Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement communal (n° 1)

Dossier IA45003013 inclus dans Les lotissements d'Orléans (1880-1970) réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Appellationslotissement communal (n° 1)
Parties constituantes non étudiéesmaison, immeuble, jardin
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Adresse : rue du, Commandant-de-Poli , 75 bis, 77 rue du, Faubourg-Madeleine , 2 rue
Auguste-Goisneau
Cadastre : 2008 AK 30 à 33, 35 à 37, 41 à 45, 57, 58, 144, 152, 153, 224

Le lotissement a été réalisé par la Ville d'Orléans sur un terrain d'une superficie de 12700 m² acquis en août 1882 auprès des viticulteurs Pignon et Pisseau. Selon certains conseillers municipaux (délibération du conseil municipal, 27 juillet 1882), l'acquisition de cette propriété située rue du Faubourg-Madeleine apparaissait comme une aubaine pour constituer une amorce du prolongement du boulevard de Châteaudun, ouvert en 1880. L'ouverture de la rue du Commandant-de-Poli n'intervient cependant que 10 ans plus tard et s'accompagne du percement de la rue Auguste-Goisneau, perpendiculaire à la première. Seul le tronçon occidental de cette rue a finalement été réalisé : à l'est, le projet abandonné subsiste encore aujourd'hui dans le parcellaire, à l'emplacement de la maison située au n° 8 rue du Commandant-de-Poli et de l'extension de la maison située au n° 10. Le lotissement proprement dit est d'abord envisagé en 1892 lorsque le conseil municipal autorise la vente par adjudication aux enchères publiques des excédents de terrain (8862,32 m²) en 18 lots (19 octobre 1892). En mars 1893, la vente ne concerne plus que 16 lots y compris les maisons (affiche de vente des terrains). Les ventes ne débutent cependant qu'en 1895 pour s'achever en 1910. Les parcelles sont vendues à des prix très abordables (entre 2,73 francs et 5 francs le m²) comparé aux terrains vendus peu de temps auparavant rue de Chanzy (de 17 à 50 francs le m²). Deux entrepreneurs de bâtiments, Portier-Linel et Benoni Gaultier, investissent à ce moment dans le lotissement. Le premier construit trois immeubles actuellement situés aux n°11, 13 et 15 rue du Commandant-de-Poli à la fin du 19e siècle et le second acquiert une grande parcelle qu'il lotit par tranches successives à partir de 1919 (lotissement Gaultier). À la fin du 19e siècle, les constructions se concentrent dans la partie nord de la rue du Commandant-de-Poli. Deux commerces sont aménagés en bordure de la rue du Faubourg-Madeleine, une épicerie au n° 77 et une boutique au n° 75 bis. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, le lotissement se densifie et les dents creuses subsistantes sont construites. Les jardins laissent ainsi place à des maisons et des immeubles construits aux n° 2, 4, 17 bis, 19 bis et 20 rue du Commandant-de-Poli entre les années 1960 et 1980.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1895, daté par source
Auteur(s)Auteur : Portier-Linel entrepreneur attribution par source
Personnalité : Ville d'Orléans
Ville d'Orléans

Commanditaire, maître d'ouvrage


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par source

Le lotissement communal se situe à l'ouest de la ville, entre la rue du Faubourg-Madeleine et le quai de la Madeleine, en bordure de la Loire. Il comprend 17 lots de tailles inégales qui se concentrent dans la partie nord du lotissement. Seule la maison en rez-de-chaussée située au n° 77 rue du Faubourg-Madeleine est antérieure au lotissement et témoigne encore aujourd'hui de l'activité viticole qui caractérisait ce secteur avant son urbanisation. Le bâti de la première période de construction du lotissement (fin du 19e siècle et début du 20e siècle) se compose de maisons et d'immeubles implantés à l'aplomb de la voie ou en retrait, en mitoyenneté partielle ou totale. Parmi les maisons, une possède une boutique en rez-de-chaussée et occupe l'angle de la rue du Commandant-de-Poli et de la rue du faubourg-Madeleine (n° 75 bis). Construits en moellon ou en brique enduits, les édifices présentent sur trois travées un étage carré couvert d'un toit à deux pans en ardoise. Plusieurs éléments de modénature récurrents confèrent une certaine homogénéité à l'ensemble parmi lesquels les chaînes d'angle et les piédroits harpés, les cordons en pierre (n° 75 bis rue du faubourg-Madeleine et n° 14, 16, 18 et 19 rue du Commandant-de-Poli), les encadrements de baies et chaînes en brique (n° 11, 13, 15 et 17 rue du Commandant-de-Poli). Les maisons bâties après la Seconde Guerre mondiale (n° 17 bis et 19 bis rue du Commandant-de-Poli), possèdent quant à elles un garage en rez-de-chaussée et un étage carré couvert d'un toit à deux pans en ardoise.

Mursbrique
pierre
enduit
moellon
Toitardoise
Étagessous-sol, 1 étage carré
Couverturestoit à deux pans
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série D. Délibération du conseil municipal. 27 juillet 1882.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série D. Délibération du conseil municipal. 19 octobre 1892.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série 1 G, GF 69. Cadastre et Impôts directs. État parcellaire, section E. 1823-1969.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série O, dossier 36, cotation provisoire. Rue du Commandant-de-Poli.

Documents figurés
  • Plan cadastral des terrains à vendre, non daté. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, série O, dossier 36).

  • Affiche de vente des terrains, 1893. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, série O, dossier 36).

  • Extrait du cadastre napoléonien, section E, 1823. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, 1 Fi 56).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann