Logo ={0} - Retour à l'accueil

Orléans : école primaire supérieure de jeunes filles, collège moderne et technique de jeunes filles d'Orléans, collège Jean Zay, lycée municipal, lycée nationalisé classique moderne et technique Jean Zay, actuellement lycée Jean Zay (2 rue Ferdinand-Buisson)

Dossier IA45002385 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue aérienne en 2002.
    Vue aérienne en 2002.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • gymnase
    • infirmerie
    • préau
    • bibliothèque
    • amphithéâtre
    • logement
    • cantine

Œuvres contenues

Précision dénominationécole primaire supérieure
collège moderne et technique
lycée d'enseignement général, technologique et professionnelle
Parties constituantes non étudiéesgymnase, infirmerie, préau, bibliothèque, amphithéâtre, logement, cantine
Dénominationsécole, collège, lycée
Aire d'étude et cantonRégion Centre-Val de Loire - Orléans-1
AdresseCommune : Orléans
Adresse : 2 rue
Ferdinand-Buisson
Cadastre : BS 276

Le 1er juin 1931, la ville d'Orléans lance un concours pour la construction d'une nouvelle école primaire supérieure en remplacement des anciens locaux, jugés vétustes, de la place Sainte-Croix. L'établissement sera composé d'un externat de 400 élèves, d'un internat et d'un amphithéâtre. Le 3 décembre 1931, les architectes parisiens Sylvère Laville et Julien-Charles Paillard et l'orléanais Eugène Garapon sont désignés lauréats. En 1935, par manque de moyens financiers, le projet est restreint à la seule construction de l'externat (l'internat est installé depuis 1928 dans l'ancienne école d'artillerie située 1 boulevard de la Motte-Sanguin). L'adjudication des travaux de construction a lieu le 28 janvier 1936. La construction des bâtiments A, B, C et F est en cours d'achèvement en 1939 lorsque la seconde Guerre mondiale éclate. Dans la nuit du 22 au 23 mai 1944, le bâtiment B est partiellement détruit par des bombardements.

En 1946, l'école primaire supérieure change de statut et devient le collège moderne et technique de jeunes filles d'Orléans. Après la guerre, l'architecte orléanais Durin finalise l'aménagement du pavillon d'entrée (F) et procède aux premiers travaux de réfection du bâtiment B. En 1949, le collège moderne et technique prend le nom de collège Jean Zay.

Entre 1952 et 1953, le bâtiment A est surélevé d'un étage par l'architecte Durin. On achève, dans le même temps, les travaux de réfection du bâtiment B. En 1955, la ville d'Orléans confie à l'architecte parisien Émile Bazin, architecte conseil MRU (Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme) pour le Loiret et le Loir-et-Cher, l'étude d'un projet d'extension du collège, dans l'axe sud du bâtiment prééxistant, le long de la rue Ferdinand-Buisson. L'adjudication des travaux de construction a lieu le 21 mars 1958. La construction du bâtiment D est achevée pour la rentrée scolaire 1961. La surélévation d'un étage du bâtiment C est contemporaine.

En 1959, puis par décret, le 28 janvier 1961, le collège moderne et technique de jeunes filles est transformé d'abord en lycée municipal puis en lycée national. Aux termes du décret du 15 septembre 1962, le lycée d'État de jeunes filles Jeanne d'Arc et le lycée nationalisé classique moderne et technique Jean Zay sont fusionnés - administrativement car l'établissement reste longtemps dispersé sur plusieurs sites : rue Ferdinand-Buisson, rue Dupanloup, rue Serpente, rue Jeanne d'Arc, boulevard de la Motte-Sanguin et château de la Charbonnière - en un lycée d'État unique, 2 rue Ferdinand-Buisson.

Un second projet d'extension prévoyant la construction d'une aile d'externat à usage de réfectoire et de cuisine est approuvé le 5 avril 1965. Le bâtiment E, situé le long de la rue Jules Lemaître, est conçu par l'architecte Bazin comme le prolongement du bâtiment D. Les travaux, commencés en juin 1966, sont achevés à la rentrée 1967. En 1969, le préau du bâtiment E est transformé en self-service.

En 1992, des travaux de mise en sécurité des bâtiments sont programmés. C'est dans ce contexte, que l'architecte Benoît Duchet entreprend la construction de l'escalier de secours du bâtiment D en 1993. En 2000, une opération de réhabilitation du lycée est engagée. L'architecte Alain Poivet réhabilite les façades des bâtiments A, B, C et F. En 2001, les travaux de réhabilitation du restaurant scolaire sont confiés à l'architecte Sylvie Hoyeau-Huguet. Le bâtiment E est agrandi d'une extension qui abrite le hall d'accueil de la restauration et la salle à manger du personnel. Sa construction est achevée en février 2004. Les façades des bâtiments D et E sont aussi réhabilitées.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates1936, daté par source
1952, daté par source
1958, daté par source
1966, daté par source
1993, daté par source
2000, daté par source
2003, daté par source
Auteur(s)Auteur : Laville Sylvère
Laville Sylvère (1865 - 1955)

Architecte établi à Paris. Au début des années 1900, il fut l'architecte de l’Association polytechnique, puis devint architecte attaché à la ville de Paris. Il a participé à la reconstruction de la ville d'Arras.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Paillard Julien-Charles
Paillard Julien-Charles

Architecte parisien.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Garapon Eugène
Garapon Eugène

Architecte orléanais.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Durin E. architecte attribution par source
Auteur : Bazin Léon-Emile
Bazin Léon-Emile (1900 - 1976)

Élève de l'École des Beaux-Arts de Paris de 1923 à 1930 ; nommé architecte en Chef de la Reconstruction du Loiret en 1941 puis architecte en Chef des bâtiments civils et palais nationaux en 1959.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Duchet Benoît
Duchet Benoît

Architecte-urbaniste établi à Orléans, diplômé de l'école supérieure d'architecture et d'urbanisme de Bordeaux en 1975, directeur du service technique de la ville d'Orléans jusqu'en 1980.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Poivet Alain
Poivet Alain

Architecte établi à Versailles


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Hoyeau-Huguet Sylvie
Hoyeau-Huguet Sylvie

Architecte établie à Nantes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

Les trois ailes (A, B, C) et le pavillon d'entrée (F) composant l'école primaire supérieure de filles sont organisés selon un plan en U autour de la cour de l'externat qu'aurait dû fermer une dernière aile, non réalisée. Les pierres d'attente à l'extrémité du bâtiment A témoignent de ce projet initial. Une galerie, en sous-sol, relie les bâtiments A et F. A l'est, le bâtiment A, de plan allongé, à trois niveaux, abrite en sous-sol la chaufferie du lycée. La cheminée, située à l'arrière du bâtiment, est un vestige de la première installation. Au nord, le bâtiment B, de plan allongé, à trois niveaux, s'ouvre sur la cour par de grandes baies qui correspondent à l'ancien préau. Le bâtiment C, à l'ouest, le long de la rue Ferdinand-Buisson, compte quatre niveaux. Le pavillon d'entrée (F), à l'extrémité sud de cette aile, abrite dans ses trois étages les logements de fonction. Quatre escaliers tournant à retours avec jours desservent les salles de classe. Ils sont situés à l'extrémité sud des bâtiments A et C, et aux angles du bâtiment B.

L'ossature de ces bâtiments est en béton armé. Les élévations sont en moellons et briques. Les parties basses des façades sur rue sont en pierre de taille en grand appareil : pierre d'Artiges en soubassement, pierre de Garchy en parement éclaté au rez-de-chaussée. A partir du premier étage, les façades en briques de parement présentent des modénatures en fort relief : grands pilastres flanqués de colonnettes entre les baies, motifs géométriques au niveau des allèges. Dans les étages, les bandeaux, corniches et acrotères sont en béton armé avec un enduit blanc. Les agrafes portant les bouches d'aération en céramique sont disposées verticalement sous les baies et créent un motif ornemental supplémentaire. La façade sur rue du pavillon d'entrée du lycée (F), est en pierre de taille de grand appareil (Garchy) à parement éclaté au rez-de-chaussée, à parement lisse (Malvaux) dans les étages. Sur le grand balcon, en pierre d'Artiges, qui correspond aux appartements de la directrice, s'inscrit la mention : Ville d'Orléans. Les façades sur cour sont en briques de parement. Les bâtiments sont couverts de terrasses dissimulées derrière les acrotères, à l'exception du bâtiment A couvert en 1952 de toits à longs pans en zinc.

Les ailes D et E sont construites selon un plan en L le long des rues Ferdinand-Buisson et Jules Lemaître. Le bâtiment D, de forme allongée, dispose d'un retour le long de la rue Jules Lemaître. Les escaliers dans-oeuvre, tournant à retours avec jour, forment ressauts sur la façade sur cour. Le bâtiment, bâti sur un rez-de-chaussée surélevé, est à cinq niveaux et couvert en terrasse. Le bâtiment E, doté d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage, est couvert d'un toit en zinc à une pente. Les bâtiments, conçus sur une trame d'1,75m, sont en béton armé avec parpaings agglomérés en remplissage. Les éléments de l'ossature en béton armé sont traités comme des éléments forts de modénature des façades. Les horizontales marquées des brise-soleils et des linteaux s'opposent aux verticales des meneaux.

En 1993, un escalier, en béton armé, en vis hors-oeuvre avec jour, est accolé au centre de la façade sur cour du bâtiment D. Les parois extérieures sont constituées de coques semi-circulaires en béton armé au revêtement extérieur d'aspect cannelé.

En 2003, le bâtiment E est agrandi, côté cour, d'une extension en rez-de-chaussée couverte en terrasse. Construite en béton armé, sa façade nord est dotée de larges baies vitrées.

Mursbéton
pierre
brique
enduit
béton armé
moellon
brique et pierre
pierre de taille
parpaing de béton
Toitzinc en couverture, béton en couverture
Plansplan régulier
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, 4 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couverturesterrasse
toit à longs pans
toit à un pan
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour
escalier hors-oeuvre : escalier en vis avec jour en maçonnerie
Autres organes de circulationsascenseur
État de conservationbon état
Techniquesferronnerie
maçonnerie
Représentationsornement géométrique
Précision représentations

La mise en oeuvre de la brique de parement en façade forme des motifs géométriques. Les portes du lycée en ferronnerie, probablement dessinées par le ferronnier Edgar Brandt en 1936, sont ornées de deux motifs de lettres entrelacées, rappelant le statut premier de l'établissement : E.P.S.

Statut de la propriétépropriété de la région
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Loiret : 212 W art. 47527 à 212 W art. 47 530. Fonds d'établissement relatif au lycée Jean Zay, 1945-1951.

  • Archives départementales du Loiret : 286 W art. 65 055. Fonds du rectorat. Construction d'une aile supplémentaire au lycée Jean Zay, 1961-1965.

  • Archives municipales d'Orléans. Sous-série 11 M, bâtiments municipaux : 11 M 1551 à 11 M 1566 et 11 M 1577. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson (ancienne école primaire supérieure de filles, puis collège moderne et technique de jeunes filles Jean Zay). 1911-1964.

Documents figurés
  • Avant-projet de l'école primaire supérieure de filles d'Orléans, plans dressés par les architectes Laville, Paillard et Garapon, datés du 14 mai 1932. (Archives municipales d'Orléans, 11 M 1552. Lycée Jean Zay. Concours. École primaire supérieure).

  • Construction du deuxième étage du bâtiment A, plans dressés par l'architecte Durin, datés le 28 décembre 1951. (Archives municipales d'Orléans. ; 11 M 1562. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson, ancienne École primaire supérieure de filles).

  • Construction du bâtiment D, plans dressés par les architectes Bazin et Durin, datés de 1957. (Archives municipales d'Orléans ; 11 M 1563. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson, ancienne École primaire supérieure de filles).

  • Construction du bâtiment E, plan dressé par les architectes Bazin et Durin, datés de 1964. (Archives départementales du Loiret ; 286 W art. 65 055. Fonds du rectorat. Construction d'une aile supplémentaire au lycée Jean Zay, 1961-1965).

  • École primaire supérieure de jeunes filles, plans dressés par les architectes Laville, Paillard et Garapon, datés le 26 août 1937. (Archives municipales d'Orléans ; 11 M 1552. Lycée Jean Zay. Concours. École primaire supérieure).

  • Inauguration du lycée Jean Zay. Photographies prises à l'occasion de l'inauguration du lycée Jean Zay le 20 juin 1949. (Archives départementales du Loiret, Fonds d'établissement du lycée Jean Zay, 212 W art. 47 528, 1949).

  • Plan de situation, terrains réservés pour la future École primaire supérieure de jeunes filles, plan dressé par les services municipaux, 1931. (Archives municipales d'Orléans ; 11 M 1551. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson, ancienne École primaire supérieure de filles).

  • Projet de concours, BEPS, élévation de la façade principale, plan dressé par les architectes Laville, Paillard et Garapon, 1931. (Archives municipales d'Orléans ; 1 Fi 119. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson, ancienne École primaire supérieure de filles).

  • Projet de concours, BEPS, plan du rez-de-chaussée, plan dressé par les architectes Laville, Paillard et Garapon, 1931. (Archives municipales d'Orléans ; 1 Fi 115. Lycée Jean Zay, rue Ferdinand Buisson, ancienne École primaire supérieure de filles).

Bibliographie
  • PROST, Antoine. L'enseignement s'est-il démocratisé ? Les élèves des lycées et collèges de l'agglomération d'Orléans de 1945 à 1980. Paris : PUF, 1992.

Périodiques
  • Concours de la Ville d'Orléans pour la construction d'une École primaire supérieure de jeunes filles avec internat. Projet de M. Laville, Premier Prix et exécution. La Construction Moderne, n°33, 15 Mai 1932.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Chatain Annaïg