo)
    Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo) Amboise - 46 rue Victor-Hugo - en ville
    Description :
    celui du 8 ou du 52 place Michel Debré, les deux bâtiments de la parcelle auraient ainsi été séparés par aurait été une porte ouvrant sur la galerie joignant les deux maisons, comme aux 8 et 52 place Michel poinçon et aux arbalétriers, disposition déjà rencontrée au 46 place Michel Debré. La seconde maison La Saint-André à gauche et un hourdis de briques soigné. La largeur moyenne des bois employés est de 14 cm Saint-André forment le niveau du surcroît. Les dispositions de la charpente à fermes et à pannes sont en
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Description :
    rue de la Concorde, de la place Michel Debré, de la rue Victor Hugo, de la rue Newton, de la rue
    Illustration :
    Vue de la place Michel Debré (n°38) depuis le promontoire du château. IVR24_20083700107NUCA Vue de la montée Abd el-Kader, depuis la chapelle Saint-Hubert. IVR24_20083700118NUCA L'église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves depuis le bord de Loire. IVR24_20073700596NUCA
    Texte libre :
    facilitée par l'île d'Or et l'île Saint-Jean (à présent rassemblées) et par la largeur de la Loire (700 m la Concorde (ancienne rue blésienne), puis la rue Nationale (ancienne grande rue Saint-Denis). Grâce Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Des sarcophages qualifiés de mérovingiens consacre l'église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Florentin construite dans l'enceinte du château en 1030 fasse remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début déjà de l'emplacement de la paroissiale Saint-Florentin-en-Grèves à la tour Féalen (visible rue du Notre-Dame-et-Saint-Florentin, sise en l'enceinte du château, ne soit plus paroissiale mais seulement débris de construction sont jetés au pied du château (sur l'actuelle place Michel Debré). La ville est combles le grenier à blé car l'ancienne annonerie est transformée en nouvelle église Saint-Florentin-en est enfin mise en place et l'église Saint-Florentin achevée de couvrir. La cour vient
    Historique :
    et l'autre, de l'autre côté de la Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Dès l'église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Florentin construite dans l'enceinte du château en 1030 (et remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début du XIIe
    Référence documentaire :
    346. Documents sur la collégiale Saint-Florentin d'Amboise. 1491-1789. 345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 Q 2. Inventaire de la chapelle Saint-Roch. 22 février Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 Q 2. Inventaire de la chapelle Saint-Mamers. 1er Fontaine, ville d'Amboise (paroisse de Saint-Denis). 1702-1789. , aménagement du parvis du château et des abords de l'église Saint-Florentin. 1993. tour de l'Horloge (1956) ; rapport sur la remise en état de la chapelle Saint-Jean, 1963 ; rapport sur restaurations de l'église Saint-Florentin : le fenestrage (1951), la charpente, la sculpture et la maçonnerie (1963) ; rapport sur la remise en état du bas-côté Nord de l'église Saint-Denis-Hors-Les-Murs (1970 Saint-Donatien au Moyen Âge et à l'époque moderne. Cahier d'archéologie n°14, Orléans, 2008.
  • Présentation du patrimoine d'Amboise aux 15e et 16e siècles
    Présentation du patrimoine d'Amboise aux 15e et 16e siècles Amboise
    Illustration :
    Carte postale datée du 9 avril 1920, présentant l'actuelle place Michel Debré avant les travaux Vue ancienne du château et de la ville du côté du faubourg Saint-Thomas au Sud-Est de la ville Maison à pan de bois, datée de 1504 et 1543 (52 place Michel Debré). IVR24_20073700613NUCA
    Texte libre :
    saint Michel sur son pignon côté Loire. De la « ville-château » à la « ville-chantier » Au-delà de la était percée de trois portes principales - la porte du Pont, la porte Saint-Denis (ou Galaffre) et la Tripière, la porte Saint-Simon, la porte sur le Port et la porte des Bons Hommes. Également précédées de moyens, la ville parvint, avec le concours de la confrérie Notre-Dame-et-Saint-Nicolas, à se doter de , Saint-Aignan et La Ronde « près Loches ». Leur distance par rapport au chantier était variable, de 2 km les carrières, le quartier de Saint-Aignan mesurant en moyenne 2,5 pieds de long, contre 2 pieds chantier religieux - la construction de l'église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves - dut jouer un longeant le château, à savoir la rue de la Concorde et la place Michel Debré, soit dans l'emprise de la panneaux de croix de Saint-André montre une préférence pour ces dernières sur les maisons ornées. Le limite la qualité -, la technique mise en oeuvre au 54 place Michel Debré (1512 [d]) fait exception : son
  • Amboise : secteur urbain du faubourg Saint-François
    Amboise : secteur urbain du faubourg Saint-François Amboise
    Titre courant :
    Amboise : secteur urbain du faubourg Saint-François
    Description :
    Définir la limite entre les faubourgs Saint-François et Saint-Denis n'est pas chose aisée. Ce
    Annexe :
    Le faubourg Saint-François dans les comptabilités amboisiennes Les comptabilités amboisiennes rendent compte d'un puits au faubourg Saint-François : - Archives communales d'Amboise, CC109, f°30v puiz de la Magdalene ». D'autres comptes mentionnent le puits Saint-Ladre, mais étant donné la proximité de la Madeleine et de la chapelle Saint-Ladre, il s'agit très certainement du même puits puiz estant pres la chappelle de saint Ladre ». La barrière marquant l'entrée du faubourg Saint au faubourg de Saint Denis, la deuxieme pres la maison Saint Ladre la tierce [...] ». - Archives de boys de troys toizes de long et demy pié en carré emploier a faire la barre pres Saint Ladre ». En communales d'Amboise, CC 198, f° 7 : « Au nom des freres Cordelliers du couvent de Saint Francoys, laditte la ville, notamment le chemin venant de Tours par le faubourg Saint-François : - Archives communales d'Amboise, CC 108, f° 44 v° : « [...] Curer le chemin pres Saint-Françoys a la venue de la royne ».
    Historique :
    s'agirait de la salle du chapitre de l'ordre de Saint-Michel, créé à Amboise en août 1469 par Louis XI (1461 Situé au nord-ouest de la ville, le faubourg Saint-François tient son nom du couvent des Cordeliers - ordre mendiant fondé par saint François d'Assise en Italie au XIIIe siècle - reconstruit à l'initiative Madeleine ainsi que la chapelle Saint-Ladre ou Saint-Lazare. Le logis des Sages ou la Madeleine (parcelle le faubourg Saint-François. Saint-Ladre (parcelle 300 du plan cadastral dit napoléonien) La Saint-Ladre. La construction de la chapelle de la léproserie remonte au début du XVIe siècle. Elle fut , vers le milieu du XVIe siècle, cette chapelle accueillit la statue de la Madeleine de l'église Saint était voûté d'ogives. L'église abritait entre autres chapelles celles de Saint-Jean et de Saint-Jacques
  • Maison (42 rue de la Concorde)
    Maison (42 rue de la Concorde) Amboise - 42 rue de la Concorde - en ville
    Description :
    de plancher. L'armature secondaire se compose de panneaux à croix de Saint-André et de panneaux où 12,7 cm. Les guettes et les tournisses mises en oeuvre pour les croix de Saint-André sont légèrement brique soigné. Les croix de Saint-André dynamisent la façade et les décharges montant de part et d'autre délicats. Cette façade est à rapprocher de celle du 54 place Michel Debré. À l'intérieur, au premier étage
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville - Cadastre : 2019 BI 151 à 157 ; 159 à 160 ; 176 à 177 ; 194
    Annexe :
    . Michèle Quentin et Charlène Potillion, spécialisées dans l'histoire des jardins et travaillant au sein de ainsi dédommagé en 1496 : - Fondation Saint-Louis, compte de construction du château d'Amboise pour 1495-1496 (Fondation Saint-Louis, compte de construction du château d'Amboise pour l'année 1495-1496, f
    Statut :
    propriété privée La Fondation Saint-Louis est une institution reconnue d’utilité publique pour
    Illustration :
    La chapelle Saint-Hubert encadrée de quatre tilleuls et de massifs de buis. IVR24_20193700426NUCA
    Texte libre :
    tours permettent d'admirer le panorama sur la Loire. La chapelle Saint-Hubert au sud dont l’allée
    Historique :
    décision du Comte de Paris, président de la Fondation Saint-Louis qui gère dorénavant le site. A partir de
    Contributeur :
    Redacteur Quentin Michèle
    Référence documentaire :
    Fondation Saint-Louis, château d'Amboise. Compte de construction du château d'Amboise, tenu par
  • Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis)
    Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis) Amboise - parvis Saint-Denis - en ville
    Titre courant :
    Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis)
    Description :
    saint Pierre, le massacre des Innocents, saint Michel entre deux dragons, mais aussi des oiseaux buvant L'église Saint-Denis est bâtie en pierre de taille de tuffeau, selon un plan en croix latine portail principal ; sa position face à la ville concorde avec le chemin d'accès à Saint-Denis dont le celles de l'église Saint-Florentin d'Amboise. La nef et le clocher présentent des charpentes authentiques autres sujets, la lapidation de saint Étienne (et non la décollation de saint Denis), la vocation de
    Vocables :
    Saint-Denis
    Illustration :
    Plan de l'église Saint-Denis-hors-les-Murs, d'après le docteur Lesueur. IVR24_20093700445NUD Vue générale de l'église Saint-Denis depuis le promontoire du château. IVR24_20083700129NUCA Vue de Saint-Denis depuis le pont de la ville. IVR24_20073700964NUCA Vue du poinçon de la charpente de la nef de Saint-Denis, XIIe-XIIIe siècle. IVR24_20073700913NUCA
    Représentations :
    saint Denis saint Etienne
    Historique :
    Au IVe siècle, lorsque le futur saint Martin part en guerre contre les sanctuaires païens ruraux d'agglomérations connu, celui de la hiérarchie ecclésiastique. Dès le Haut Moyen Âge, le pôle de Saint-Denis et des découvertes numismatiques. Le cimetière de Saint-Denis, appelé « le cimetière des Innocents », devait avoir été implanté sans doute dès la première église fondée par saint Martin. L'abbé Bosseboeuf 1778, les tombes entouraient le mur nord de Saint-Denis. Il y avait certainement des sépultures dans mérovingien retrouvés à 35 m de la façade nord de l'église Saint-Denis. Aucun autre élément ne nous permet de ces seuls éléments, il est délicat de conclure à l'existence d'un véritable village autour de Saint
    Localisation :
    Amboise - parvis Saint-Denis - en ville
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire; 1 Q 6 : Biens nationaux. États de Saint-Denis et Saint Amboise, église Saint-Denis-Hors-les-murs. Photographie noir et blanc, 1889. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint-Denis ; R. 2, Ic. 819). Amboise, autel de Saint-Denis, attribué à A. Charpentier. Photographie noir et blanc, n.d . (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint-Denis ; R. 1, Ic. 2447). Amboise, Saint-Denis-Hors. Lithographie aquarellée Jourdain Sc., 1842. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint-Denis ; est. 1, Ic. 2309). grilles dans l'église de Saint-Denis-Hors-Les-Murs. avril 1997. Nettoyage des peintures murales de la GABEAU, Alfred. La statue de la femme noyée à Saint-Denis d'Amboise. Bulletin de la Société LESUEUR, Frédéric. Saint-Denis d'Amboise. Congrès archéologique de France, Tours, 1948. Paris, 1949
  • Maison (54 place Michel-Debré)
    Maison (54 place Michel-Debré) Amboise - 54 place Michel-Debré - en ville
    Titre courant :
    Maison (54 place Michel-Debré)
    Description :
    La façade en pan de bois et hourdis de briques du 54 place Michel Debré est non seulement l'une des croix de Saint-André disposés en deux registres entre des poteaux verticaux. Les guettes des croix de Saint-André sont assemblées à mi-bois à la tournisse. Les poteaux sont sculptés de pilastres de section Saint-André animant les panneaux. La longueur moyenne des bois (3,4 m) est inférieure à celle relevée dans la ville (5,6 m) du fait de l'emploi des croix de Saint-André. On remarque aussi que les bois de quartiers des croix de Saint-André sont moins épais (10,6 cm en moyenne) que les bois de brin des poteaux et construction d'une maison à croix de Saint-André est plus important que celui qu'aurait demandé un simple pan contemporaine. La mise en oeuvre soignée de la façade, lisible dans sa symétrie, l'emploi des croix de Saint
    Illustration :
    Vue générale du 54 place Michel Debré. IVR24_20073700612NUCA Photogrammétrie de la façade donnant sur la place Michel Debré. IVR24_20083700796NUD Vue du comble du côté du 52 place Michel Debré. IVR24_20073701014NUCA
    Localisation :
    Amboise - 54 place Michel-Debré - en ville
  • Hôtel dit Château-Gaillard (29 allée du Pont Moulin)
    Hôtel dit Château-Gaillard (29 allée du Pont Moulin) Amboise - 29 allée du Pont Moulin - en ville
    Annexe :
    , entouré du collier de l'ordre de Saint-Michel, est : écartelé au 1 et 4 d'argent à la croix de gueules
  • Manoir dit Le Clos Lucé (2 rue du Clos-Lucé)
    Manoir dit Le Clos Lucé (2 rue du Clos-Lucé) Amboise - 2 rue du Clos-Lucé - en ville
    Annexe :
    , dans son étude préalable, en vue de la restauration des façades du Clos Lucé, Arnaud de Saint-Jouan remplage de la baie fut remplacé par un autre remplage à trilobes. Arnaud de Saint-Jouan en conclut que partie haute, sa sculpture de frise d'encadrement à l'angle gauche ; la statue de saint Sébastien (non les appuis des baies, sur la base de l'emplacement de la statue de Saint-Sébastien. Dans un encart de feuilles vertes et un fond rouge. La statue du saint Sébastien, située au-dessus de la chapelle est
    Historique :
    Charles VIII, le Clos-Lucé revint à son cousin, le capitaine Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol , conformément à son souhait dans « ladicte église Saint-Florentin, par le collège de ladicte église ». Il s'agit « LEONARDUS VINCIUS ». Les restes présumés furent alors transférés dans la chapelle Saint-Hubert du château Ier. En 1583, le Clos serait revenu par héritage à Michel de Gast, gouverneur d'Amboise. Au début du , Madame Jameron des Fontenelles céda le Clos-Lucé à la famille Saint-Bris qui depuis l'entretient. C'est à
  • Maison (41 rue Nationale ; rue du Petit-soleil)
    Maison (41 rue Nationale ; rue du Petit-soleil) Amboise - 41 rue Nationale rue du Petit-soleil - en ville
    Description :
    -entraits par l'intermédiaire d'assemblages à double queue d'aronde. Des croix de Saint-André assurent la 38 place Michel Debré, un petit logis datant des 13e ou 14e siècles. La galerie est constituée d'un
  • Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo)
    Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo) Amboise - 9 rue Victor-Hugo 11 rue Victor-Hugo - en ville
    Description :
    pierre de taille, comme celle du 1 mail Saint-Thomas par exemple. Aujourd'hui l'édifice, dont le pignon donne sur la place Michel Debré, présente un plan de 7,70 m de large sur 16,20 m de long, mais divisée en quatre sections. Quatre croix de Saint-André assurent la cohésion des faîtes. Dès l'origine
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Annexe :
    siècle. C'est une miniature de la fin du XVe siècle conservée à Saint-Pétersbourg, représentant Charles
    Illustration :
    Vue du parc du château, à l'arrière-plan, la chapelle Saint-Hubert. IVR24_20083700149NUCA VIII sur les jardins et la chapelle Saint-Hubert. IVR24_20083700148NUCA
    Texte libre :
    contemporaines des XIIe-XIIIe siècles. L'église collégiale et paroissiale Saint-Florentin fut édifiée dans la 1474, débuta une seconde campagne : Louis XI entreprit la construction de la chapelle du Saint-Sépulcre assise dans la structure qui servit par la suite de soubassement à la chapelle Saint-Hubert de Charles donjon la chapelle Saint-Hubert, édifiée à l'aplomb de la chapelle du Saint-Sépulcre. Si la date exacte , et auquel cas pourquoi faire édifier la chapelle Saint-Hubert, ou avait-il, au contraire, prévu de piliers ». Nous ajoutons à cette liste la chapelle du logis Saint-Ouen de Rouen édifiée pour Antoine chapelle du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins d'Amboise et la chapelle du logis Saint-Ouen à . Pourtant le rapprochement entre les tours cavalières et le château Saint-Ange de Rome, tant pour la rampe , les deux grandes rues longeant le promontoire castral (la rue de la Concorde et la Place Michel Debré
    Historique :
    Carroire d'Amboise. Lisois possédait alors la plus grande partie de la ville qui allait de Saint-Denis au faire ériger en paroissiale la collégiale Saint-Florentin, construite autour de 1030 par Foulques Nerra d'Amboise. Au cours de ces luttes la ville fut incendiée, tout comme l'église Saint-Florentin en 1069 ; le la basse-cour, dans laquelle fut construite dès 1030 Saint-Florentin. L'habitat de la famille Garçonnet et un logis côté ville jouxtant la chapelle Saint-Hubert. Amboise est désormais la résidence Tours ou du Plessis-lès-Tours. Il demande que Saint-Florentin ne soit plus paroissiale mais uniquement royale quitte définitivement le château qui n'est plus alors habité que par les chanoines de Saint
    Référence documentaire :
    . (Bibliothèque municipale de Tours : L.B. Amboise : Château. Saint-Hubert chapelle ; est. 5, Ic. 485). XVe siècle. (Bibliothèque royale de Russie, Saint-Pétersbourg : ms. fr. Fv IV N 7, f°1). Fondation Saint-Louis, château d'Amboise. Compte de construction du château d'Amboise, tenu par restaurations au château d'Amboise (1869) ; comptes de restaurations de la chapelle Saint-Hubert au château dommages de guerre à réaliser au château d'Amboise : chapelle Saint-Hubert, tour Garçonnet, pavillon des restaurations de la chapelle Saint-Jean (1963). , aménagement du parvis du château et des abords de l'église Saint-Florentin. 1993. , 1927, 1954, 1957 et 1958 : chapelle Saint-Hubert, logis Charles VIII-François Ier, logis sur Loire et Penthièvre, porte de la tour Heurtault, tour des Minimes et chapelle Saint-Hubert. (Médiathèque de Saint-Hubert, porte de la tour Heurtault, fouille pratiquée au pied du mur de la galerie au sud entrée
1