Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement Gouspilla

Dossier IA45003030 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2009

Fiche

  • Orthophotographie.
    Orthophotographie.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • maison
    • immeuble
    • cour
    • jardin
    • école

Á rapprocher de

  • Lotissement Daudier
    Orléans, quartier Dunois, rue du Commandant-Arago , 1 à 30 rue de Chanzy , 10 rue de Lahire
  • Lotissement Thieulin
    Orléans, quartier Dunois, impairs de 69 à 97 rue de Patay , pairs de 14 à 18 rue Guillaume-de-Lorris , impairs de 21 à 33 bis rue de Lahire

Œuvres contenues

Maison, 39 rue de Chanzy.Maison, 39 rue de Chanzy.Le lotissement Gouspilla s'inscrit dans la continuité morphologique et architecturale du lotissement Daudier. La rue de Chanzy s'affirme ici comme un espace de représentation s'appuyant sur des façades éclectiques aux compositions individualisées et soignées et où la régularité des travées est tempérée par une mise en oeuvre variée. Les façades sont soulignées par une riche ornementation qui s'exprime de façon plus soutenue du côté impair de la rue. Les baies sont devancées par des balconnets ou par des balcons à garde-corps métalliques ou à balustrade (n° 39 rue de Chanzy, image ci-contre) reposant sur d'épaisses consoles à volutes rentrantes. Elles sont également relevées par des entablements ou des corniches surmontées de frontons triangulaires ou cintrés, couronnant aussi les lucarnes percées dans les toits à longs pans brisés. Côté pair, les édifices n° 36 à 40 partagent une corniche continue supportant un toit brisé percé de lucarnes à arcs segmentaires, dont le type est courant rue de Chanzy ou rue du Commandant-Arago. Aux n° 36 et 40, les garde-corps en ferronnerie des baies utilisent par ailleurs le même dessin que le n° 21 rue de Chanzy (lotissement Daudier).

Immeuble à l'angle des rues de Chanzy et de Patay.Immeuble à l'angle des rues de Chanzy et de Patay.La fonction circulatoire importante qu'occupe la rue de Patay au sein du quartier Dunois (elle relie la place Dunois à la rue de la Gare) peut expliquer le parcellaire plus généreux du centre du lotissement, avec des lots atteignant 1000 m² et mesurant jusqu'à 20 m de large (n° 55 à 59). C'est dans cette rue que sont implantés les plus importants immeubles (n° 49 ou 59, 5 à 6 travées) dont le gabarit s'apparente à celui bâti au n° 77 de la même rue (lotissement Thieulin).

AppellationsGouspilla
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, cour, jardin, école
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : 31 à 42, 44 rue de, Chanzy , impairs de 43 à 47, de 51 à 63 rue de, Patay , impairs de 15 bis à 19 rue des
Murlins
Cadastre : 2008 AO 134 à 144, 145, 147, 148, 150 à 153, 205, 207 à 212, 595, 596, 688, 689

L'histoire de ce lotissement est liée à l'ouverture successive de deux rues dans le cadre de l'aménagement du quartier Dunois d'une part puis lors de la création du lotissement Daudier d'autre part. Dans un premier temps, en 1879, Gouspilla est exproprié d'une partie de sa propriété (1636 m²) afin d'ouvrir la rue de Patay qui forme l'une des artères du nouveau quartier. Le percement de cette rue permet ainsi à Gouspilla d'entamer le lotissement de son terrain. Dans un second temps, en 1885, les frères Daudier décident de lotir leur terrain voisin et d'ouvrir deux rues, la rue du Commandant-Arago et la rue de Chanzy, cette dernière venant buter au nord sur la propriété de Gouspilla. Ainsi, afin de prolonger la rue de Chanzy jusqu'au carrefour formé par les rues de Patay et de Lahire, la Ville entame des négociations avec Gouspilla afin de trouver un accord à l'amiable. Après trois ans de discussions et face au refus du propriétaire de céder ses terrains, elle décide finalement de l'exproprier le 14 décembre 1888. Le prolongement de la rue de Chanzy est ensuite suivi d'une vente rapide des lots qui sont bâtis entre 1891 et 1894. Parmi les acquéreurs de la rue de Chanzy figurent l'entreprise de bâtiments Bertin et Salmon, qui édifie un ensemble de deux maisons n° 41 et 43 en 1894, et l'architecte Louis Guillaume (installé au n° 25) qui édifie pour son compte une maison au n° 35 en 1893 et un immeuble au n°44 (remanié après la Seconde Guerre mondiale). La construction du lotissement se poursuit rue de Patay jusqu'au début du 20e siècle principalement, une seule maison (située au n° 53) ayant été bâtie entre les deux guerres.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Guillaume Louis architecte attribution par source
Auteur : Bertin et Salmon entrepreneur attribution par source
Personnalité : Gouspilla promoteur attribution par source

Le lotissement Gouspilla est situé dans le sud du quartier Dunois et comprend 28 lots desservis par les rues de Chanzy, de Patay et des Murlins. Le parcellaire est extrêmement variable selon l'emplacement dans le lotissement et la destination des lots. Rue de Chanzy, on observe une trame régulière où les habitations, individuelles ou groupées (n° 41 et 43), sont bâties sur des parcelles mesurant de 6 à 10 m de largeur. Les édifices se composent d'un étage carré et d'un étage de comble ou de deux étages carrés et forment un front bâti continu qui cache des jardins ou des cours rejetés en fond de parcelle. Ils sont construits en moellon enduit, en brique crue, peinte (n° 39) ou soulignée de décors géométriques de brique silico-calcaire (croix et losanges, n° 34), ou en pierre de taille combinée à de l'enduit ou de la brique (n° 31 et 39). Dans cette rue, l'ornementation des façades cumules les emprunts à l'architecture classique ou médiévale : bossages continus, mise en travées, couronnements par des frontons triangulaires, à base interrompue, cintrés, colonnes, croisée ou motifs décoratifs en brique (diagonale, losanges). Rue de Patay et rue des Murlins, les lots sont bâtis de maisons à un étage carré ou d'immeubles à deux étages carrés, construits en moellon enduit ou en pierre de taille (n° 53) et couverts de toits à deux pans, à longs pans ou à longs pans brisés en ardoise. Au n° 55 de la rue de Patay se distingue un ancien établissement industriel qui présente un corps de bâtiment sur rue à rez-de-chaussée.

Mursbrique
brique silico-calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couverturesterrasse
toit à deux pans
toit à longs pans brisés
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série D, GF 562. Délibérations du conseil municipal. 1888.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 41, cotation provisoire. Place Dunois.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 24, cotation provisoire. Rue de Chanzy.

Documents figurés
  • Plan des ventes effectuées dans le lotissement Daudier, vers 1888. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 41).

  • Plan parcellaire du prolongement de la rue de Chanzy, 4 janvier 1889. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 24).

  • Plan des ventes effectuées dans le lotissement Daudier, vers 1888. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, dossier 41).

  • Plan parcellaire du prolongement de la rue de Chanzy, 4 janvier 1889. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, série O, dossier 24).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann