Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cité jardin dite cité Émile-Zola

Dossier IA45003027 inclus dans Les lotissements d'Orléans (1880-1970) réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Entrée de la cité rue Charles-Gravier vue depuis le centre de la cité.Entrée de la cité rue Charles-Gravier vue depuis le centre de la cité.La cité Émile-Zola constitue un exemple particulièrement intéressant d'habitations à bon marché construites entre les deux guerres à Orléans. Dans cette réalisation modeste qui ne comporte que 24 maisons (contre 58 à la cité rouge réalisée simultanément par l'Office d'H.B.M. d'Orléans), les architectes tirent astucieusement parti de la forme triangulaire du terrain. Tout en disposant les maisons parallèlement aux rues selon une composition symétrique, ils réservent au centre de l'îlot une cour intérieure dont seuls les habitants ont l'usage. Accessible par deux passages sous porche pris entre deux maisons, cet espace semi-public prolonge ainsi les espaces privatifs individuels.

Maisons jumelées de type 2, rue Charles-Gravier.Maisons jumelées de type 2, rue Charles-Gravier.Si les architectes font ici explicitement référence au close de la cité jardin anglaise (groupement de maisons autour d'une impasse en cul-de-sac), les limites de l'îlot et l'orientation des maisons (façade antérieure côté rue) modifient le rapport privé/public qui caractérise le close anglais où les maisons sont orientées côté cour.

Pour constituer ce fragment de cité-jardin que constitue la cité Émile-Zola, les architectes puisent ainsi leur source dans une autre référence incontournable des H.B.M., la cour ouverte, utilisée pour la première fois à Paris au début du 20e siècle dans un ensemble H.B.M. de la fondation Rothschild (groupe Belleville achevé en 1904, Rey et Provensal architectes). Un principe que Hummel, Dubreuil et Maurey transposent ici dans un groupement discontinu de maisons individuelles.

Appellationscité Émile-Zola
Parties constituantes non étudiéesmaison, jardin, cour
Dénominationscité jardin
Aire d'étude et cantonCommune d'Orléans
AdresseCommune : Orléans
Adresse : impairs de 15 à 27 rue, Émile-Zola , pairs de 10 à 16 boulevard, Guy-Marie-Riobé , pairs de 2 à 4 bis rue, Verte , impairs de 1 à 17 rue
Charles-Gravier
Cadastre : 2008 AS 10 à 16, 18 à 34, 159, 160, 274 à 287

La cité Émile-Zola a été construite par l'Office Public d'Habitations à Bon Marché d'Orléans à partir de 1931, d'après les plans dressés en 1929 par les architectes Marcel Maurey, André Dubreuil, Roger Hummel, ces deux derniers ayant été par ailleurs architectes de l'Office public d'H.B.M. du département de la Seine. Les travaux ont été exécutés par l'entrepreneur Lecluse. Les maisons étaient accessibles à la propriété et ont été vendues dès leur construction conformément à l'article 11 de la Loi Loucheur du 13 juillet 1928. Plusieurs transformations dénaturent aujourd'hui l'opération d'ensemble, en particulier certains ravalements de façade, la modification d'ouvertures et des extensions côté jardin (construction de vérandas, de garages et de corps de bâtiment en appentis).

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1931, daté par source
Auteur(s)Auteur : Maurey Marcel architecte attribution par source
Auteur : Hummel Roger architecte attribution par source
Auteur : Dubreuil André architecte attribution par source
Auteur : Lecluse entrepreneur attribution par source
Personnalité : Office Public d'Habitations à Bon Marché d'Orléans
Office Public d'Habitations à Bon Marché d'Orléans
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par source

La cité Émile-Zola est implantée sur un terrain de forme triangulaire situé au carrefour du boulevard Guy-Marie Riobé et de la rue Émile-Zola et délimité à l'ouest par la rue Verte et au nord par la rue Charles-Gravier. Elle se compose de 24 maisons disposées symétriquement autour d'une cour centrale accessible par deux passages sous porche aux entrées de la cité. Les maisons, groupées par deux ou par quatre, sont bâties selon trois types réparties comme suit : deux maisons de type A en rez-de-chaussée, huit de type 1 et quatorze de type 2. Chaque corps de bâtiment principal est complété d'une partie en appentis ou d'un abri de jardin situé en fond de parcelle (type 1). Les maisons sont implantées à l'alignement (rue Charles-Gravier) ou en retrait de la rue et disposent d'un jardin établi en façade antérieure ou postérieure. Les clôtures des parcelles n'ont fait l'objet d'aucun traitement particulier et sont constituées par des grillages tenus par des poteaux de ciment parfois associés à une haie d'arbustes, ou par des panneaux de bois pour les plus récentes. Les maisons, dont la distribution est identique à celles de la cité rouge, étaient équipées dès l'origine de l'eau courante et de l'électricité, confort qui était facultatif pour les habitations à bon marché ordinaires. Dans la maison de type A, un hall d'entrée dessert les W.C. (sur la rue), une chambre et une salle commune. La cuisine et la buanderie, accessibles depuis la salle à manger et le jardin, ainsi que le bûcher sont situés dans une partie en retour côté jardin. La maison de type 1 possède une entrée différée en pignon qui ouvre directement sur la salle à manger. Le rez-de-chaussée comprend également une chambre, un W.C. et un débarras sous l'escalier. Le retour est composé à l'image du type A. Deux chambres sont disposées à l'étage. La maison de type 2 à un étage carré, de trois pièces et cuisine comme le type 1, est légèrement plus spacieuse. Le hall d'entrée dessert une salle commune (avec cuisine) et une chambre. Un bûcher et une buanderie sont accolés mais disposent d'une entrée individualisée. Deux chambres, dont l'une mesure près de 15 m², et un W.C. complètent la distribution à l'étage. Les maisons sont construites en moellon ou en brique creuse (partie comprenant la cuisine et le bûcher) recouvert d'un enduit de ciment et de chaux et d'un crépi dit tyrolien de couleur ocre. Les linteaux, excepté ceux couronnés d'un arc, sont en béton armé, les corniches moulurées sont en ciment de Portland, les appuis de fenêtre en ciment aggloméré du commerce. Les toitures sont à deux pans ou à deux pans et croupes et couvertes en tuile mécanique. Le décor est obtenu par des bandeaux de moellon apparent ainsi que divers motifs et arcs en brique rouge agencés différemment selon les façades. À l'entrée de la cité, côté boulevard, un panneau hexagonal en mosaïque représentant des fleurs est apposé au dessus du porche.

Mursbrique creuse
ciment
enduit
moellon
béton armé
Toittuile mécanique
Étagesen rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couverturestoit à deux pans
appentis
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série O, 2549, cotation provisoire. Office municipal d'H.B.M., création de l'office, cessions gratuites de terrains, réclamations des locataires, cité des Murlins.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, 4114, cotation provisoire. Cité Émile-Zola et autres constructions.

  • Archives départementales du Loiret ; 140 W 19 X 3. Offices publics d'H.B.M., Orléans : plans, clauses, conditions générales, devis. 1923-1931.

  • Archives départementales du Loiret ; 19 X 3. Offices publics d'H.B.M., Orléans : plans, clauses, conditions générales, devis. 1923-1931.

Documents figurés
  • Maisons groupées de type 2 et A, rue Charles-Gravier, élévation de la façade et plan du rez-de-chaussée. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 2, angle des rues Émile-Zola et Charles-Gravier, plan du rez-de-chaussée et de l'étage. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 1, plan de l'étage. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 1, élévation de la façade postérieure. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 1, plan du rez-de-chaussée. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Plan de la cité, septembre 1929. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 1, élévation de la façade antérieure. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 2, élévation de la façade sur rue. (Archives départementales du Loiret, 140 W 19 X 3).

  • Maisons jumelées de type 2 à l'entrée de la cité, rue Émile-Zola, élévation de la façade et plan du rez-de-chaussée. (Archives départementales du Loiret, 40 W 19 X 3).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann