Logo ={0} - Retour à l'accueil

Palluau-sur-Indre (Indre) : église prieurale Saint-Laurent, 4 verrières de Jean Mauret

Dossier IM36001640 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonDépartement de l'Indre - Châtillon-sur-Indre
AdresseCommune : Palluau-sur-Indre
Adresse : rue Saint-Laurent
Emplacement dans l'édificeabside et chœur

Chapelle Saint-Laurent : Cet édifice, sauvé de la ruine dans les années 1970 et 1980, était à l'origine l'église d'un prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Genou. Sa restauration a notamment permis la remise au jour de fresques romanes exceptionnelles pour le département de l'Indre, consistant principalement en une Vierge en majesté (cul de four de l'abside) et un Christ bénissant en mandorle (chœur). Les vitraux : En décembre 1976 Colette Di Matteo, inspecteur des Monuments historiques, demande à Jean Mauret d’établir un devis pour la réalisation de trois vitraux losangés (1,5 m²) dans l'église prieurale Saint-Laurent, probablement pour les baies du chœur alors partiellement bouchées. Ces vitraux ne sont finalement pas réalisés.

Suite aux travaux de consolidation de l'édifice et à la restauration des peintures murales dirigés par l'architecte en chef des Monuments historiques Jean-Jacques Sill au début des années 1990, la question des vitraux est de nouveau posée. On hésite entre des vitraux losangés (devis de Daniel Auclert en mars 1994) et des créations (devis de Jean Mauret de décembre 1996, janvier 1998 et novembre 1999). Il s'agit dorénavant de fermer quatre baies du chœur. La facture attestant de l'exécution des vitraux par Jean Mauret est envoyée en décembre 2000 au propriétaire de l'église.

Période(s)Principale : limite 20e siècle 21e siècle
Dates2000, daté par source
Auteur(s)Auteur : Mauret Jean
Mauret Jean (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Les quatre verrières réalisées en 2000 par Jean Mauret dans le chœur de l'ancienne église prieurale Saint-Laurent s’intègrent particulièrement bien à l’édifice en raison de l’utilisation de teintes ocre et orangé déjà présentes sur les peintures murales. Sur le verre, ces tons sont obtenus grâce à l’emploi de jaunes d’argent (chlorure ou sulfure d’argent), technique inventée à l’époque médiévale. On remarque également l’emploi récurrent de verres opalescents qui assurent une lumière douce à l'édifice.

Les baies 4 et 5 présentent des bordures en verre gris opalescent et une partie centrale monochrome, gris au nord et orangé (jaune d'argent) au sud. Ces aplats sont gravés à la meule d'un maillage de points.

A l'est, les deux grands vitraux des baies 0 et 2 proposent une composition aux lignes horizontales prédominantes. Les verres utilisés sont majoritairement des verres blancs et gris opalescents. L'ensemble est ponctué de petits carrés colorés et noirs et de motifs de feuilles dans les tympans et dans les angles en bas des baies. Ces motifs sont soit gravés, soit cernés par des plombs.

Catégoriesvitrail
Structuresbaie libre
Matériauxverre translucide
plomb
Précision dimensions

h=160 la=80 (baie 0). h=200 la=70 (baie 2). h=90 la=20 (baie 4). h=110 la=20 (baie 5). Dimensions approximatives.

État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée
Protectionsprotection MH

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

  • Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier église prieurale Saint-Laurent.

(c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Geneste Olivier - Mauret-Cribellier Valérie