Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Vichères

Dossier IA28000647 réalisé en 2020

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Description

Bourg, vue de situation depuis le sud-est.Bourg, vue de situation depuis le sud-est.Située dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune de Vichères (canton de Nogent-le-Rotrou, communauté de communes du Perche) couvre une superficie de 1 227 hectares et compte 320 habitants au dernier recensement de 2019. Le plateau sur lequel elle se situe est entaillé par la vallée de la Berthe, de l’est au nord-ouest, et ses vallons affluents qui dessinent un paysage bucolique de collines. Un maillage bocager plus ou moins dense en lien avec des pâtures subsiste encore en fond de vallée et au sud-ouest en lisière du bois de Montgrahan, tandis que les hauteurs de plateaux et les versants les moins pentus, plus tournés vers les grandes cultures, ont vu leurs haies disparaître lors des dernières décennies. Quelques bosquets et bois sont présents de manière éparse. Les plus importants se situent au sud (bois de Montgahan) et à proximité de Burre.

L'habitat est dispersé sur l'ensemble du territoire communal : la commune compte une petite cinquantaine de lieux-dits dont le village de Vichères, de nombreux hameaux – la Borde aux Mérelles et Brieure étant les plus grands – ainsi que des fermes isolées. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en simples maisons.

Historique

Bourg, église paroissiale Notre-Dame.Bourg, église paroissiale Notre-Dame.Bien qu’aucune découverte archéologique ne soit signalée à Vichères, le territoire communal est certainement occupé depuis l’époque gallo-romaine (voire avant ?), à l’instar de tout ce secteur de collines au sud-est de Nogent-le-Rotrou. La paroisse est mentionnée dès 1130 dans le cartulaire de l’abbaye de Thiron sous le toponyme de "Vicheriae", puis "Vigeriae" vers 1200. A cette période, elle dépend du chapitre de l’abbaye de Saint-Jean-en-Vallée à Chartres. Une première église, certainement romane, est placée sous le vocable de saint Médard. Il faut attendre la reconstruction de l’édifice vers 1541, pour que le patronage change au profit de la Vierge Marie.

Manoir de Burre.Manoir de Burre. Manoir de la Manorière.Manoir de la Manorière.

Sous l’Ancien Régime, plusieurs petites seigneuries se partagent le territoire : la Manorière (manoir reconstruit dans la seconde moitié du 16e siècle) au centre de la paroisse, Burre (manoir construit vers 1486-1487, puis augmenté au 17e et 18e siècles) au sud-est. De même, plusieurs seigneuries extérieures à la paroisse possèdent des fiefs sur le territoire : Montdoucet (à Souancé-au-Perche), dont l’aire d’influence s’étend à l’ouest, possède plusieurs fermes ; Montgaham (à Souancé-au-Perche également), plusieurs fermes et hameaux limitrophes du bois éponyme au sud-ouest ; l’abbaye d’Arcisses (commune nouvelle d’Arcisses, commune historique de Brunelles), la ferme de Touchebraud au nord. La partie sud de la paroisse connaît au 18e siècle un important développement lié à la modification du tracé de la route menant de Nogent-le-Rotrou à Brou (actuelle route départementale 955). Jalonnant cette voie, plusieurs hameaux – qui conservent des édifices plus anciens datant du 16e ou du 17e siècle – voient leur nombre de maisons et de bordages augmenter considérablement entre 1750 et 1900. Durant ce même laps de temps, nombreuses sont les fermes (et l’ancien manoir de Burre) à être reconstruites ou augmentées de manière significative – leurs propriétaires, des notables locaux, constituant d’importants domaines agricoles. Bure, mais encore les fermes de la Galésière, des Champs, de Touchebraud et de Rougemont, suivent ainsi ce modèle.

Rougemont, ferme.Rougemont, ferme. La Grande Vove, dépendances agricoles. La Grande Vove, dépendances agricoles.

Destiné à la meute de farine de céréale, deux moulins étaient en activité jusqu’au milieu du 20e siècle à Fosseau (édifice détruit) et au Moulin du Pont (édifice en élévation, mais mécanismes enlevés et bief asséché). La Borde aux Galibourgs, alignement de trois maisons.La Borde aux Galibourgs, alignement de trois maisons.Si l’agriculture - traditionnellement en polyculture et élevage - était prépondérante, d’autres activités liées à l’artisanat (tissage du chanvre et du lin à domicile, métiers de la construction, du transport de marchandises, des outils des travaux agricoles, etc.) ou au commerce étaient bien présentes au sein du bourg et des nombreux hameaux composés de maisons de journaliers et de bordages (fermette où seule une agriculture de subsistance est pratiquée).

Après la Révolution, la commune de Vichères se dote d’une mairie-école (vers 1842, agrandie en 1864, puis en 1920 et en 1951) et d’une école de filles (1883). Facteur de désenclavement, une ligne de tramway - chemin de fer à voie étroite - reliant Nogent-le-Rotrou à Brou de 1908 à 1934 traverse le territoire communal et s'arrête à la gare de Vichères (construite en 1908).

Vichères, qui compte 670 habitants en 1790, voit sa population augmenter jusqu’en 1846 pour atteindre 908 habitants. Par la suite, elle est en net déclin jusqu’au tournant du 21e siècle (254 habitants en 1999). Depuis, le nombre d’habitants augmente, profitant de la proximité de Nogent-le-Rotrou et de son bassin d’emploi.

Aires d'étudesParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Vichères

Annexes

  • Cadre de l'étude de la commune de Vichères

    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Vichères a été réalisé en 2020.

    Parmi les 154 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 17 sont sélectionnés et font l’objet d’un dossier individuel.

    329 illustrations et 28 références documentaires (dont 19 documents d’archives) accompagnent les dossiers.

    Une synthèse de ce travail (feuillet de 8 pages A5) présente de manière succincte le patrimoine bâti communal.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; B 2221. Marché avec Pierre Charmez, charpentier, pour la construction de la tour de l'église de Vichères. 1713, le 13 avril.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; B 2581. Reconnaissance à l’abbaye d’Arcisses pour la métairie du Grand-Toucheberoust (Touchebraud), paroisse de Vichères. 1621-1622.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; B 2610. Bail par l’abbaye d’Arcisses du lieu de Touschebroust (Touchebraud), paroisse de Vichères. 1643.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; E 709. Guillier, baron de Souancé. Déclarations à Louis-Denis Seguin et Pierre-Claude Guillier, barons de Souancé pour les fiefs de la Croix et de la Garenne, paroisse de Vichères. 1706-1709.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3560. Église paroissiale de Vichères.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3561. Presbytère de Vichères.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3562. Cimetière de Vichères.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3563. Écoles de Vichères.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 4 Z 177. Distraction d'une partie du presbytère de Vichères pour en faire la mairie-école.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 7 S 85. Règlement d'eau de la rivière La Berthe - moulins du Pont et Fosseau à Vichères. 1878-1886.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5712-5719. Plans cadastraux de la commune de Vichères dressés en 1811.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2988-2994. Matrices cadastrales de la commune de Vichères.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 6 Mi 114. Listes nominatives du recensement de population. 1836-1901.

  • Archives municipales de Vichères. Travaux d'agrandissement du groupe scolaire. 1948-1956.

  • Archives municipales de Vichères. Vente de l'ancienne école de filles. 1966-1968.

Documents figurés
  • Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 27 [Chartres]/par César-François Cassini de Thury. Levée au 3e quart du 18e siècle.

  • Plan de la commune de Vichères/ dressé par l'instituteur en 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir ; 4 Fi 248).

  • Plan de la mairie, de la maison d'école et du logement de l'instituteur de la commune de Vichères/ dressé par l'instituteur en 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir ; 5 Fi 308).

  • Plan de l'église de Vichères/ dressé par l’agent voyer en 1852. (Archives départementales d’Eure-et-Loir ; 1 O 529).

Bibliographie
  • FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

  • GAUTIER, Nicolas, FAUCON, Régis. Les manoirs du Perche. Paris : Acanthe, 2006, 223 p.

  • GUILLER DE SOUANCÉ, Hector. Notice sur La Manorière. Documents sur la province du Perche, 2ème série, n° 7, Mortagne : Vve Georges Maux, imprimeur-éditeur, 1901, 30 p.

  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

    p. 428-430
  • MAILLARD, Florent (dir.), BILLAT, Hélène (dir.). Architectures du Perche. Lyon : Lieux-dits, 2018. 192 p.

  • MERLET, Lucien. Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir comprenant les noms des lieux anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1861.

  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993. (fac-similé de l'édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

  • PROVOST, Gilles. Maison des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992.

Périodiques
  • SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le Perche nogentais. Cahiers percherons, septembre 1958, n°7.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent