Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maisons et fermes de Preuilly-la-Ville

Dossier IA36010383 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Les maisons et les fermes de la commune de Preuilly-la-Ville

Parmi les 78 maisons et fermes de la commune de Preuilly-la-Ville, l'analyse a porté sur 55 maisons et fermes dont le parti architectural initial restait identifiable. 23 maisons et fermes ont connu des altérations importantes qui ne permettent pas leur analyse typologique. A ce stade de l'inventaire de l'architecture rurale, aucune n'a fait l'objet d'une étude monographique.

Sur la commune de Preuilly-la-Ville, il n'a pas été jugé pertinent de distinguer l'analyse collective des maisons de celles des fermes. Contrairement au canton de Mézières-en-Brenne, l'habitat exempt de toute activité agricole semble en effet peu représenté. Les logements sont très fréquemment accompagnés de petites dépendances, dont la fonction est difficilement identifiable (cellier, étable, etc.) et a pu évoluer dans le temps. De plus, la distinction typologique s'est révélée inopérante entre une petite unité d'exploitation (petit logement et petite dépendance agricole) et une petite maison.

L'importance des espaces d'exploitation au sein de l'édifice a constitué l'unique critère discriminant entre une « maison » et une « ferme ».

Historique

Sur les 55 maisons et fermes repérées, 40 d'entre-elles ont au moins un de leurs bâtiments représenté sur le plan cadastral de 1812. Un nombre important d'édifices peut en effet être daté au moins du 18e siècle et pour certains d'entre eux des 15e, 16e, 17e siècles.

Bourg, maison datée de 1470, 4 logements dont 1 à ouverture en mur-pignon.Bourg, maison datée de 1470, 4 logements dont 1 à ouverture en mur-pignon.Deux édifices ont été datés par dendrochronologie en janvier 2012 (Archéolabs). Dans le bourg, une maison en rez-de-chaussée constituée de 4 logements à pièce unique (dont l'une à ouverture en mur pignon) a pu être datée de 1470. Au Prépicault, une maison comprenant un cellier en rez-de-chaussée et logement à l'étage accessible par un escalier extérieur a été datée de 1507.

D'autres édifices, principalement des logis, présentent des formes datables des 15e, 16e ou 17e siècles, encadrements chanfreinés, linteaux à accolade, corbeaux de cheminée, appuis moulurés, présence de baies à coussiège ou bien relèvent de typologies anciennes déjà identifiées sur le canton du Blanc (Christian Trézin), notamment des maisons en rez-de-chaussée dont l'accès s'effectue en mur pignon par une porte décentrée.

Dans la 2e moitié du 19e siècle ainsi qu'au début du 20e siècle, les maisons et fermes connaissent des développements successifs, agrandissements, constructions ou reconstructions, et quelques nouvelles fermes sont créées. Certains logis sont abandonnés pour des espaces d'habitation plus vastes et confortables et deviennent des celliers, ou des étables.

Typologie

Le village et les quatre hameaux de la commune (le Prépicault, le Querroir, les Crétinières, et les Cossetteries) regroupent l'ensemble des maisons et des fermes.

Les Fermes

Les Crétinières, ferme à cour ouverte.Les Crétinières, ferme à cour ouverte.Les fermes présentent très majoritairement une organisation à cour ouverte, 20 fermes sur les 28 repérées ; 4 fermes seulement sont à cour fermée.

3 sont des fermes à bâtiments contigus composées d'un ou plusieurs logements accolés à des dépendances. La ferme bloc-à-terre comprenant un bâtiment unique d'habitation et d'exploitation est peu représentée sur le territoire communal (1 seul exemple).

Les fermes adoptent plus fréquemment un plan régulier (19 sur 28 fermes) et se composent pour la plupart de deux à trois bâtiments principaux (maison, grange, étable) auxquels s'ajoutent les petites dépendances, toits à cochons, fours, appentis.

Le Querroir, grange à ouverture en mur-pignon.Le Querroir, grange à ouverture en mur-pignon.Plusieurs exemples de granges à ouverture en mur pignon ont été relevés.

Les maisons et les logements de fermes

Sur les 55 maisons et fermes de la commune, 33 ont un seul logement, et 22 abritent plusieurs espaces d'habitation (11 logements doubles et 11 logements multiples).

Le Prépicault, logement à l'étage.Le Prépicault, logement à l'étage.L'habitat se répartit entre des maisons indépendantes (27 habitats indépendants), et des habitats mixtes où les fonctions d'habitation et d'exploitation sont associées, soit juxtaposées (26) soit superposées (2). Dans ce dernier cas, la dépendance, cellier ou étable se trouve en rez-de-chaussée, tandis que le logement accessible par un escalier extérieur, occupe l'étage. Cette maison parfois dite de vigneron ne semble pas réellement caractéristique d'une zone de production viticole. Sur le canton du Blanc (étudié par Christian Trézin), les exemples similaires parfois anciens se rencontraient dans les communes de la zone poitevine (Saint-Aigny, Ingrandes, Concremiers), ce que semble confirmer l'étude d'Inventaire en cours sur la communauté de communes des Vals de Gartempe et Creuse (Yann Ourry, région Poitou-Charentes).

Les maisons et logements de fermes occupent très majoritairement des bâtiments en rez-de-chaussée (43) mais également en rez-de-chaussée et comble à surcroît (10), tandis que les 2 habitats à fonctions multiples superposées occupent des bâtiments d'un étage carré (2).

L'habitat est accessible principalement par le mur gouttereau (50) ou par un escalier extérieur parallèle au mur gouttereau (2). 4 maisons ouvrent en mur-pignon par une porte décentrée dont le piédroit se confond parfois avec la chaîne d'angle du bâtiment, selon une typologie identifiée sur le canton du Blanc. Certains édifices à accès en mur gouttereau conservent les traces de l'accès originel du logement (portes murées en mur pignon).

6 logements seulement présentent une façade ordonnancée.

MATERIAUX DE CONSTRUCTION

Le Prépicault, maison à ouverture en mur-pignon.Le Prépicault, maison à ouverture en mur-pignon.

Sur l'essentiel du territoire communal, les murs sont en moellons de calcaire. Les édifices sont couverts majoritairement de toiture à longs pans, rarement à croupe, en tuile plate, mais également en ardoise et tuile mécanique.

Aires d'étudesParc naturel régional de la Brenne
Dénominationsmaison, ferme
AdresseCommune : Preuilly-la-Ville
Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

Ferme bloc-à-terre (1) ; ferme à bâtiments contigus (3) ; ferme à cour ouverte (20) ; ferme à cour fermée (4). Plan régulier (19) ; plan irrégulier (9). Logement unique (33) ; logement double (11) ; logements multiples (11). Habitats indépendants (27) ; habitats à fonctions multiples juxtaposées (26) ; habitats à fonctions multiples superposées (2).

Décompte des œuvres bâti INSEE 89
repérées 55
étudiées 0

Annexes

  • Éléments de statistiques sur Preuilly-la-Ville

    Éléments de statistiques

    Le chiffre INSEE du bâti correspond au nombre total de logements de la commune, d'après le recensement de l'INSEE le plus récent au moment de l'étude. Le recensement de 2006 en dénombre 101, celui de 1968, 89. Cette dernière donnée fournit un ordre de grandeur pour la proportion des édifices repérés, c'est-à-dire ceux qui ont servi à établir le dossier collectif maisons-fermes.

  • Chronogrammes relevés sur les maisons et fermes repérées de Preuilly-La-Ville

    Chronogrammes relevés sur les maisons et fermes repérées :

    1726 (bourg) ; 1698, 1783, 1798, 1799, 1864, 1882 (Prépicault).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Desagher Julia