Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement Gendron

Dossier IA45003080 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

AppellationsGendron
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, jardin, cour
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : pairs de 4 bis à 24 rue de, Coulmiers , impairs de 25 bis à 31 rue
Xaintrailles
Cadastre : 2008 AN 204 à 218

Le lotissement a été réalisé par Gendron à partir de 1895 sur un terrain d'environ 4200 m² situé à l'angle des rues de Coulmiers et Xaintrailles. 12 lots, d'une superficie variant entre 100 m² et plus de 1000 m², sont vendus avant 1900, excepté un terrain conservé par le propriétaire. Parmi les acquéreurs figurait Deburghgraeve, haut fonctionnaire alors vice-consul d'Espagne, qui acheta la plus grande parcelle (1026 m²) et se fit construire une maison au n° 29 rue Xaintrailles. Le lotissement est bâti à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, puis dans le 3e quart du 20e siècle (4 bis rue de Coulmiers).

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1895, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Gendron promoteur attribution par source

Le lotissement Gendron est situé dans le sud-ouest du quartier Dunois en bordure des rues de Coulmiers et Xaintrailles et comprend 15 lots. Les édifices forment un alignement continu interrompu par la maison située n° 6 rue de Coulmiers, bâtie en retrait. Le lotissement se compose de maisons à deux ou trois travées et un étage carré, d'une maison à boutique au carrefour des rues de Coulmiers et Xaintrailles (marqué d'un pan coupé), de maisons d'un étage sur trois ou quatre travées disposant d'une entrée cochère (n° 27 et 29 rue Xaintrailles), d'immeubles à un ou deux étages carrés. Construits en pierre de taille et en brique pour les maisons n° 27 et 29 rue Xaintrailles, en moellon et en brique pour le reste du bâti, les édifices sont couverts de toits en ardoise à deux pans ou à longs pans brisés. Le lotissement est fortement marqué par la présence d'un hôtel particulier (n° 29 rue Xaintrailles) dont le jardin s'étend sur une centaine de mètres derrière ceux de la rue de Coulmiers (2620 m²). Dans cette rue, l'implantation régulière d'édifices d'un gabarit homogène (n° 8 à 16) assure une continuité formelle, qu'accentuent les assises en pierre de petit appareil au bas des façades et l'alignement des bandeaux, des baies et des corniches. On trouve également dans cette rue les seules maisons groupées du lotissement (n° 16-18). Le lotissement est remarquable par la variété de la mise en oeuvre et des décors. Les façades, enduites ou en brique, sont soulignées par des encadrements de baies en pierre, brique ou brique silico-calcaire ou par des faux pans de bois. La brique est par ailleurs utilisée de manière strictement décorative, notamment pour les maisons situées n° 12 et 14 rue de Coulmiers qui présentent des motifs de dents d'engrenage, de denticules, de briques vernissées, de damiers en relief. On relève enfin la présence de nombreux décors sculptés, comme des visages féminins (n° 18 rue de Coulmiers, n° 27 rue Xaintrailles), des faunes (n° 27 rue Xaintrailles) ou une tête de bélier (n° 20 rue de Coulmiers).

Mursbrique
brique silico-calcaire
enduit
faux pan de bois
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans brisés
toit à deux pans
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série 1 G, GF 69. Cadastre et Impôts directs. État parcellaire, section E. 1823-1969.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 170. Casier sanitaire des immeubles, rue de Coulmiers, n° 1 à 69. 1905-1966.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann