Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Martin-le-Beau

Dossier IA37005336 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Aspects géographiques

Abri dit loge de vigne, rue Traversière.Abri dit loge de vigne, rue Traversière.Saint-Martin-le-Beau est situé à 8 km au nord-ouest de Bléré, à 9 km au nord-est d’Amboise et à 19 km à l’est de Tours, en rive droite du Cher. La commune couvre 1865 hectares. Elle est limitée au nord par la forêt d’Amboise et au sud par le Cher. Elle est traversée par deux ruisseaux principaux : le Filet, au sud de la route départementale 140, et le ruisseau de Battereau, à l'est du bourg. Longeant le Cher, la plaine alluviale s’étend sur une largeur d’environ 1,2 Km pour une altitude moyenne de 53 mètres. Cette zone est dévolue à l'agriculture maraîchère. Le nord-ouest de la commune est occupé par une partie de la forêt d’Amboise. Partout ailleurs la culture de la vigne (AOC Montlouis) est prédominante avec un cépage largement cultivé : le chenin ou pineau de Loire. En 1956, la surface agricole utilisée (SAU) était de 1111 ha et seulement de 750 ha en 1979. Cette diminution est à mettre directement en relation avec l’augmentation des constructions liée à l’accroissement démographique. L’habitat est regroupé dans le bourg, dans le village de Cangé et dans quelques gros écarts : Nouy, Fombèche. La zone située au sud du Cher ainsi que la partie boisée au nord-ouest de la commune sont dépourvues d’habitation. La canalisation du Cher entre 1838 et 1841 a donné lieu à la construction du barrage éclusé à aiguilles situé entre Nitray et la commune d'Athée-sur-Cher, toujours en état de fonctionnement. La ligne ferroviaire Tours-Vierzon dessert la commune.

Repères historiques

Manoir Thomas Bohier.Manoir Thomas Bohier.En 1307 le nom "Saint-Martin-le-Biau" apparaît. La Révolution impose Beau-sur-Cher en 1793, sans suite. Jusqu’en 1916, la commune faisait partie du canton d’Amboise. Elle est rattachée au canton de Bléré le 2 décembre 1916. Depuis le 1er janvier 2017, Saint-Martin-le-Beau a quitté l'arrondissement de Tours pour rejoindre celui de Loches.

Quelques sites paléolithiques et néolithiques ont été identifiés sur le territoire communal. Des haches de l’Age du Bronze ainsi que des moules ont été découverts près de Fombèche. Au moins quatre sites gallo-romains ont été repérés, en plus de la voie romaine Tours-Bourges dont le tracé longeait la rive droite du Cher. Des sarcophages découverts à Nouy au cours du XVIIIe siècle suggèrent la présence d’une nécropole mérovingienne.

Outre la bataille contre les Normands mentionnée plus haut, l’histoire locale retient également la victoire en août 1044 de Geoffroy II Martel, comte d’Anjou, sur Thibault III, comte de Blois, à Nouy. Cette bataille a pour conséquence de faire passer la Touraine sous l'influence angevine. Au Moyen-Âge, Saint-Martin constituait un fief relevant du château d'Amboise ; sept autres fiefs ont été recensés : Cangé, Chandon, Coulaines,Fombèche, le Coudray, Mosny et Nouy.

Il existait au sud de la commune une chapelle dédiée à Saint-André qui appartenait au prieuré Saint-Jean-du-Grais à Azay et qui a été vendue comme bien national en 1791 ; elle a disparu.

La poste, construite vers 1886.La poste, construite vers 1886.Au cours du XIXe siècle la commune se dote de nouveaux équipements : un lavoir est construit à Fombèche (non daté), un autre à la Fontaine Saint-André en 1847 et un troisième reconstruit sur le ruisseau de Battereau en 1862. L'actuelle mairie est édifiée en 1864-1865, et la gare en 1868. Le cimetière est agrandi en 1879, et la poste (ci-contre) est construite vers 1886.

Les registres paroissiaux remontent à 1549. La population était de 406 feux en 1687 et 330 en 1787. En 1826, 1472 personnes sont recensées, date à partir de laquelle le nombre d’habitants décroit lentement jusqu’à 1212 habitants en 1911 et seulement 1159 habitants en 1946. La reprise démographique s'amorce avec 1220 habitants recensés en 1968. A partir des années 1970, la population augmente de manière significative, passant à 1403 habitants en 1975 puis à 2051 en 1982. L’accroissement se poursuit avec 2481 habitants en 1999, 2641 habitants en 2007, et 3156 en 2017. Le phénomène s’explique par la proximité des bassins d’emplois de Tours et d’Amboise.

Aires d'étudesCanton de Bléré
AdresseCommune : Saint-Martin-le-Beau

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P3/2319. Registre présentant les augmentations et les diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales. 1826-1914.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, G 322. Vente de la terre et seigneurie de Fombèche, paroisse de Saint-Martin-le-Beau, consentie par Louis d’Amboise, vicomte de Thouars, seigneur de Bléré, à Pierre Berard, bourgeois de Tours, pour 1,200 écus d’or. Vers 1444.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 64. Accord entre Philibert Babou et Jean Des Aubuys,seigneur de Nouys, relatif au passage, à travers le fief de Nouys, d’un cours d’eau destiné à alimenter un moulin que Babou se propose d’établir à La Bourdaisière. 16e siècle.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 656. Baux à ferme de l’hermitage Saint-André, paroisse de Saint-Martin-le-Beau. 1739-1744.

Documents figurés
  • Carte du duché de Choiseul d'Amboise et de ses environs, levée topographiquement à six lignes pour cent toises, finie en 1770. (Amboise : Archives municipales).

  • Plans des terres et bois désirés par le duc de Choiseul, comte de Chanteloup, pour percer diverses allées tendantes de Lussault aux Bournonvilles, de Saint-Martin-le-Beau à Chanteloup, de Nouys au chemin de Bléré à Amboise, de Chanteloup à Jumeaux et de Chenonceaux à Amboise, et des bois offerts en échange par ledit duc. XVIIIe siècle. (Tours : Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 337).

  • Plan des bois du château de Nouys, des fermes et vignes de Veaumorin et du Gros-Buisson, paroisse de Saint-Martin-le-Beau, dressé par J. Fournier, pour le duc de Choiseul. XVIIIe siècle. (Tours : Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 352).

  • Plans du cadastre napoléonien, 1810. (Tours : Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P2).

  • Projet d'agrandissement du cimetière, 22 août 1879, par Paul Lessavre (?) architecte. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2O/225/12/PL).

Bibliographie
  • BADIER, Jean-François. Naître à Saint-Martin-le-Beau aux 18e et 19e siècles. Édition à compte d'auteur, 2009.

  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.

  • COUDERC, Jean-Mary (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. C.L.D., 1987.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Floch éditeur, 1971 [1ère ed. 1930].

  • UHART, Robert. Saint-Martin-le-Beau, village de Touraine dans l'histoire de France. La Roche Rigault : éd. P.S.R., 1990. (2e éd.).

Périodiques
  • CORDIER, Gérard, MILLOTTE, J.-P. Inventaire des trouvailles de l'Age du Bronze en Indre-et-Loire. Gallia préhistoire, tome 4, 1961. p. 143-163.

  • CORDIER, Gérard. Contribution à l’habitat humain sur les monticules insubmersibles. La station préhistorique de la Butte de "Champ-Deux" à Saint-Martin-le-Beau (Indre-et-Loire). Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. XXIX, 1944-1948, p. 305-320.

  • YVARD, J.-C. Recherche géologique sur la sablière des Sablons. Saint-Martin-le-Beau (Bléré). Bulletin des Amis du Musée Préhistorique du Grand Pressigny, 1968, p. 45-46.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Lainé Martine

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.