Logo ={0} - Retour à l'accueil

Châteauroux : lycée et collège agricoles, actuellement lycée agricole Naturapolis (Touvent)

Dossier IA36006597 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénominationÉtablissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA)
AppellationsNaturapolis
Parties constituantes non étudiéesamphithéâtre, cantine, gymnase, logement
Dénominationslycée, collège
Aire d'étude et cantonRégion Centre-Val de Loire
AdresseCommune : Châteauroux
Lieu-dit : Touvent
Cadastre : BZ 50

L'édifice d'enseignement est conçu par l'architecte des bâtiments civils et des palais nationaux Henri-Jean Calsat en 1966, pour réunir lycée et collège féminin agricoles, afin de recevoir 400 élèves.

La construction, déléguée à l'architecte François Calsat et à Berthelot, est réalisée sur un domaine agricole d'un seul tenant, d'une superficie de 102 hectares, issu des biens d'Hortense Bertrand, fille du général Bertrand. Les travaux sont achevés à la fin de l'année 1968.

Actuellement, l'établissement réunit trois centres de formation : le lycée d'enseignement général et technologique agricole, le centre de formation professionnel et de promotion agricole, et le centre de formation d'apprentis départemental agricole. Cet Établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA) porte le nom de Naturapolis depuis 2010.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1966, daté par source
Auteur(s)Auteur : Calsat Henri-Jean
Calsat Henri-Jean (1905 - 1991)

Architecte des Bâtiments civils.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Bâtiments civils attribution par source
Auteur : Calsat François
Calsat François

Fils de l'architecte Henri-Jean Calsat (1905-1991).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L'établissement est composé d'un ensemble de bâtiments parallélépipédiques, isolés et disposés régulièrement. Les bâtiments principaux d'internat et d'externat, sous forme de barres, et les bâtiments spécialisés de plan massé (administration, restauration, auditorium, gymnase et foyers socio-culturels) sont reliés par des passages couverts enserrant un espace paysager centré ayant fonction de cour (originellement la barre nord-est était dédiée au collège des filles, la barre sud-ouest au lycée ; seuls les bâtiments socio-culturels étaient dédoublés).

Les bâtiments sont élevés en rez-de-chaussée, ou sur plusieurs niveaux, suivant leur destination. Leur structure est composée d'éléments en béton armé ; les parements sont réalisés dans un composé de matériau synthétique (initialement les panneaux d'allège présentaient une forme en pointe de diamant), en galets formant bossage ou en béton brut de décoffrage.

Mursbéton
brique creuse
bossage
essentage de matériau synthétique
enduit
béton armé
galet
Toitmatériau synthétique en couverture
Plansplan régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, 2 étages carrés, 3 étages carrés
Couvrementsdalle de béton
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturesterrasse
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours suspendu
Statut de la propriétépropriété de la région

Annexes

  • Le domaine de Touvent

    Louis Bertrand-Boislarge fait construire vers 1830 un château dans sa propriété familiale de Touvent. Sans héritier, il lègue son vaste domaine à sa nièce Hortense Bertrand, fille du général Henri-Gatien Bertrand (dates portées : 1857 sur un vitrail dans la chapelle néo-romane, 1861 sur les communs nord-ouest). [Chapelle (non étudiée) due à l'architecte parisien Aymar Verdier]. Elle le lègue à son tour à l'archevêché de Bourges en 1868. A l'issue de la loi de 1905 de séparation de l'Église et de l'État, le domaine est remis par l'État au département de l'Indre, qui le met à disposition du vicomte de Fontarce en 1920. Il y établit un orphelinat de jeunes filles après une série de travaux, comme la construction d'un vaste orphelinat qui donne forme à la "Fondation Blanche de Fontarce" en 1930 [Nouvelle chapelle de l'orphelinat (non étudiée) due à l'architecte Lemaresquier].

    En 1990, un Foyer d'Accueil Occupationnel (pour des personnes en situation de handicap) est installé au deuxième étage de l'orphelinat. En 2010 un nouveau foyer appelé "Les Écureuils" parachève les aménagements de l'établissement d'assistance et de protection sociale ; il est bâti en vis-à-vis des communs du château dans le respect du projet architectural fondateur emprunt d'un certain style rustique à l'italienne.

    En 1950, une partie des locaux de l'orphelinat Blanche de Fontarce est mise à disposition du Ministère de l'Agriculture pour y installer une école ménagère agricole (remplacée par l'Institut du football régional). A partir de 1963, le Conseil Général de l'Indre baille à l'État les terres du domaine dont une partie est expropriée pour servir la construction d'un lycée sur la parcelle du "Champ du Trésor" au nord de la ferme de la Barrière.

    (Sources : Archives Départementales du Loiret, série 1069 W 82711 et 82713).

  • L'école d'agriculture d'hiver de Châteauroux :

    Le collège et lycée agricole de Touvent succèdent à l'école d'agriculture d'hiver installée à partir de 1941 dans l'asile départemental Saint-Denis, route de Lignières à Châteauroux. Cette école, créée par un arrêté du 9 décembre 1931, est d'abord annexée au lycée de Châteauroux où elle fonctionne jusqu'en 1938.

    A partir de 1951, de nouvelles constructions, édifiées par l'État et le Conseil général, remplacent les baraquements mis à disposition depuis 1945. Des travaux d'agrandissement sont encore exécutés de 1964 à 1966 sous la direction de l'architecte Jacques Barge.

    Cet établissement remplaçait l'école pratique d'agriculture de Clion, à proximité du château de l'Isle-Savary, inaugurée par le ministre de l'agriculture Albert Viger en 1894 et qui avait cessé de fonctionner en 1925.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Loiret. Série 1069W 82734. Touvent, village de l'Enfance. Châteauroux : imprimerie Laboureur, mars 1959.

  • Archives départementales du Loiret. Série 1069W 82713 (Service régional de la formation et du développement agricole). Ministère de l'Agriculture, lycée agricole de Châteauroux, plaquette d’information. Imprimerie Laboureur et Cie de Châteauroux. Février 1971.

  • Archives de la Direction départementale de l'Agriculture et de la Forêt. Cité administrative de l'Indre (Châteauroux). En cours de classement. Lycée agricole de Châteauroux. [1956-1980].

Documents figurés
  • Lycée et collège féminin agricoles de Châteauroux, 1ère tranche, plan masse. Plan n° 921-24, échelle 1/500e, modifié le 4/6/66, Calsat Paris, sept 1965. (Archives de la DDAF. Cité administrative de l'Indre, Châteauroux).

  • Lycée et collège féminin agricoles, Châteauroux (Indre)/ J.-H. Calsat, architecte urbaniste. Plan masse, modification du 14 juin 1967, échelle 1/500e. (Archives de la DDAF. Cité administrative de l'Indre, Châteauroux).

  • Lycée et collège féminin agricoles de Châteauroux, plan masse du pavillon de gardien./ J.H. Calsat, échelle 1/500e, plan 921-104, juillet 1975. (Archives de la DDAF. Cité administrative de l'Indre, Châteauroux).

  • Photographie du lycée de Touvent, vers 1970. Dans Ministère de l'Agriculture, lycée agricole de Châteauroux, plaquette d’information, imprimerie Laboureur et Cie de Châteauroux, février 1971. (Archives départementales du Loiret. Série 1069W 82713).

  • Propriété départementale de Touvent. Plan non daté [ca 1960]. Avec report de la nature géologique des sols.

Bibliographie
  • [Exposition virtuelle, 1999]. SIMONNET, Cyrille (dir.). Biographie de Henri-Jean Calsat. Genève : Institut d'architecture de l'Université de Genève, 1999. [en ligne]. (cf. lien web ci-dessous).

Documents audio
  • ROUSSEAU, Jean-Pierre. Lycée agricole de Châteauroux. Autoprod. [1969]. Film 8 mn (4'20) : muet, coul. [en ligne, cf. lien web ci-dessous].

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Quillivic Claude
Quillivic Claude

Chercheur inventaire Région Centre-Val de Loire depuis 2006.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.