Logo ={0} - Retour à l'accueil

Carielle : ferme, actuellement maison (1 Les Bergereaux)

Dossier IA36007008 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéeslogement, grange, étable, cour, puits, toit à porcs, cellier, four
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonParc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
AdresseCommune : Martizay
Lieu-dit : La Carielle
Adresse : 1 les Bergereaux
Cadastre : 2016 ZS 50 ; 1812 D 295, 296
Précisions

La ferme est nommée et figurée sur la carte de Cassini (vers 1760). Le plan cadastral de 1812 montre quatre bâtiments répartis autour d’une cour (alors quasiment fermée). Le bâtiment d’habitation actuel a été rénové et agrandi en 1993. Comme on le voit sur une photographie avant travaux, il était composé d’un logement (ouest) et d’une étable à vaches. La partie logement a certainement été transformée en 1866 (matrices cadastrales). Il pourrait s’agir de la reconstruction du bâtiment ou de la construction d’une extension au delà du mur-pignon ouest (la cuisine semble effectivement se trouver à l’ouest d’un ancien mur-pignon).

Le logement ouest situé dans le bâtiment au sud de la cour possède une charpente datée par dendrochronologie de 1449-1450. Étant remaniée, nous ignorons si elle provient d'un bâtiment qui a précédé l'actuel et quand elle a pu être remontée. Il est toutefois possible, compte tenu des caractères morphologiques du bâtiment, que cette intervention ait eu lieu à la fin de l’Époque moderne ou au début de l’Époque contemporaine. Le logement oriental, quant à lui, a été modifié plus récemment (fin du 19e/début du 20e siècle).

La grange a fait l’objet d’une rénovation à la fin du 20e siècle : sa façade (élévation ouest) a été percée de deux fenêtres vers 1990. Le bâtiment peut être daté par la typologie de sa charpente d'entre la fin du 17e et le milieu du 19e siècle.

Le bâtiment ouest qui abritait un logement et des étables a été abattu vers 2010. ll était composé d’un logement et d’étables. Sa toiture en tuile plate était pourvue de croupes.

Sur les photos anciennes, on voit qu’il existait deux toits à porcs (un seul conservé aujourd’hui) à proximité du puits dont la partie haute (couverture en appentis) n’était pas encore complètement détruite.

Période(s)Principale : limite 17e siècle 18e siècle, 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle, 3e quart 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Principale : milieu 15e siècle , (?)
Dates1449, datation par dendrochronologie
1450, datation par dendrochronologie
1866, daté par source

Cette ancienne ferme à cour fermée comprend trois bâtiments principaux : au nord-est, un logement, à l’est, une grange et, au sud-ouest, deux anciens logements accolés à un four.

Elle compte également un toit à porcs et un puits. Les accès des bâtiments sont placés dans les murs gouttereaux. Les toitures, à longs pans et à pignons couverts (sauf pour celle de la grange qui est à croupes), sont en tuile plate (et en tuile mécanique pour le bâtiment sud-ouest).

Le logement principal, orienté nord-ouest/sud-est, est en rez-de-chaussée. Il est implanté sur une légère pente. Les murs, partiellement enduits, sont à moellons de calcaire. Il a été remanié. Le logement d’origine, en partie ouest du bâtiment d’habitation, est divisé en deux pièces (dont peut-être un ancien cellier). Une porte a été condamnée. Un placard mural est logé dans la façade côté cour.

Au sud de la cour, les anciens logements (sans communication entre eux), orientés nord-ouest/sud-est, sont en rez-de-chaussée surélevé et à pièce unique, chacune munie d’une cheminée partiellement engagée dans son mur-pignon. Les murs à enduit partiel sont très majoritairement en moellons de grès.

L’entrée du logement ouest présente un arc en anse de panier. Une étagère extérieure orne le mur de façade. Le plafond du logement a des solives traversantes ; en fait, les entraits de huit fermes de charpente dont deux fermes maîtresses. La charpente d'origine était à chevrons-formant-fermes (certainement à fermes-maîtresses et fermes secondaires). Elle a été remaniée, comme en témoignent de nombreuses mortaises orphelines et des négatifs d'assemblage, et remontée à une date ultérieure. Son état actuel est de type à chevrons-formant-fermes, avec faux-entraits à encoches intérieurs en about et poutres longitudinales faisant office de pannes.

A l’est de la cour, la grange à accès en mur gouttereau possède une toiture, à hautes croupes, en tuile plate. Ses murs, partiellement enduits, sont en moellons de grès et de calcaire tendre. Sa charpente est à chevrons-formant-fermes avec entrait de fermette portée par deux jambes-de-force avec "pannes intérieures".

Mursgrès moellon enduit partiel
calcaire moellon enduit partiel
Toittuile plate, tuile mécanique
Étagesrez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
toit à longs pans croupe
appentis
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Rapport d'expertise dendrochronologique (la Carielle, Martizay). Archéolabs. 2018. ARC 18/R4286D.

    Rapport d'expertise dendrochronologique (la Carielle, Martizay).

    Archéolabs. 2018. ARC 18/R4286D.

    Présentation générale :

    Cet ensemble comprend un logis oriental et un logis occidental en rez-de-chaussée, séparé par un mur en refend, grenier compris. Le logis ouest a un plafond de solives qui sont les entraits des fermes. Les solives sont numérotées arbitrairement depuis l’ouest, de même que les fermes qui correspondent. La charpente est remaniée et les éléments ont de nombreuses mortaises orphelines ou négatifs d’assemblage. Dans l’état actuel, elle est de type à chevrons-portant-fermes avec poutres longitudinales latérales reposant sur des encoches en about des faux-entraits. Il y a 8 fermes dont deux fermes-maîtresses avec poinçon montant du faux-entrait. Les éléments architecturaux en place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, les 31 janvier et 1er février 2018.

    Datations :

    LOGIS OUEST

    éch. 1 RC, solive 3 : se rattache à 1449 ou 1450

    éch. 2 RC, solive 4 : se rattache à 1449 ou 1450

    éch. 3 RC, solive 5 : 1448/1449 (automne/hiver)

    éch. 4 RC, solive 7 : se rattache à 1449 ou 1450

    éch. 8 ferme 3, chevron sud : 1449/1450 (automne/hiver)

    éch. 9 ferme 5, chevron sud : 1448/1449 (automne/hiver)

    éch. 10 ferme 6, chevron sud : 1448/1449 (automne/hiver)

    éch. 11 ferme 7, chevron sud (petite section) : 1449/1450 (automne/hiver)

    éch. 12 ferme 7, chevron nord : 1448/1449 (automne/hiver)

    éch. 13 ferme 8, chevron nord (petite section) : se rattache à 1449 ou 1450

    éch. 14 ferme 6, chevron nord : se rattache à 1449 ou 1450

    éch. 15 ferme 6, faux-entrait : se rattache à 1449 ou 1450

    LOGIS EST

    éch. 5 poutre centrale : non daté

    éch. 6 solive d'enchevêtrure nord : non daté

    éch. 7 solive boiteuse : non daté

    Interprétation :

    D’après les résultats obtenus, Les éléments analysés du logis occidental forment un ensemble homogène issu d’arbres abattus en 1449 et 1450. Aucune corrélation n’a été obtenue entre les trois bois prélevés du logis oriental, ni avec les référentiels locaux ou régionaux.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales de Martizay. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de diminution.

Documents figurés
  • Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury. Levée vers 1754-1766.

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Martizay, terminé en 1812, sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur, par M. Desarroton, géomètre du cadastre. (Archives départementales de l'Indre ; 3 P 113).

Bibliographie
  • DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique (ferme de la Carielle, Martizay). Archéolabs. 2018. ARC 18/R4286D.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Benarrous Renaud