Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement Liger

Dossier IA45002980 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Contexte historique et urbain

Vue de la rue de Jargeau, depuis la rue de Coulmiers.Vue de la rue de Jargeau, depuis la rue de Coulmiers.

Le lotissement Liger se situe dans la partie nord du quartier Dunois, en face de l'ancien orphelinat Serenne. L'industriel investit peu après la création du quartier en 1880 sans s'y être préalablement établi, au contraire des industriels Daudier et Boyard qui lotissent également des terrains dans le quartier. Liger revend une première partie de son terrain à la Société immobilière d'Orléans, qui procède à cette période à la construction d'un ensemble d'habitations rue de la Concorde, rue de Gaucourt et rue de Coulmiers (voir le lotissement concerté de la Société immobilière d'Orléans n° 3). Le premier projet de Liger prévoit la création d'une rue de 85 m de longueur sur 8 m de large dont il propose l'ouverture à la Ville le 4 avril 1890. Ce projet essuie un premier refus du conseil municipal le 3 juin 1890 au motif que la Ville n'a pas à exécuter à ses frais les travaux de viabilité. Alors même que le règlement de voirie n'est pas encore approuvé (il le sera en septembre de la même année), l'obligation pour les propriétaires de céder gratuitement les terrains nécessaires à l'assiette de la rue et de procéder à la construction de la chaussée pour toute nouvelle voie publique est donc déjà appliquée. Le 5 mars 1891, le promoteur accepte d'abandonner gratuitement le terrain nécessaire à la rue et de réaliser à ses frais les travaux de viabilité. La proposition est acceptée par la ville le 17 avril 1891 puis, le 9 novembre 1891, la rue est classée dans le réseau des chemins vicinaux.

Caractéristiques morphologiques et architecturales

Maison, 12 rue de Jargeau.Maison, 12 rue de Jargeau.Le tracé biais de la rue de la rue de Jargeau est déterminé par l'orientation du parcellaire d'origine et par la volonté de découper des lots d'une profondeur relativement uniforme (entre 18 et 24 m) Les parcelles constituant les lots bâtis à l'origine du lotissement sont homogènes et accueillent des édifices qui n'excèdent pas trois travées en façade. La continuité du bâti est particulièrement perceptible côté pair de la rue de Jargeau (n° 2 bis à 14) où les édifices présentent un rez-de-chaussée, auquel on accède par deux ou trois marches, un étage carré couvert d'un toit à deux pans, élévation qui est par ailleurs inférieure au prospect autorisé (jusqu'à 14,60 m pour une rue de 8 m de large). La continuité est également assurée par l'alignement des appuis de fenêtres, des bandeaux horizontaux marquant les différents niveaux d'élévation et des corniches. Les façades sont uniformément enduites et soulignées par la brique rouge ou jaune au niveau des encadrements de baies, des corniches et des chaînes d'angle. On signalera enfin l'ajout ou le remplacement des garde-corps en façade de plusieurs édifices entre les deux guerres rue de Jargeau (n° 2 bis, 4, 6 et 14).

AppellationsLiger
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, jardin, cour
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : pairs de 62 à 66 rue de, Coulmiers , 1 à 14 rue de, Jargeau , 18 bis, 22 rue de
Caban
Cadastre : 2008 AO 299 à 307, 309 à 314, 578, 579

Le lotissement a été réalisé par M. Liger, couvreur à Orléans, sur des terrains acquis entre 1881 et 1889. Vers 1884-1885, une première partie de ces terrains desservis par la rue de Coulmiers est vendue à la Société Immobilière d'Orléans, qui construit trois maisons (n° 62 à 66 rue de Coulmiers). Le 17 avril 1891, l'ouverture de la rue de Jargeau fait l'objet d'une autorisation municipale. La vente des lots s'effectue ensuite à la demande à partir de 1894. Le lotissement est bâti essentiellement à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Après 1940, il se densifie avec la construction des maisons n° 5 (surélevée postérieurement) et 7 rue de Jargeau puis de l'immeuble situé n° 2 rue de Jargeau.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1891, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Liger
Liger

Industriel : couvreur (entrepreneur en couvertures) et promoteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par source

Le lotissement Liger se situe entre les rues de Caban au sud et la rue de Coulmiers au nord. Il est desservi par la rue de Jargeau et se compose de 17 lots. L'intersection des rues de Caban et de Jargeau est marquée par un pan coupé à l'angle sud-ouest. Le lotissement se compose à l'origine de maisons et de petits immeubles, dont deux groupes de deux édifices (n° 6-8 et 12-14 rue de Jargeau), bâtis à l'aplomb de la voie entre mitoyens. Ces édifices, construits en moellon apparent ou enduit, se composent d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage carré sous un toit à deux pans en ardoise. Au n° 18 bis rue de Caban, la maison se distingue par la présence d'un étage de comble sous un toit à longs pans brisés. Les façades des édifices sont soulignées par l'usage de la brique rouge ou jaune en second oeuvre (encadrements de baies, corniches, chaînes d'angle) et en décor (dents d'engrenage, croix, vagues). Les deux maisons datant d'une seconde phase de construction (n° 5 et 7 rue de Jargeau) comportent un ou deux étages carrés couverts à deux pans et une entrée en brique couverte en plein cintre. Enfin, l'immeuble situé n° 2 rue de Jargeau, construit en béton armé, rompt avec le bâti ancien du lotissement par son implantation en retrait, son plan en L, son volume supérieur (à cinq étages carrés), et son toit terrasse.

Mursbrique
enduit
moellon
béton armé
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, 5 étages carrés, étage de comble
Couverturesterrasse
toit à deux pans
toit à longs pans brisés
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série D, GF 565, cotation provisoire. Délibérations du conseil municipal du 4 avril 1890, 3 juin 1890 et 17 avril 1891.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série D. Délibération du conseil municipal du 9 novembre 1891.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série 1 G, GF 70. Cadastre et Impôts directs. État parcellaire, section F. 1823-1969.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; 1 O 72. Demandes de voirie, relevé des pétitions exceptionnelles. 1880-1926.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann