Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement concerté du Château Gaillard

Dossier IA45003034 inclus dans Les lotissements d'Orléans (1880-1970) réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

  • Lotissement réglementé des Beaumonts
    Orléans, 50 à 62, pairs de 64 à 70 rue Porte-Dunoise , rue Général-de-Sonis , rue Paul-Besnard , rue Maurice-Rollinat , rue Léon-Thauvin , rue Paul-Gauguin , impasse Mac-Nab , impasse André-Chenal , place Adolphe-Cochery

Œuvres contenues

Appellationsdu Château Gaillard
Parties constituantes non étudiéesmaison, jardin
Dénominationslotissement concerté
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Adresse : impairs du 41 au 49 boulevard, Marie-Stuart , 1-3 avenue de, Wichita , rue, Antoine-Mariotte , 2-4 rue du
Petit-Pont
Cadastre : 2008 CN 252 à 255, 262, 263, 503 à 522, 524, 525

Le lotissement du Château Gaillard, autorisé par la Préfecture du Loiret le 10 septembre 1956, a été réalisé par la société coopérative de construction "Construire", qui bâtit également à la même période plusieurs maisons dans le lotissement communal des Beaumonts. 28 maisons avec jardin individuel, desservies par une nouvelle rue de 7 mètres de large, sont ainsi construites par les acquéreurs et membres de la société, connus sous le nom de castors, dont le mouvement connaît un essor important en France après la Seconde guerre mondiale. D'après le cahier des charges qui accompagne le projet de lotissement et conformément au programme d'aménagement de la Ville d'Orléans, chaque terrain doit être clos à l'alignement par des murs bahut de 40 cm maximum de hauteur surmontés de poutres à claire-voie. Une zone non aedificandi doit être traitée en jardin d'agrément, le jardin situé en fond de parcelle pouvant être aménagé en potager ou en verger. Le cahier des charges impose par ailleurs des dispositions qui visent à garantir la cohérence architecturale de l'ensemble et l'entretien des maisons. Le lotissement est ainsi réservé à "l'habitation bourgeoise" et exclut toute autre construction pouvant provoquer des nuisances sonores, tels que les établissements commerciaux et industriels, les salles de concert, une maison de refuge ou d'aliénés, une clinique ou un garage collectif. L'interdiction de sécher son linge aux fenêtres et la pose de panneaux publicitaires sur les maisons est interdite. Aujourd'hui, le lotissement a conservé dans l'ensemble son caractère architectural, malgré quelques transformations. Les grillages d'origine tendent ainsi à disparaître au profit de clôtures en dur, constituées de murs, de portails et de grilles et les façades ont pu faire l'objet d'un ré-habillement, à l'image de la maison située au n° 11 rue Antoine-Mariotte qui se distingue aujourd'hui par les garde-corps de l'escalier et du balcon, des chaînes d'angle et des encadrements de baies en brique et des contrevents en bois.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1956, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Société coopérative de construction "Construire"
Société coopérative de construction "Construire"
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par source

Le lotissement du Château Gaillard est situé en bordure du boulevard Marie-Stuart et de l'avenue de Wichita. Il est desservi par la rue Antoine-Mariotte, de 7 m. de large, et comprend 28 lots de forme quadrangulaire, trapézoïdale ou rectangulaire, dont la superficie varie entre 200 à 450 m². L'ensemble du lotissement offre une variété dans le mode de groupement et l'implantation des maisons. Il se compose de maisons en coeur de parcelle, en bande (n°1 à 7 rue Antoine-Mariotte), de maisons groupées par trois (à l'angle du boulevard et de l'avenue) et de maisons jumelées (n°14). Elles sont implantées en retrait de 4 m selon une disposition régulière formant bloc (le plus représenté) ou en redent (rue Antoine-Mariotte). Les jardins situés à l'avant des maisons sont plantés de haies, de fleurs ou de gazons et clôturés sur la voie publique principalement par un grillage tenu par des poutres en béton (d'origine) et plus rarement d'un mur surmonté d'une grille. Les habitations sont réalisées selon des types préétablis par la société et sont construites en éléments préfabriqués, crépies de ciment naturel, sur un soubassement en béton couvert d'un enduit rainuré. Elles sont couvertes en tuile mécanique ou en ardoise de toits à deux pans, de toits à longs pans et de croupes. Elles comprennent un sous-sol comportant un garage, un rez-de-chaussée surélevé, un étage de comble ou un étage carré (n°6, 8, 10 rue Antoine-Mariotte). Les entrées sont situées en façade antérieure ou en pignon et sont accessibles par un escalier en ciment à garde-corps métallique.

Mursbéton
ciment
enduit
Toittuile mécanique, ardoise
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à deux pans
toit à longs pans
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 119. Casier sanitaire des immeubles, rue Antoine-Mariotte. 1956-1963.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, 2515, cotation provisoire. Lotissements privés, autorisations et correspondance. Avec plans, 1941-1959.

  • Archives départementales du Loiret ; 190 W 40692. Lotissements d'Orléans.

Documents figurés
  • Plan-masse du lotissement modifié, 1956. (Archives départementales du Loiret ; 190 W 40692).

  • Plan de lotissement avec indication de la surface des lots, 1956. (Archives départementales du Loiret ; 190 W 40692).

  • Plan-masse du lotissement, projet, 1956. (Archives départementales du Loiret ; 190 W 40692).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann