Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chartres : cathédrale Notre-Dame

Dossier IA28000005 réalisé en 1996

Fiche

  • Façade occidentale.
    Façade occidentale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • sacristie
    • chapelle
    • crypte
    • salle capitulaire

Œuvres contenues

Les cathédrales primitives

Clochette de basilique frappée de la Sainte chemise, ancien emblème du chapitre.Clochette de basilique frappée de la Sainte chemise, ancien emblème du chapitre.

L'origine de la cathédrale est auréolée de légendes qui se sont développées plusieurs siècles après sa fondation. L’une d’elles, apparue dans une chronique de 1389, assure que les druides révéraient déjà "une vierge qui devait enfanter" ou Virgini Pariturae, avant l’arrivée des premiers évangélisateurs ; croyance embellie aux 16e et 17e siècles et qui a contribué à renforcer la vénération de la Vierge. Cependant, la dévotion à Notre-Dame était déjà répandue avant le 7e siècle, deux cents ans avant la réception de la relique du Voile de la Vierge, sans qu'il soit possible d’en déterminer la date exacte d’éclosion ni d’établir quand s’instaura l'habitude de venir en pèlerinage à Chartres.

Peintures monumentales (vers 1200) dans la crypte, détail : l'église de Fulbert.Peintures monumentales (vers 1200) dans la crypte, détail : l'église de Fulbert.Au cours du haut Moyen Age, cinq édifices au moins durent se succéder. Dans la seconde moitié du 4e siècle, la présence d'un évêque, Valentin, est attestée : son église est donc déjà établie. Sa première mention date de 743 après sa destruction par les Wisigoths. Elle est de nouveau mise à sac en 858 par les Normands puis en 962. Reconstruite autour de l'An mil, elle reste toutefois un édifice modeste dont seul est conservé le caveau Saint-Lubin, dont le plan et l'orientation ont déterminé l'implantation du sanctuaire de l'actuelle cathédrale.

Après le violent incendie du 7 septembre 1020, l’évêque Fulbert (1006-1028), grand intellectuel de son temps et figure marquante de la cathédrale, lui donne son essor et réédifie le monument grâce à la prodigalité de Robert II le Pieux (vers 972-1031), roi des Francs, et de Guillaume V, duc d’Aquitaine (vers 969-1030). Il en fait un édifice aux dimensions considérables pour l’époque, qui sera dédicacé en 1037 après sa mort. Sous l'église supérieure qui en adopte le plan, s'étend l'immense crypte composée d’une longue galerie en fer à cheval à demi-enterrée et flanquée de chapelles absidales, terminée en 1024. Elle devient le lieu de culte souterrain de la cathédrale où l'on prie une statue de Vierge à l'Enfant, Notre-Dame de Sous-Terre.

Crypte, galerie Saint-Jean-Baptiste (galerie sud).Crypte, galerie Saint-Jean-Baptiste (galerie sud).Après 1134, date d'un nouvel incendie qui détruit une partie de la ville mais endommage peu la cathédrale, une tour indépendante couronnée d'un clocher en bois est ajointe au nord-ouest de la nef ; puis, entre 1142 et 1150, devant l'église de Fulbert, la façade occidentale avec le portail Royal, dont les reliefs et les hautes statues demeurent un chef-d’œuvre de l’art roman, surmonté de trois baies. Une seconde tour (dite clocher Vieux), pourvue d'une flèche en pierre est terminée au sud-ouest de la façade vers 1170.

La cathédrale actuelle

Vue générale prise de l'ouest.Vue générale prise de l'ouest.Après l'incendie de 1194 qui, une fois encore, ravage la cathédrale et la majeure partie de la ville, elle est aussitôt relevée en conservant les éléments antérieurs épargnés : les deux tours, le portail Royal que l’on couronne de la rose du Jugement dernier et de la galerie des Rois, et la crypte sur laquelle est assise la nouvelle église. Les porches sculptés, accolés aux bras nord et sud du transept, viennent achever l’ensemble. Grâce à la volonté de l'évêque Renaud de Mouçon (1182-1217) et du chapitre et à l'affluence des dons, les travaux sont conduits avec célérité et le gros-œuvre est achevé en 1220. Les chanoines prennent possession du nouveau chœur l’année suivante et peuvent envisager quelques années plus tard les premiers aménagements intérieurs. La dédicace solennelle de l’église sous le vocable de cathédrale de l’Assomption de Notre-Dame a lieu le 24 octobre 1260.

Entre 1270 et 1280, l'imposante sacristie est adjointe à l'est du porche nord. A partir de 1323, la salle capitulaire des chanoines est construite hors-oeuvre au sud-est du chevet par Huguet d'Ivry. L'année suivante, le bâtiment qui l'abrite est surélevé d'un niveau pour accueillir la chapelle Saint-Piat, destinée à l'ostentation des reliques du saint, qui font l'objet de dévotions et de pèlerinages anciens. La construction débute vers 1327 (date d'un marché passé pour l'extraction des pierres de Berchères) ou 1335, pour s'achever vers 1356, à l'exception de la tourelle nord ajoutée en 1370. Elle comporte trois travées à l'origine ; une quatrième est ajoutée ainsi qu'un escalier extérieur pour la relier à la cathédrale, grâce à une importante dotation reçue par le chapitre en 1352.

La chapelle Saint-Piat reliée à la cathédrale par l’escalier à gauche ; située à l'étage inférieur, l’ancienne salle capitulaire.La chapelle Saint-Piat reliée à la cathédrale par l’escalier à gauche ; située à l'étage inférieur, l’ancienne salle capitulaire.

En 1417, la chapelle de Vendôme, fondée en 1413 par Louis de Bourbon (1376-1446), comte de Vendôme, après sa libération de captivité, est construite à partir de 1417 par Geoffroy Sevestre entre deux contreforts du bas-côté sud. Le clocher élevé par Jehan de Beauce sur la tour nord (dite clocher Neuf) en remplacement du beffroi en bois construit après 1134 et détruit par un incendie le 26 juillet 1506, est terminé en 1513.

Le dernier événement dramatique marquant est l’ultime incendie déclenché accidentellement le 4 juin 1836 qui détruit la charpente et la toiture en plomb mais les voûtes résistent, occasionnant peu de dommages à l'intérieur. Les travaux de restauration sont achevés en 1841, en partie grâce à une souscription ; la cathédrale reçoit une charpente métallique, en fer et fonte, et une toiture en plaques de cuivre.

Elle est classée Monument historique en 1862 et inscrite par l'UNESCO sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité en 1979. En 1908, la cathédrale est élevée par le Saint-Siège à la dignité honorifique d'Insigne basilique, en raison de l’ancienneté de sa fondation.

Entretien et restauration

Façade occidentale : le portail Royal.Façade occidentale : le portail Royal.La cathédrale constitue un chantier permanent d'entretien et de restauration. La recherche historique conduit également à réaliser des sondages et des fouilles qui débouchent parfois sur des découvertes. Parmi les travaux importants des cinquante dernières années, on peut citer la rénovation de la crypte et de la chapelle de Notre-Dame de Sous-Terre en 1976, la réfection du clocher Neuf (1978-1984), la restauration de la charpente du 19e siècle, terminée en 1997, celles de l'ensemble du porche nord (1997-1999), de la façade sud hors portail (2007-2008) et de la façade occidentale (2008 et 2010-2012).

En parallèle, la restauration et la protection de l'ensemble des vitraux, engagées depuis 1986, se poursuivent toujours. Le dégagement et la restauration des enduits intérieurs d'origine de l'ensemble de l'édifice, qui ont débuté en 2008, devraient être réceptionnés vers 2024. La restauration complète de la clôture de choeur, entreprise depuis 2015, devrait, quant à elle, arriver à son terme en 2022.

La restauration extérieure de la chapelle Saint-Piat et de la salle capitulaire (toiture, façade et vitraux) s'est achevée en 2018. Au cours de l'année 2021 démarreront la restauration intérieure (parements et peintures murales) et le nouvel aménagement du Trésor, déposé depuis 2000.

VocablesNotre-Dame
Parties constituantes non étudiéessacristie, chapelle, crypte, salle capitulaire
Dénominationscathédrale
Aire d'étude et cantonChartres - Chartres-3
AdresseCommune : Chartres
Adresse : 16 cloître
Notre-Dame
Cadastre : 1985 AB 23

La fondation de la cathédrale de Chartres est très ancienne. Au cours du haut Moyen-Age, cinq édifices au moins, dont il ne reste que quelques vestiges, se sont probablement succédé sur l'emplacement de l'actuelle cathédrale. Elle est citée pour la première fois en 743 après sa destruction par les Wisigoths, et à nouveau détruite et reconstruite après les mises à sac de 858 et 962 et l'incendie du 7 septembre 1020.

L'évêque Fulbert (1006-1028) lui donne son essor après ce dernier incendie. La construction d'une crypte en forme de fer à cheval, implantée au-dessus du caveau Saint-Lubin de l'édifice édifié autour de l'An mil, est achevée en 1024 et l'église supérieure est dédicacée en 1037 après la mort de Fulbert. En 1134, une tour indépendante (sorte de campanile) couronnée d'un clocher en bois est élevée au nord-ouest ; puis entre 1142 et 1150, devant l'église de Fulbert, la façade occidentale avec le portail Royal, surmonté de trois baies. Une seconde tour pourvue d'une flèche en pierre est terminée vers 1170.

En 1194, un violent incendie détruit presque entièrement l'édifice à l'exception de la crypte, des deux tours et de la façade occidentales. La cathédrale est immédiatement relevée et, en 1221, les chanoines s'installent dans le nouveau choeur. La consécration a lieu le 24 octobre 1260 sous le vocable de l'Assomption de Notre-Dame.

Entre 1270 et 1280, la sacristie est adjointe sur le flanc nord. En 1323, débute la construction de la salle capitulaire des chanoines, dirigée par Huguet d'Ivry, au sud-est du chevet ; puis au-dessus de celle-ci, entre environ 1327 et 1356, celle de la chapelle Saint-Piat, destinée à accueillir les reliques du saint. A partir de 1417, la chapelle de Vendôme est élevée par Geoffroy Sevestre entre deux contreforts du bas-côté sud de la nef. Le clocher nord conçu par Jehan de Beauce en remplacement du beffroi en bois est terminé en 1513.

L'incendie du 4 juin 1836 détruit la charpente et la toiture en plomb mais l'intérieur de l'édifice est préservé. Les travaux de restauration sont achevés en 1841 et la cathédrale est couverte d'une charpente en fer et fonte et d'une toiture en plaques de cuivre.

Période(s)Principale : 10e siècle, 1ère moitié 11e siècle, 12e siècle, 13e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Secondaire : 14e siècle, 1er quart 15e siècle, 1er quart 16e siècle, 1ère moitié 19e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Dates1000, daté par travaux historiques
1037, daté par source
1150, daté par travaux historiques
1221, daté par source
1260, daté par source
1280, daté par travaux historiques
1323, daté par travaux historiques
1356, daté par travaux historiques
1417, daté par source
1513, daté par source
1841, daté par source
1908, daté par source
Auteur(s)Auteur : Bérenger
Bérenger ( - vers 1050)

Désigné comme "artifex bonus" dans le nécrologe du 11e siècle, il pourrait avoir été le maître d'oeuvre choisi par Fulbert.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Vital
Vital

Architecte de la cathédrale de Chartres dans le premier tiers du 12e siècle (mort un 15 octobre d'une année antérieure à 1130).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : des Carrières Jean
des Carrières Jean

Désigné comme maître-maçon juré de l'oeuvre de la cathédrale de Chartres de 1300 à 1316.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Dagon Simon
Dagon Simon

Maître des oeuvres à la cathédrale de Chartres, cité en 1276.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : d'Ivry Huguet
d'Ivry Huguet

En qualité de maître des oeuvres à la cathédrale de Chartres (1321-1349), il assura la reconstruction de la salle capitulaire à partir de 1323, et aurait suivi les travaux de la chapelle Saint-Piat, repris ensuite par son fils Jean.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : d'Ivry Jean
d'Ivry Jean

Maître des oeuvres à la cathédrale de Chartres (1350-1391), il aurait succédé à son père, Huguet, dans le suivi des travaux de la chapelle Saint-Piat.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Guignart Jean
Guignart Jean

Cité en 1367 en qualité de maître-maçon juré de l'oeuvre de la cathédrale de Chartres.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Auxtabours Jean
Auxtabours Jean

Maître-maçon juré de l'oeuvre de la cathédrale de Chartres de 1369 à 1372, a ajouté en 1370 la tourelle d'escalier nord de la chapelle Saint-Piat.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Labèle Etienne
Labèle Etienne

Maître-maçon juré de l'oeuvre cité en 1390.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Vuatier Laurent
Vuatier Laurent

Laurent Vuatier, maître-maçon juré de l'oeuvre de la cathédrale de Chartres de 1400 à 1416.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Sevestre Geoffroy
Sevestre Geoffroy

Maître-maçon et tailleur de pierre parisien, a construit la chapelle Vendôme de la cathédrale de Chartres, à partir de 1417.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Texier Jehan de , dit(e)
Texier Jehan de , dit(e) ( - 1529)

Jehan Texier dit Jehan de Beauce, mort à Chartres en 1529. est connu dès la fin du 15e siècle et probablement alors établi dans le Maine : un « Jehan Texier, maçon » est cité dans les comptes de la ville du Mans en 1474. Il travaille ensuite à l'abbaye de la Trinité de Vendôme. En novembre 1506, il est appelé à Chartres pour diriger la construction du clocher nord de la cathédrale. Après l'achèvement des travaux en 1513, le chapitre lui confie la conception et la direction des travaux de la clôture de chœur. Il reçoit, en même temps, la commande du pavillon de l'Horloge, situé sur le flanc nord de la cathédrale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source
Auteur : Levasseur Thomas
Levasseur Thomas

A travaillé avec Jehan de Beauce à l'édification du clocher nord de la cathédrale de Chartres à partir de 1506. Il est considéré "comme fort expert en l'art de maçon".


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître des oeuvres de maçonnerie attribution par source

Le gros oeuvre et le pavement intérieur sont en calcaire de Berchères (carrières situées à 10 km au sud-est de Chartres), de couleur beige, qui possède, entre autres qualités, d'être peu poreux, non-gélif et résistant à l'écrasement et aux fortes pressions. Les matériaux de la sculpture monumentale des portails de la façade occidentale et de ceux des bras du transept sont des importations : liais de Paris, calcaire des carrières du Mantois et de Maule (Yvelines), pierre de Vernon-sur-Eure ou de Louviers. Les voûtains sont en tuffeau, la flèche du clocher sud en pierre d'Amprainville (Eure-et Loir).

La façade occidentale, flanquée des deux tours, est percée de trois portails (ou portail Royal) surmontés de trois baies à une lancette, d'une rose et d'une galerie des Rois.

La façade sud est percée de trois portails abrités par un porche saillant sculpté, dont les arcades à gâbles sont séparées par une galerie des Rois discontinue. Au-dessus, la façade est ajourée d'une verrière à cinq lancettes surmontées d'une rose et flanquée de tourelles.

La façade nord adopte la même structure générale que la façade sud, à l'exception de la galerie des Rois.

L'édifice est épaulé par trois niveaux d'arcs-boutants et couvert d'une charpente métallique et d'une toiture constituée de plaques de cuivre qui ont remplacé la charpente en chêne et la toiture en plomb d'origine, détruites lors de l'incendie du 4 juin 1836.

Le clocher Vieux est de plan carré pour les trois premiers niveaux, et octogonal pour le quatrième, qui correspond à la base de la flèche.

Le clocher Neuf est de plan carré pour les trois premiers niveaux de la tour, puis carré et octogonal pour les niveaux du clocher.

L'édifice comporte une avant-nef à deux travées et une nef à trois vaisseaux. Le vaisseau central, sur trois niveaux d'élévation séparés par des bandeaux horizontaux, dont un triforium, est divisé en sept travées par des piliers et des faisceaux de colonnettes s'élançant jusqu'aux voûtes ; les collatéraux comportent six travées. Les travées sont voûtées d'ogives quadripartites, que séparent des arcs doubleaux en arcs brisés.

Le choeur comporte quatre travées rectilignes et sept travées absidiales. Le double déambulatoire est flanqué de cinq chapelles rayonnantes.

La cathédrale est éclairée par un ensemble de 96 baies (52 baies basses et 44 baies hautes) : grande rose, baies à une lancette, à deux lancettes et un oculus, à deux lancettes et une rose, à cinq lancettes surmontées d'une grande rose.

La crypte prend la forme d'une longue galerie en fer à cheval, voûtée d'arêtes et flanquée de chapelles rayonnantes, reliant les tours nord et sud.

La chapelle de Vendôme, éclairée par une verrière à quatre lancettes et tympan à ajours, a été ménagée hors oeuvre entre deux contreforts du collatéral sud.

La sacristie est une vaste salle rectangulaire, en saillie à l'est du porche nord, communicant par un couloir avec le déambulatoire et éclairée par trois baies.

La chapelle Saint-Piat, élevée au sud-est du chevet, comporte quatre travées éclairées par sept baies, et est reliée au déambulatoire par un escalier droit bâti sur une arche, à l'origine à l'air libre, maintenant couvert et vitré sur ses parois. A l'étage inférieur, la salle capitulaire, isolée à l'origine, est composée de trois travées éclairées par quatre baies étroites. Le bâtiment est accosté de deux tourelles d'environ 5 mètres de diamètre, aux angles nord-est et sud-est.

Murscalcaire grand appareil
Toitcuivre en couverture
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée, élévation ordonnancée sans travées
Couverturesflèche en maçonnerie toit à deux pans
flèche polygonale
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
vitrail
Représentationsvie du Christ, vie de la Vierge, personnage biblique, personnage profane, saint, Evangéliste, Apôtre, roi, ange, ornement végétal, acanthe, ornement animal
Précision représentations

Les portails et porches sont entièrement sculptés de reliefs sur les tympans, linteaux, trumeaux et voussures, et présentent des statues-colonnes dans les ébrasements.

Façade occidentale. Portail occidental dit portail Royal. Portail de l'Apocalypse au centre, portail de l'Ascension au nord, portail de l'Incarnation au sud. La galerie supérieure déroule une suite de seize statues de rois de France, héritiers des rois de Juda, placées sous des arcatures trilobées. Le pignon est orné d'une Vierge à l'Enfant encadrée par deux anges et, à sa pointe, du Christ Glorieux.

Bras sud du transept. Protégés par des porches qui en prolongent le programme sculpté : portail du Jugement Dernier au centre, portail des Confesseurs à l'est et portail des Martyrs à l'ouest. La galerie supérieure offre une suite discontinue de dix-huit statues de rois placées sous de hauts dais pyramidaux.

Bras nord du transept. De même protégés par des porches : portail du Triomphe de la Vierge au centre, portail de l'Incarnation à l'est, portail de l'Ancien Testament à l'ouest.

Les culées des arcs-boutants de la nef portent des statues d'évêques placées dans des niches.

Le clocher de la tour sud ou clocher Vieux est à décor d'écailles ; la flèche de la tour nord ou clocher Neuf est de style Gothique flamboyant.

A l'intérieur de l'édifice, les chapiteaux des colonnes et des piles offrent une ornementation végétale (feuilles d'eau nervurées terminées en bouton, feuilles de chêne) ; un chapiteau à décor de basilics affrontés surmonte l'arcade d'accès à la salle basse de la tour nord. Les chapiteaux des tours et du revers de la façade occidentale sont ornés de feuilles d'acanthe.

Édifice majeur de l'architecture gothique. Emploi systématique des arcs-boutants, sculpture des porches et des portails, ensemble remarquable de vitraux.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesvaisseau, élévation, voûte, charpente métallique, clocher, flèche, porche, portail, crypte, baie, choeur, clôture de choeur, trésor
Protectionsclassé MH, 1862
Précisions sur la protection

Classement sur la liste de 1862.

Inscription en 1979 par l'UNESCO sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G ; 130-2920. Clergé séculier avant 1790. Chapitre Notre-Dame de Chartres.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G-supplément ; 3621-8406. Clergé séculier avant 1790. Fabriques.

  • Archives départementales d’Eure-et-Loir. Série V ; 54-62 (entretien et gros travaux An X – 1908). Cultes depuis 1800. Chartres, cathédrale.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série Fi ; Vues de monuments et Collection Jusselin. Cartes, plans et documents iconographiques.

  • Archives diocésaines. Diocèse de Chartres.

  • Archives Nationales. Série S ; 3244. Biens des Établissements religieux supprimés. II. Évêchés, abbayes et établissements religieux hors Paris. Chapitre de Chartres. Titres de propriété. 1267-1777.

  • Bibliothèques de Chartres. Ms. 29. PINTARD, Alexandre (1633-1708, chanoine de Chartres). Histoire chronologique de la ville de Chartres.

Bibliographie
  • Avertissement

    La bibliographie concernant la cathédrale de Chartres est monumentale et sans cesse renouvelée par de nouvelles recherches : citer l'ensemble des titres existants relève du pari improbable. Le parti retenu fut de dresser la liste des ouvrages qui se sont avérés indispensables à l’étude au moment de l'enquête d'inventaire. La bibliographie présentée ici n'a pas été remise à jour ; la dernière référence citée date de 2003.

  • ABDUL-HAK, Selim. La Sculpture des porches du transept de la cathédrale de Chartres. Paris : Boccard, 1942.

  • ASSIER, Alexandre. Notre-Dame de Chartres. Paris : Dumoulin, s.d..

  • AUBERT, Marcel. La Cathédrale de Chartres. Grenoble : Arthaud, 1957.

  • AUBERT, Marcel. Le Portail royal et la façade occidentale de la cathédrale de Chartres, essai sur la date de leur exécution. Paris : SFA, 1942.

  • AUBOUIN, Michel. Une Histoire de la Beauce. Chambray-lès-Tours : C.L.D., 1995.

  • BARBIER DE MONTAULT, Xavier. Annales archéologiques fondées par Didron Aîné, continuées par Edouard Didron, tome XXVIII. Paris : Librairie archéologique de Didron, 1881.

  • BEAUHAIRE, Joseph. Chronologie des évêques, des curés, des vicaires et des autres prêtres de ce diocèse depuis les temps les plus reculés. Châteaudun, Paris, 1892.

  • BUISSON, P., BELLIER DE LA CHAVIGNERIE, P.. Tableau de la ville de Chartres en 1750. Chartres : SAEL, 1896.

  • BULTEAU, Marcel. Description de la cathédrale de Chartres. Chartres, 1850.

  • BULTEAU, Marcel. Monographie de la cathédrale de Chartres. Chartres : R. Selleret, 3ème édition, 1887-1901, 3 volumes.

  • BULTEAU, Marcel. Petite monographie de la cathédrale de Chartres. Chartres : Garnier, 1872.

  • CHALLINE, Charles. Recherches sur Chartres, transcrites et annotées par un arrière-neveu de l’auteur (1596-1678). Chartres : SAEL, 1918.

  • CHAPUY, Nicolas et JOLIMONT, Théodore de. Vues pittoresques de la cathédrale de Chartres, et détails remarquables de ce monument. Paris : Engelmann, 1828.

  • CHÉDEVILLE, André. Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècles). Paris : Klincksieck, 1973, Chartres, 1991, réédition.

  • CHÉDEVILLE, André (dir.). Histoire de Chartres et du pays Chartrain. Toulouse : Privat, 1983.

  • CHEVARD, Vincent. Histoire de Chartres et de l'ancien pays chartrain. Chartres : Durand-Le Tellier, An X (1801), 2 tomes.

  • CLERVAL, Alexandre. L'Ancienne Maîtrise de Notre-Dame de Chartres. Chartres, 1899.

  • CLERVAL, Alexandre. Chartres, sa cathédrale, ses monuments. Chartres : R. Selleret, 1896.

  • CLERVAL, Alexandre. Les Écoles de Chartres du Moyen Age. Paris : Picard, 1895, 1994, réédition.

  • CLERVAL, Alexandre. Guide chartrain, Chartres, sa cathédrale, ses monuments. Chartres, 1927.

  • CLERVAL, Alexandre. Notre-Dame de Chartres. Abbeville : Paillard, s.d..

  • CLERVAL, Alexandre. Petite Histoire de Notre-Dame de Chartres ( d’après les quatorze gravures du Triomphe de la Sainte Vierge dans l’église de Chartres, dessinées par N. de Larmessin en 1697). Rennes : F. Simon, 1908, p. 57-61.

  • CLERVAL, Alexandre et MERLET, Lucien. Manuscrit Chartrain du XIe siècle (Fulbert évêque de Chartres, martyrologe, nécrologe, et pièces liturgiques). Chartres : SAEL, 1893.

  • COLOMBIER, Pierre du. Les Chantiers des cathédrales. Paris : Picard, 1973.

  • COULOMBEAU, Maurice. Chartres, l'âme de la cathédrale. Paris : Desclée de Brouwer, 1933.

  • COULOMBEAU, Maurice. Les Richesses spirituelles de Chartres. Chartres, 1926.

  • DANIEL-ROPS. Le Porche du Dieu fait homme. Paris : Plon, 1952.

  • DAUSSY, Pascal. La Cathédrale de Chartres : féerie de lumière. Chartres, 1955.

  • DELAPORTE, Yves. Manuscrits enluminés de la Bibliothèque de Chartres (reproduction d’œuvres aujourd’hui détruites). Chartres, 1929.

  • DELAPORTE, Yves. Notre-Dame de Chartres. Paris : Hachette, 1957.

  • Diocèse de Chartres. Programme des fêtes qui seront célébrées à l’occasion du Jubilé de Notre Dame de Chartres. Chartres : Garnier, 1855.

  • DOUBLET, Nicolas. Pouillé du diocèse de Chartres. Chartres, 1738.

  • DOUBLET DE BOISTHIBAULT, François-Jules. La Cathédrale de Chartres. Chartres : Labalte, 1838.

  • DUBOSCQ, Bernadette, MOULINIER, Pierre. Églises, chapelles et temples de France : un bien commun familier et menacé. État et utilisation des lieux de culte. Paris : La Documentation française, 1987.

  • DURAND, Paul. Monographie de Notre-Dame de Chartres. Paris, 1881.

  • ERLANDE-BRANDENBURG, Alain. Chartres. Paris : Robert Laffont, 1986.

  • ERLANDE-BRANDENBURG, Alain. La Cathédrale. Paris, 1989.

  • FAVIER, Jean. L’Univers de Chartres. Paris : Bordas, 1988.

  • Fêtes mariales Chartres, Trente et un mai-six juin mil neuf cent vingt sept. Chartres : Maison des œuvres diocésaines, 1927.

  • FOCILLON, Henri. Art d'Occident. Paris : Armand Colin, 1938.

  • GINZBERG, Louis. The Legends of the Jews, 1909-1938. 7 volumes traduits de l’anglais par Gabrielle SED-RAJNA (Les Légendes des Juifs). Paris : Ed. du Cerf/Institut Alain de Rothschild, 1997-2003.

  • GOBILLOT, René. La Cathédrale de Chartres. Melun, 1914.

  • GRODECKI, Louis. Chartres. Paris : Draeger et Verge, 1963.

  • HARSCOUËT, Mgr Raoul. La Cathédrale de Chartres. Paris, 1934.

  • HOUVET, Étienne. Cathédrale de Chartres (planches photographiques des portails). Chartres : Houvet, 1926, 5 volumes.

  • HOUVET, Étienne. La Cathédrale de Chartres. Chartres, s.d., 5 tomes en 7 volumes.

  • HUYMANS, Joris-Karl. La Cathédrale. Paris : Stock, 1898, 1989, réédition.

  • JAMES, John. Chartres, les Constructeurs. Chartres : SAEL, 1977-1982, 2 tomes.

  • JAMES, John. Les Maîtres constructeurs de Chartres. Chartres : Jean-Michel Garnier, 1991.

  • JOLIMONT, Théodore de. Notre-Dame de Chartres. Chartres : Noury-Coquart, 1857.

  • JOLY, Roger. Histoire de Chartres. Paris : Horvath, 1982.

  • KATZENELLENBOGEN, Adolf. The Sculptural programs of Chartres cathedral. Baltimore : John Hopkins Press, 1959.

  • LACOUR, Jacques. Chartres : Églises et chapelles. Chartres : SAEL, 1985.

  • LASSUS, Jean-Baptiste. Monographie de la cathédrale de Chartres. Architecture, Sculpture d’ornement et peinture sur verre avec Atlas de 72 planches (1842-1875). Explication des planches par Paul DURAND, 1881.

  • LENIAUD, Jean-Michel. Les Cathédrales au XIXe siècle (étude du service des édifices diocésains). Paris : Économica, 1993.

  • LÉPINOIS, Eugène de. Histoire de Chartres. Chartres, 1854-1858, 2 volumes, 1976, réédition.

  • LÉPINOIS, Eugène de, MERLET, Lucien. Cartulaire de la cathédrale de Chartres. Chartres : Garnier, 1862-1865, 3 volumes.

  • LEVIS-GODECHOT, Nicole. Chartres. La Pierre-qui-Vire : Le Zodiaque, 1987.

  • MALE, Émile. L’Art religieux du XIIe siècle en France. Paris : Armand Colin,1953.

  • MALE, Émile. L’Art religieux du XIIIe siècle en France. Paris : Armand Colin, 1948, réédition.

  • MALE, Émile. Notre-Dame de Chartres. Paris : Hartmann, 1948, Flammarion, 1994, réédition.

  • MAUNOURY, Jean. Chartres. Paris : CNMHS, 1950.

  • MERLET, Lucien. Cartulaire de Notre-Dame de Chartres. Chartres : Garnier, 1862-1865, 3 volumes.

  • MERLET, Lucien. Cérémonies publiques à Chartres pendant le XVIIIe siècle. Chartres, 1887.

  • MERLET, René. La Cathédrale de Chartres. Paris : H. Laurens, 1942.

  • MERLET, René. La Cathédrale de Chartres. Collection Petite monographie des grands édifices de la France. Paris : H. Laurens, 1909.

  • MERLET, René. La Cathédrale de Chartres et ses origines, à propos de la découverte du puits des saints-Forts. Paris : E. Leroux, 1902.

  • MÉTAIS, Charles. Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Chartres, 1897. (Archives du diocèse de Chartres, tome I)

  • MÉTAIS, Charles. Les Architectes et la construction des cathédrales de Chartres. Dans Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Chartres, 1908, tome IV, p. 105-161.

  • MEULEN, Jan van der, HOYER, Rüdiger et COLE, Deborah. Chartres Cathedral, Sources and Literary interpretation. A critical bibliography. Boston : G. K. Hall and Co, 1989.

  • MILLER, Malcolm. La Cathédrale de Chartres. Londres : Pitkin Ed., 1988.

  • PINSARD, Michel (dir). La Grâce d'une cathédrale - Chartres. Paris : La Nuée Bleue, 2013.

  • PRACHE, Anne, LAUTIER, Claudine. Lumières de Chartres. Paris : Jean-Claude Lattès, 1989.

  • PRACHE, Anne. Notre-Dame de Chartres, Image de la Jérusalem céleste. Paris : CNMHS/CNRS, 1993.

  • PRACHE, Anne, JOUANNEAUX, Françoise. Chartres, la cathédrale Notre-Dame. Paris : Ed. du Patrimoine, 2000.

  • PROVOST, Abbé. Notice historique sur Mgr Louis-Eugène Regnault, évêque de Chartres. Chartres, 1889.

  • ROBREAU, Bernard. Les Miracles de Notre-Dame de Chartres - Recherches sur la structure. Chartres : SAEL, 1994.

  • ROUILLARD, Sébastien. Parthénie ou Histoire de la Très-Auguste et Très-Dévote Église de Chartres dédiée par les vieux druides en l’honneur de la Vierge qui enfanteroit. Paris, 1609.

  • SABLON, Vincent. Histoire de l’auguste et vénérable église de Chartres. Orléans : F. Hottot, 1671 (1ère édition), Chartres : René Bocquet, 1683 (2ème édition).

  • SAINSOT, Gustave. Rétablissement du Grand-Séminaire de Chartres en 1922. Chartres. (Archives du diocèse de Chartres, tome XXIII, pièces détachées,4e série)

  • SCHWOB, René. Le Portail royal (cathédrale de Chartres). Paris : Grasset, 1931.

  • SEVRIN, Ernest. Un Évêque militant et gallican au XIXème siècle, Mgr Clausel de Montals. Chartres, 1955.

  • SOUCHET, Jean-Baptiste. Histoire du diocèse et de la ville de Chartres. Chartres : SAEL, 1867-1876, 4 volumes.

  • Souvenirs de la Fête solennelle de Sainte-Enfance célébrée à la cathédrale de Chartres. Chartres : F. Dubois, 1860.

  • THIERS, Jean-Baptiste. Dissertation sur les porches. Orléans : Hortot, 1679.

  • VILLETTE, Jean. Les Portails de la cathédrale de Chartres. Chartres : Jean-Michel Garnier, 1994.

  • VIOLLET-LE-DUC, Eugène. Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle. Paris : Bance-Morel, 1854 à 1868. Paris : F. de Nobele, 1967 (nouvelle édition). Tome III, p. 468-470.

  • [Exposition. Reims, Palais du Tau, 29 juin-2 décembre 2001]. 20 siècles en cathédrales. Paris : Monum/Ed. du Patrimoine, 2001, p. 426.

Périodiques
  • BIZEAU, Pierre. L’Apport des archives diocésaines. Mémoires de la SAEL, n° 18, Chartres, octobre 1988, p. 35-36.

  • BONAMI, Charles, Pierre-Augustin-Bernardin de Rosset de Rocozels de Fleury (1717-1780), évêque de Chartres. Mémoires de la SAEL, n° 80, Chartres, 1er trimestre 1980, p. 87-101.

  • BOUYSSOU, Marc. Histoire chronologique de la ville de Chartres par Alexandre PINTARD (1633-1708) (extraits d'une transcription de manuscrit du XVIIe s.), seconde partie : description de la ville de Chartres et de ses dépendances, diocèse de Chartres. Mémoires de la SAEL, XXXV-3, supplément au bulletin n° 110, 4e trimestre 2011, p. 113.

  • DELAPORTE, Yves. L’Assomption dans la liturgie chartraine. La Voix de Notre-Dame de Chartres, Chartres, 1950, p. 98-104.

  • DELAPORTE, Yves. Notes sur la fête de la dédicace de Notre-Dame de Chartres. La Voix de Notre-Dame de Chartres, Chartres, 1920.

  • DELAPORTE, Yves. L’Ordinaire chartrain du XIIIème siècle. Mémoires de la SAEL, tome XIX, Chartres, 1952-1953, p. 1-71.

  • DELAPORTE, Yves. Remarques sur la chronologie de la cathédrale de Chartres. Mémoires de la SAEL, tome XXI, Chartres, 1957-1961, p. 299-320.

  • DI MATTEO, Colette. Le portail royal de Chartres : de la copie à la consolidation. Monuments historiques, n° 138, avril-mai 1985, p. 70-76.

  • GRODECKI, Louis. Chronologie de la cathédrale de Chartres. Bulletin Monumental, n° 116, Paris, 1958, p. 91-119.

  • HOYER, Rüdiger. Documents primordiaux de l’archéologie chartraine : les plus anciens plans connus de la cathédrale Notre-Dame. Mémoires de la SAEL, supplément n° 19, 4e trimestre 1988, p. 1-57.

  • JOLY, Roger. Permanence des structures antiques dans la cathédrale de Chartres. Bulletin de la SAEL, n° 6, Chartres, 4ème trimestre 1985, p. 1-18.

  • JOSEPH, Geneviève. La Guerre dans le pays chartrain (1400-1450). Mémoires de la SAEL, n° 19, Chartres, 4ème trimestre 1988, p. 15-29.

  • JUSSELIN, Maurice. Décisions canoniques de Nicolas Bonnet, évêque du département d’Eure-et-Loir, 1791-1792. Mémoires de la SAEL, tome XXI, Chartres, 1954-1957, p. 321-324.

  • JUSSELIN, Maurice. Dernières recherches sur les traditions de l’église de Chartres. Mémoires de la SAEL, tome XV, Chartres, 1915-1921, p 100-116.

  • JUSSELIN, Maurice. La cathédrale de Chartres au XVIème siècle. Mémoires de la SAEL, n° 47, Chartres, 4ème trimestre 1995, p. 1-26.

  • JUSSELIN, Maurice. La Maîtrise de l’œuvre à Notre-Dame de Chartres. La fabrique, les ouvriers et les travaux du XIVe siècle. Mémoires de la SAEL, tome XV, Chartres, 1915-1921, p. 233-347.

  • JUSSELIN, Maurice. Les Epidémies à Chartres au XVIème siècle. Mémoires de la SAEL, tome XX, Chartres, 1954-1957, p. 107-125.

  • JUSSELIN, Maurice. Le Palais épiscopal de Chartres et sa chapelle au temps de Mgr de Fleury. Mémoires de la SAEL, tome XVIII, Chartres, 1947-1951, p.77-121.

  • LACOUR, Jacques. Quelques dates sur les effets de la Révolution en Eure-et-Loir. Mémoires de la SAEL, n° 18, Chartres, octobre 1988, p. 3-4.

  • LANORE, Maurice. Reconstruction de la façade de la cathédrale de Chartres au XIIe siècle. Revue de l’Art chrétien, 1899.

  • LASTEYRIE, Ferdinand de. Age de la façade occidentale de la cathédrale de Chartres, ou Portail Royal. Mémoire lu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, janvier 1900.

  • LAURENT, Jean. Chartres : le cloître Notre-Dame, observations archéologiques. Mémoires de la SAEL, n° 14, Chartres, 4ème trimestre 1987, p. 5-12.

  • LE BRUN, Jacques. Paul Godet des Marais, évêque de Chartres (1648-1709). Mémoires de la SAEL, tome XXIII, Chartres, 1965, p. 47-78.

  • LECOCQ, Adolphe. La Cathédrale de Chartres et ses Maîtres-de-l’œuvre. Mémoires de la SAEL, tome VI, Chartres, 1876, p. 396-479.

  • LECOCQ, Adolphe. Notice historique et archéologique de l’église Notre-Dame de Chartres. Mémoires de la SAEL, tome IV, Chartres, 1867.

  • LEFEVRE-PONTALIS, Eugène. Les Façades successives de la cathédrale de Chartres au XIe et au XIIe siècles. Mémoires de la SAEL, tome XIII, Chartres, 1901-1904.

  • LEFEVRE-PONTALIS, Eugène. Les Architectes et la construction des cathédrales de Chartres. Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, tome LXIV, Paris, 1905.

  • MAYEUX, Albert. Étude sur l’abside de la cathédrale de Chartres. Mémoires de la SAEL, tome XIII, Chartres, 1901-1904.

  • MERLET, Lucien. Comptes de l’œuvre de la cathédrale de Chartres en 1415-1416. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1889 (tiré à part).

  • MERLET, Lucien. Lettres de saint Yves. Mémoires de la SAEL, tome VIII, Chartres, 1885.

  • RENARD, Abbé. Les Insignes canoniaux de l’ancien chapitre de Notre-Dame de Chartres. Mémoires de la SAEL, tome X, Chartres, 1896, p. 92-110.

  • SAINSOT, Gustave. La Cathédrale de Chartres pendant la Terreur. Mémoires de la SAEL, tome IX, Chartres, 1889, p. 86-106, 142-253, 279-331.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Jouanneaux Françoise