Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement Lefaucheux

Dossier IA45003015 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

AppellationsLefaucheux
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, jardin, cour
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : de 1 à 27 rue, Serenne , 16 rue de
Lahire
Cadastre : 2008 AO 105 à 114, 117, 118, 613, 614

Le lotissement est réalisé à partir de 1908 par Lefaucheux sur des terrains bordant la rue de Lahire et la rue Serenne, ouverte par Louis-Charles Boyard en 1907. 11 parcelles, d'une superficie de 98 m² à 263 m², sont vendues par Lefaucheux entre 1908 et 1920 puis à la fin des années 1940 (une parcelle de 386 m²). Le lotissement se bâtit lentement jusqu'aux années 1930 principalement puis durant la seconde moitié du 20e siècle aux n° 1, 13 et 15. Parmi les acquéreurs figurent le mosaïste Fabris qui s'installe au n° 25 rue Serenne et l'architecte Léon Masson qui établit son agence et sa résidence au n° 9. Celui-ci construit également plusieurs édifices entre 1911 et 1934 dans le lotissement (n° 7 et 25 pour différents propriétaires et n° 11 pour son propre compte) et dans celui de Boyard dans la même rue (n° 2, 2 bis).

Période(s)Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates1908, daté par source
Auteur(s)Auteur : Masson Léon architecte
Personnalité : Lefaucheux promoteur attribution par source

Le lotissement comprend actuellement 13 lots desservis par la rue Serenne et la rue de Lahire. Il se compose de maisons (dont deux jumelées aux n° 21-23) ou d'immeubles (n° 5, 11, 13-15) mitoyens ou semi-mitoyen, à l'alignement, derrière une cour ou un jardin d'agrément clôturés sur la rue par un muret surmonté d'une grille (n° 27 rue Serenne et n° 16 rue de Lahire). Les édifices comprennent un rez-de-chaussée sur cave surmonté d'un ou deux étages carrés couvert d'un toit à deux pans en ardoise ou d'un étage carré et d'un étage carré couvert d'un toit à longs pans brisés. Les deux immeubles situés aux 11 et 13-15 comprennent des garages en rez-de-chaussée. Si aucune réelle continuité spatiale ne se dégage de l'ensemble, probablement en raison de l'étalement des constructions dans le temps, les édifices antérieurs à 1945 partagent toutefois des matériaux traditionnels communs. Les murs de façade, qui peuvent comporter un soubassement en pierre de petit appareil (n° 5, 17, 21, 23), en pierre de taille (n° 19) ou en moellon apparent (n° 7, 9), sont construits en moellon enduit ou en brique silico-calcaire (n° 9 et 19). Plusieurs éléments de second-œœuvre et de décor soulignent les façades et tendent à individualiser chaque édifice. On relève ainsi les dents d'engrenage (n° 7, 23), les encadrements de brique polychrome (n° 21-23), les linteaux métalliques (n° 3 et 27 rue Serenne, n° 16 rue de Lahire), les céramiques à fleurs (n° 17) ou encore les mosaïques du n° 25 dessinant diverses compositions florales.

Mursbrique
brique silico-calcaire
enduit
moellon
carrelage mural en céramique
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à deux pans
toit à longs pans brisés
Techniquescéramique
mosaïque
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série 1 G, GF 70. Cadastre et Impôts directs. État parcellaire, section F. 1823-1969.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann