Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Bléré

Dossier IA37005198 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Aspects géographiques

Le moulin cavier des Aigremonts.Le moulin cavier des Aigremonts.La commune, chef-lieu de canton, se situe à 27 km à l’est de Tours, à 10 km au sud d’Amboise, à 17 km à l’ouest de Montrichard et à 25 km au nord de Loches. Elle couvre 30,79 km2. Le Cher forme la limite nord du territoire communal qui s’étend sur le plateau de la Champeigne à une altitude qui varie de 60 mètres vers Fontenay à 100 mètres plus au sud. Au plan géologique, ce plateau est constitué de calcaires lacustres datant de l’Oligocène. La vigne est toujours cultivée sur 512 ha, représentant 6% des terres agricoles de Bléré, mais la culture intensive des céréales prédomine. Le parc des Grandes-Fontaines, situé au sud de la commune, constitue une zone naturelle de 77,72 ha (ZNIEFF de type I) caractérisé par des pelouses calcicoles où s’épanouissent 7 espèces végétales protégées. La commune reste une voie de passage nord-sud en raison de son pont (route d’Amboise à Loches) et de la proximité de l’autoroute A 85 (échangeur de Sublaines).

La gare de Bléré-La Croix, construite en 1869, bien que située sur la commune de La Croix-en-Touraine, dessert également Bléré et se situe sur la ligne de Tours à Vierzon. Aujourd’hui, Bléré connait une activité touristique liée à la présence du Cher et à la proximité du château de Chenonceau.

Repères historiques

Le pont sur le Cher.Le pont sur le Cher.La commune actuelle a pris naissance sur un lieu de franchissement du Cher, d’abord grâce à un gué puis à un pont permettant le passage de l’ancienne voie gauloise d’Amboise à Poitiers devenue ensuite la route de Paris vers l’Espagne. Au 6e siècle, Grégoire de Tours rapporte que saint Brice fonda une église "in vico briotreide" ; cette forme issue de Brivo Treide signifiant "le village au pied du pont" évolue jusqu’au 10e siècle (vicaria bridriacensis) tandis qu’une charte de Saint-Julien de Tours au XIe siècle mentionne Blirietum. Finalement, c’est ce nom qui va évoluer pour donner la forme Blereis (parochia de Blereio) au 14e siècle. L’occupation humaine est attestée dès le Néolithique (ateliers de taille à La Folie, à Fontenay) jusqu’à nos jours sans discontinuer. A l’époque gallo-romaine, un aqueduc partant des Grandes-Fontaines alimentait la ville de Tours (Caesarodunum). Au Haut Moyen-Âge, la présence d’un atelier monétaire mérovingien est attestée.

Une première église, fondée par saint Brice vers 474, donne un jalon pour appréhender la formation du bourg. On ignore son emplacement exact et on sait seulement qu’elle fut détruite par les Normands en 838. Une autre église, dédiée à Saint-Christophe, est citée en 946 ; cette construction est vraisemblablement due à l’abbaye Saint-Julien de Tours, qui possédait à Bléré un fief important. En 939, une charte de Théotolon, archevêque de Tours, mentionne que Bléré était le chef-lieu d’une viguerie (Vicaria Bridriacensis), c’est-à-dire une juridiction administrative apparue dès l’époque carolingienne. Il existait également un château situé au sud de l’église, dont ne subsiste plus de trace de fortification.

Le premier seigneur connu est Sulpice Ier (mort en 1081), seigneur d’Amboise et de Chaumont. On pense qu’il fit élever les premières fortifications de la ville. Sa famille conserve la châtellenie de Bléré jusqu’en 1431, date à laquelle Louis d’Amboise, accusé de traitrise, voit ses biens confisqués par Charles VII. Pierre Bérard, maître d’hôtel du roi et trésorier de France, acquiert la châtellenie en 1446 et fait consolider les fortifications en 1449. Leur emprise déterminait un secteur compris entre l’actuelle rue des Déportés, à l’ouest, le ruisseau du Vaugerin, à l’est, le mail Victor-Hugo au sud et le pont au nord, qui faisait partie intégrante du dispositif de fortification. Extrait de la Extrait de la "Topographie du duché de Touraine" par Isaac François, 1592.

La terre et châtellenie de Bléré échoient au 17e siècle à la famille de Faverolles, descendante des Bérard. Étienne Guillerault s’en rend acquéreur en 1679 puis le domaine est acquis par Gabriel Taschereau de Baudry en 1736, puis à Nicolas-Charles Malon de Bercy en 1764.

Au 19e siècle, la population se répartissait entre le bourg et une dizaine de hameaux qui regroupaient une centaine d’habitants chacun. Le Cher, rendu plus favorable à la navigation à partir de 1840 avec la construction des barrages à aiguilles qui permettent de réguler son cours, a favorisé le développement d’un port très actif jusqu’en 1914. Après 1918, la concurrence du rail puis celle de la route entrainèrent le déclin de la navigation et du commerce par voie d’eau. Entre 1940 et 1943, la commune fut coupée par la ligne de démarcation qui longeait en partie le Cher avant de descendre au sud-ouest vers Cigogné. Au cours de la première moitié du 20e siècle, une première zone d’activité économique s’est établie dans la partie ouest de la commune : four à chaux, laiterie, coopérative agricole, usine de fabrication de pompes. De nos jours, l’essentiel de l’activité s’est transporté dans la partie est de la vallée. On note également la présence d’une cave coopérative (AOC Touraine).

Les premiers registres paroissiaux datent de 1585. La population était de 299 feux en 1687, 407 feux en 1715, et 589 à la veille de la Révolution. On comptait 2475 habitants en 1806 et la population s’accroit régulièrement jusqu’à 3688 habitants en 1881. Ce chiffre décroit jusqu’en 1936 où 3250 habitants sont recensés puis la reprise démographique s’amorce à partir de 1946 avec 3250 habitants. En 1975, 4113 habitants peuplaient Bléré, 4576 en 1999, 5045 en 2007 et 5250 en 2012.

Aires d'étudesCanton de Bléré
AdresseCommune : Bléré

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 513. Inventaire et extraits des titres du fief de Bléré réalisé vers 1780 : Donation à l'abbaye Saint-Julien de Tours par l’archevêque Téotolon de la chapelle de Saint-Cristophe à Bléré et du manoir qui est à côté, 945.

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire, H 513. Inventaire et extraits des titres du fief de Bléré réalisé vers 1780. Accord entre Sulpice, seigneur d’Amboise, et les religieux de Saint-Julien, au sujet des mesures à blé et à vin dont l’ajustement demeure aux sergents dudit seigneur qui s’engage à défaire les fossés creusés par lui autour de Bléré, 1210.

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire, H 513. Inventaire et extraits des titres du fief de Bléré réalisé vers 1780 : Consentement donné par les religieux à Goussaille capitaine, et aux habitants de clore la ville de murailles,1449.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 E 45. Acquisition par Jacques de Beaune, marchand à Tours, de François Bérard, conseiller et chambellan du Roi, des fiefs et seigneuries de La Motte, paroisses de Faverolles, Montrichard et autres, de La Tour de Bléré, et de 14 septiers de blé et mouture qui lui sont dus chaque année sur les moulins de Montrichard. 1487.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 46. Lettres patentes de Louis XIII, portant érection en châtellenie du fief de La Tour d’Argy, avec réunion des fiefs de La Motte, les Roches-Neuves, La Tour de Bléré, le Petit-Puy, La Charmoise, la paroisse de Bourré, etc. 1617.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 123. Bail à ferme des fiefs, terres et seigneuries de Bléré, Bois-Pateau, Resnay, Les Ouches, l’Arpentil, par Étienne-Jacques Guillerault, écuyer, seigneur de Bléré, La Croix, conseiller au Parlement de Paris. XVIIIe siècle.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 123. Vente des fiefs de L’Arpentil, Les Ouches, Resnay, et des moulins banaux de Bléré par les sieurs Girard, bourgeois de Paris, Guillerault, Neveu, etc., à Gabriel Taschereau, chevalier, seigneur de Baudry, Linières, etc., conseiller d’État et intendant des finances. XVIIIe siècle.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 123. Baux à ferme : de la châtellenie de Bléré et des fiefs et moulins en dépendant, par Gabriel Taschereau, seigneur de Baudry, Nicolas-Charles Malon, chevalier, seigneur de Bercy, conseiller du Roi, maître des requêtes honoraire, et Maximilien-Charles-Emmanuel Malon, chevalier, marquis de Bercy. XVIIIe siècle.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 431. Édits et lettres patentes de Louis XIV, nommant Jean Lorin, maire de Bléré, 1704.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 560 (registre). Hommages et aveux rendus au Bureau des finances de Tours, à cause des châteaux royaux de Tours, Amboise, etc... par Étienne Frémy, tuteur de ses enfants mineurs, héritiers de Jacques Guillerault, seigneur de Bléré, pour les fiefs de Bléré et de Rosnay, 1720-1721.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 439. Édits et lettres patentes de Louis XV nommant Gabriel Taschereau de Baudry, gouverneur de Bléré, 1724.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 548 (registre). Ordonnances et décisions du Bureau des finances, concernant la voirie : Permission aux habitants de Bléré, de creuser un puits dans le marché de leur ville, 1737.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 582 (registre). Hommages et aveux rendus au Bureau des finances de Tours, à cause des châteaux royaux de Tours, Amboise, etc... par Maximilien Malon de Bercy, pour la châtellenie de Bléré, 1764-66.

Documents figurés
  • Plan cadastral de 1826./exécuté par M. Brutinel, géomètre de 1ère classe, sous la direction de M. Paulmier, directeur des contributions et de M. Fanost, géomètre en chef. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P).

  • Bléré / coordination Léopold Rasplus ; levés effectués par Léopold Rasplus, Jean-Jacques Macaire, Gilbert Alcaydé ; Bureau de recherches géologiques et minières, Service géologique national. - 1:50 000 ; proj. conique conforme de Lambert. (Orléans : BRGM, 1982. Carte géologique de la France à 1:50 000 ; 488).

Bibliographie
  • ALARY, Éric. Le canton de Bléré sous l'Occupation : une position unique en France. Paris : Office d'éd. et de diff. du livre d'histoire, 1994. 258 p. (Monographies des villes et villages de France ; 1320).

  • BERBIER. Bléré au cours des siècles. Tours : Imprimerie Centrale de Touraine, 1979. 71 p.

  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1883. (3 vol.).

  • COUDERC, Jean-Mary (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. C.L.D., 1987.

  • GAUTIER, Marcel. Bléré des origines à nos jours. Paris : Res Universis, 1993. 100 p. (Monographie des villes et villages de France). Réédition de l'ouvrage paru en 1914.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

  • LE PAGE, Dominique. Finances et politique en Bretagne au début des Temps Modernes 1491-1547. (note 22 : Florimond Fortier). Vincennes : Institut de la gestion publique et du développement économique. Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1997.

    p. 466
  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Floch éditeur, 1971, 5e édition. (1ère édition Tours, 1930).

Périodiques
  • BOURDERIOUX, Abbé. Un blason tourangeau en l'église d'Ecueillé (Gonzalves d'Ars). Bulletin de la Société archéologique de Touraine, tome XXXV, 1968.

    p. 225-226
  • CADOUX, Christian. La route royale 76. Bulletin trimestriel de la société d'art, d'histoire et d'archéologie de la Sologne, 2ème trimestre 1994, n° 116, p. 1-11, ill.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Lainé Martine

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.