Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement réglementé Dufour

Dossier IA45002986 inclus dans Les lotissements d'Orléans (1880-1970) réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Précision dénominationlotissement réglementé
AppellationsDufour
Parties constituantes non étudiéesmaison, jardin
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Adresse : 14 à 23 rue
de l'Écale
Cadastre : 2008 AI 386 à 389, 402 à 406

Le lotissement a été réalisé par Dufour, négociant en bois et charbon à Cléry (Loiret). Approuvé par arrêté préfectoral du 18 mai 1931, le plan du géomètre Pierre Liévois prévoit la vente de 11 lots de 221 à 603 m² desservis par une voie de 12 mètres de large. Cette rue, qui prolonge un premier tronçon ouvert par Rime-Allou en 1928, figurait dans le premier Plan d'Aménagement, d'Extension et d'Embellissement de la Ville d'Orléans (P.A.E.E.), conçu par le directeur honoraire des travaux municipaux Besnard et approuvé en 1926 par la Ville. Le cahier des charges du lotissement Dufour comprend les mêmes servitudes que le lotissement Rime-Allou. Il est exclusivement réservé à un usage résidentiel excluant ainsi toute profession pouvant entrainer des nuisances. Les acquéreurs ne sont soumis à aucun mode de construction particulier mais l'usage de matériaux de récupération pour les constructions visibles depuis la rue est interdit. Si le cahier des charges ne règlemente pas l'implantation des habitations, les parcelles doivent néanmoins être closes sur la rue par une grille en bois ou en fer, ou par un mur pouvant être surmonté d'une grille. Neuf lots, dont quatre situés n° 14 à 20 rue de l'Écale sont conformes au projet d'origine, sont vendus et bâtis dans les années 1930.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1931, daté par source
Auteur(s)Auteur : Liévois Pierre géomètre attribution par source
Personnalité : Dufour promoteur attribution par source

Le lotissement Dufour est implanté près de la rue du Faubourg-Madeleine et comprend neuf lots de 300 à 580 m² desservis par la rue de l'Écale. Les habitations sont bâties à l'alignement ou en retrait, derrière une cour clôturée sur rue par des murs d'appui surmontés d'une grille conformes au cahier des charges, ou par une barrière en ciment (n° 23). Les constructions sont accolées ou établies en semi-mitoyenneté et dans ce cas bordées d'un passage latéral étroit permettant d'accéder au jardin rejeté en fond de parcelle. Si aucune implantation n'était dictée dans le cahier des charges, on constate cependant une forme de groupement des maisons qui consiste à établir deux accès latéraux contigus. Les maisons, construites en moellon enduit ou en brique, possèdent un unique rez-de-chaussée ou un étage carré, et sont couvertes en tuile mécanique ou en ardoise de toits à deux pans et de demi-croupes. Les façades sont soulignées par des encadrements en brique, des baies couvertes de linteaux métalliques, le moellon laissé apparent. Si l'ensemble de ces constructions ne présente pas d'homogénéité particulière, il faut cependant souligner la présence des petits pavillons caractérisés par leur pignon en façade principale et une entrée située sur le mur gouttereau (n° 14, 15, 17 et 18). Ces pavillons possèdent également quelques éléments décoratifs témoignant d'une production courante des années 1930 : les enduits de ciment imitant le pan de bois ou simulant des linteaux et les garde-corps métalliques présentant des motifs de corbeilles de fruits. Dans ce contexte, la présence d'une maison moderniste (n° 19) se distinguant par son volume cubique, sa façade lisse et sa toiture terrasse fait ici exception.

Mursbrique
métal
enduit
faux pan de bois
moellon
Toittuile mécanique, ardoise
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couverturesterrasse
toit à deux pans
demi-croupe
Typologieslotissement réglementé
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Extrait du cahier des charges du lotissement, 12 février 1931 (Archives municipales d'Orléans, 2513) :

    "Article premier - établissement de la rue :

    Le présent lotissement est traversé par une rue de douze mètres de largeur, sur laquelle ouvrent tous les lots, ladite rue désignée au projet de plan d'extension de la Ville d'Orléans, sous le numéro 11 et classée par la Commission départementale sous le numéro 160. Mr Dufour doit abandonner à la Ville d'Orléans le terrain nécessaire à l'établissement de la dite rue, dans toute l'étendue de sa propriété (...)

    Article deuxième - clôture :

    Les acquéreurs devront se clore : pour la façade de leur lot donnant sur la rue, soit par une grille en bois ou en fer, soit par un mur, ledit mur pouvant être lui-même surmonté d'une grille. Sur tous les autres aspects des lots vendus les acquéreurs auront le droit de se clore comme bon leur semblera (...)

    Article cinquième - professions et Industries :

    Les acquéreurs ou leurs locataires ne pourront jamais exercer dans la propriété lotie aucune des professions rangées par la loi, les décrets, ordonnances et règlements de police, dans la première classe des établissements insalubres, dangereux ou incommodes ; sont également prohibés les commerces ou industries bruyants ou donnant de mauvaises odeurs.

    Article sixième - mode d'établissement des constructions :

    Les acquéreurs ne seront assujettis à aucune mode de construction particulière. Toutefois sont prohibés d'une façon générale dans tous les lots et pour les constructions visibles des rues, l'emploi des vieux matériaux de démolition, morceaux de tôle usagée, planches usagées, et ce, à peine pour l'acquéreur qui contreviendrait à cette prohibition d'être contraint par toutes les voies de droit à l'enlèvement ou à la démolition de la construction incriminée, sans préjudice de tous dommages et intérêts. Les acquéreurs auront toujours la faculté d'édifier des hangars ou remises en matériaux usagés, mais seulement derrière l'habitation principale et jamais en bordure de leur terrain sur rue (...)

    Article huitième - alignement :

    Tous les acquéreurs seront tenus de se conformer pour se clore définitivement du côté de leur lot tenant au faubourg Madeleine et aux autres rues, à tous plans, arrêtés et décisions des autorités compétentes et de procéder à l'application des alignements, reculements et redressements à leurs frais, risques et périls (...)."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, 2513, cotation provisoire. Lotissements privés, projets et enquêtes. Avec plans, 1928-1939.

  • Archives départementales du Loiret ; 129 W 23344. Lotissements d'Orléans.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 178. Casier sanitaire des immeubles, rue de l'Écale. 1929-1969.

Documents figurés
  • Plan du lotissement, 1931. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, 2513).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann