Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fontenay : château

Dossier IA37005513 réalisé en 2014

Fiche

Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonCanton de Bléré
AdresseCommune : Bléré
Lieu-dit : Fontenay
Cadastre : 1826 A 36-38 ; 2014 ZC 72-80

La première mention de Fontenay remonte au 11e siècle (terra fontaneti). En 1350, Margot des Quartes, fille de Jehan des Quartes, rendit hommage à l’archevêché de Tours. Ensuite ce château devient un fief qui relève pour une partie du château d’Amboise, et pour une autre partie du fief des Arpentis à Bléré. En 1486, il appartient à Étienne Ragueneau ; en 1523 à Étienne de la Loue ; en 1678 à Georges Guil ; en 1736 à Lucien Bernard, avocat au Parlement ; en 1737 à Gabriel Taschereau. Les moulins des Haut et Bas Fontenay, situés sur le ruisseau des Grandes Fontaines, dépendaient de ce fief. Il ne reste rien du logis primitif qui fut entièrement détruit en 1871. Une carte de 1770 permet de voir la disposition des bâtiments de l'ancien château : le corps de logis occupait le même emplacement qu'aujourd'hui et la disposition des communs selon un axe perpendiculaire au corps de logis est conservée. Ces bâtiments en pierre de taille sont vraisemblablement du 17e siècle, même si les lucarnes sont plus récentes. Par ailleurs, on voit qu’il y avait aussi deux pavillons d’entrée sur un axe parallèle à celui du corps de logis ; ils ont disparu. Le château, tel qu’il se présente aujourd’hui, est un bâtiment construit à la fin du 19e siècle (1891 date portée) par le propriétaire Auguste Bucquet. Ce dernier, né à Paris en 1841 et décédé en 1914, était peintre et architecte. On ne connaît pas ses réalisations en tant qu'architecte, mais on sait en revanche qu’il exposa trois tableaux aux Salons de 1863, 1865 et 1870. Il était élève de Charles Jalabert. Auguste Bucquet, marié à Eugénie Bardet, acheta en 1869 le château de la Roche à Chargé (37), à Achille Charles de Susleau de Malroy général à Tours et à Henriette Georgine Charlotte de Charmont sa femme, château qu’il revendit le 25 octobre 1872 à Théodore Delort lieutenant de vaisseau à Toulon et sa femme Marie Louise Joséphine Éveline Daubon. A l'est du logis, une serre a été construite à la fin du 19e ou au début du 20e siècle.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1891, porte la date

Situé en rive gauche du Cher, au sein d’un parc traversé par les vestiges de l’ancien aqueduc gallo-romain de Fontenay, le château s’inscrit au sein d’un domaine viticole de 12 hectares. Le logis est construit en moellons de calcaire avec enduit ; les chaînages d'angle et les encadrements des baies harpés sont en pierre de taille de tufeau. La façade antérieure du corps de logis, orientée au sud, s’organise autour d’un avant-corps central hors œuvre et à pans coupés, rappelant les tours d’escalier des manoirs médiévaux. De part et d’autre du corps central s'élèvent deux travées hautes d’un étage carré, surmontées d’un comble à lucarnes à fermes débordantes. Lorsque l’on compare la façade antérieure du château de Fontenay avec celle de celui de la Roche, on remarque la similitude du parti adopté, même si Fontenay comprend 2 travées de plus. Côté nord, le corps de logis est augmenté de deux pavillons et d’un large avant-corps central qui compte deux étages carrés. Le toit à longs pans et pignons découverts est en ardoise et les souches de cheminées en brique. Les plafonds sont soutenus par des poutres métalliques ornées de plaques décoratives en relief. La serre datant du 19e siècle a été conservée. Elle est surmontée d’un passage métallique permettant d’accéder aux parties hautes vitrées ; les verrières latérales sont montées sur des châssis mobiles.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Plansplan symétrique
Étages1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans pignon découvert
Escaliersescalier dans-oeuvre
Jardinsparterre de gazon
Techniquessculpture
Précision représentations

Sur la façade antérieure, les baies de l'étage et du corps central sont surmontées d'une plate-bande ornée d'un motif végétal en relief. La baie central de l'étage est ornée d'une guirlande de fleurs et d'un cartouche portant l' inscription "In domine esperavi", le tout sommé d'un fronton cintré brisé. Celle située en-dessous présente un appareil en bossage vermiculé interrompu au centre par un masque. Sur la façade nord, un cartouche porte l'inscription : "Pax in terra hominibus bonae volontatis".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. Amboise, minutes notariales, étude Aillet. Conservation des hypothèques de Tours, certificat négatif sur transcription (vente).

Documents figurés
  • Carte du duché de Choiseul d'Amboise et de ses environs, levée topographiquement à six lignes pour cent toises, finie en 1770. (Archives municipales, Amboise).

  • Extrait du plan cadastral ancien, section A unique, 1826. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.

Périodiques
  • Roche-Chargé. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1883, p. 47.

    p. 47
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Lainé Martine

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.