Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement Delagrange

Dossier IA45002973 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

AppellationsDelagrange
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, jardin
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : 9, 11 à 30, 32, 34 rue de, Châteaudun , 66, 68, 68 bis boulevard de, Châteaudun , 34, 36 rue de
Gaucourt
Cadastre : 2008 AO 418, 419, 457 à 482, 484, 495, 686, 687

Le lotissement est entrepris à la fin des années 1880 par l'industriel Delagrange, fabricant de couvertures à Orléans, peu après la construction de la cité Saint-Joseph. Le plan du lotissement (non daté) prévoit un découpage en 23 lots disposés de façon régulière le long d'une voie nouvelle de 8 mètres de largeur (rue de Châteaudun). Si les lots ont une profondeur identique à celle de la cité Saint-Joseph (de 15 à 16 mètres), leur superficie est en revanche plus importante et s'échelonne entre 190 et 847 m². Sur les 23 lots, 16 mesurent 238 m² pour une longueur de façade égale à 12 mètres. Les lots sont vendus à la demande des acquéreurs et bâtis principalement entre 1889 et 1911. La construction s'achèvera durant l'entre-deux-guerres avec les maisons situées au n° 22 bis (Ker Mauricette, 1929) et au n° 34 rue de Châteaudun. Au moment de son ouverture, la rue de Châteaudun ne fait l'objet d'aucune autorisation municipale et d'aucun aménagement particulier de la part de Delagrange. En 1890, le mauvais état de la voirie incite ainsi les habitants à adresser une demande à la Ville pour que soient réalisés le nivellement et la construction de caniveaux. Ce n'est que le 2 mars 1895 que le conseil municipal autorise le service des travaux municipaux à entreprendre les travaux d'empierrement de la chaussée, à établir des trottoirs et des caniveaux et à installer un égout, sous réserve que les propriétaires abandonnent gratuitement le sol de la rue et supportent la moitié des frais de dépense. Si cette décision est conforme au règlement de voirie de 1890, elle reste toutefois exceptionnelle dans le contexte orléanais de cette période, où les travaux de voirie devaient être entièrement pris en charge par les propriétaires. Seules les rues qui relevaient de l'intérêt général, à l'image de la rue de Chanzy dans le même quartier, pouvaient en effet conduire la Ville à participer aux travaux.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Delagrange E.
Delagrange E.

Fabricant de couvertures à Orléans, entre 1882 et 1884.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par source

Le lotissement Delagrange se situe dans le nord du quartier Dunois, entre la rue de Coulmiers, la rue de Gaucourt et le boulevard de Châteaudun. Il se compose de 29 lots principalement desservis par la rue de Châteaudun. La composition du bâti varie selon l'emplacement dans le lotissement et une hiérarchie apparaît entre la rue de Châteaudun d'une part, et le boulevard de Châteaudun et la rue de Gaucourt d'autre part. Rue de Châteaudun, les constructions alignées et mitoyennes côté impair s'opposent à l'implantation anarchique du côté pair (à l'aplomb de la voie, en retrait derrière une cour ou un jardin d'agrément, en fond de parcelle), qu'atténuent cependant les murs et les grilles constituant les clôtures à l'alignement. Plusieurs catégories d'édifices se juxtaposent dans la rue. On note la présence de sept maisons en rez-de-chaussée (uniquement côté impair) qui côtoient des maisons à un étage carré et deux ou trois travées (dont deux sont jumelées, au n° 16-18) et des immeubles à un étage carré aux n° 12-14 (ensemble d'édifices), 26 et 32. À l'exception de la maison située au n° 27 construite en brique apparente, les édifices issus de la première campagne de construction sont construits en moellon enduit et sont couverts de toits à deux pans en ardoise. Les façades enduites sont soulignées par des encadrements et des corniches en brique rouge, dont certaines présentent un décor de dents d'engrenage (aux n° 16 et 18). Dans l'entre-deux-guerres, les constructions (maisons n° 22 bis et 34 rue de Châteaudun) introduisent un soubassement en moellon apparent, l'enduit de ciment et la tuile mécanique en matériau de couverture (n° 34). Les constructions les plus élevées du lotissement se situent en bordure ou proche du boulevard de Châteaudun. Les deux maisons jumelées situées aux n° 68 et 68 bis boulevard de Châteaudun et l'ensemble de deux maisons situé aux n° 34 et 36 rue de Gaucourt, qui possèdent un jardin clôturé sur la rue par un muret et une grille, se composent d'un étage carré et d'un étage de comble sous un toit à longs pans brisés. Ces édifices, construits en brique ou en moellon enduit, sont les plus soignés du lotissement. Ils présentent des façades ornées de briques polychrome et vernissée (n° 68 et 68 bis), des chaînes d'angle harpées, des balconnets, des chambranles à crossettes ou des lucarnes à fronton cintré (rue de Gaucourt). Enfin, l'immeuble à boutique (n° 66), qui occupe l'angle du boulevard et de la rue de Châteaudun, est construit en brique et en moellon enduits et s'élève jusqu'à deux étages carrés sous un toit à deux pans en ardoise.

Mursbrique
brique silico-calcaire
ciment
enduit
moellon
Toitardoise, tuile mécanique
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à longs pans brisés
toit à deux pans
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série G : 8065 (cotation provisoire). Fiches auxiliaires cadastrales, rue de Châteaudun. 1862-1984.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 29, cotation provisoire. Rue de Châteaudun.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 114, cotation provisoire. Cité Saint-Joseph.

Documents figurés
  • Plan du lotissement Delagrange, non daté, fin 19e siècle. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, série O, dossier 114).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann