Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bourg : manoir dit Bois-Ramé (5 bis mail Victor Hugo)

Dossier IA37005455 réalisé en 2014

Fiche

AppellationsBois-Ramé
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCanton de Bléré
AdresseCommune : Bléré
Lieu-dit : Adresse : 3 rue, du Général de Gaulle, 5 bis mail
Victor Hugo
Cadastre : 2014 AE 239, 242, 243, 248

Bois Ramé constituait un ancien fief relevant du fief Gentil à Bléré, également nommé fief Jean Marques qui lui-même relevait du château d’Amboise. La première construction du logis passe pour remonter au 15e siècle mais des aménagements importants eurent lieu au cours du premier quart du 16e siècle. En 1523, Guillaume de Seigne, seigneur de Bois-Pataud, trésorier de l’artillerie du roi possède le fief de Bois Ramé qu'il tient de Thomas Bohier, seigneur de Chenonceau, à foi et hommage simple. En 1526, le fief passe à son fils Jehan de Seigne. Le fief longeait les murs et les fossés de la ville (actuel mail Victor Hugo), la route d'Amboise à Loches et la grande rue des Foires, disposition qu'il a encore partiellement conservée malgré la complexification du parcellaire. D'abord inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1925, le manoir a été classé en 1929.

Période(s)Principale : 15e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 1er quart 16e siècle

Le logis, de plan rectangulaire, construit en pierre de taille de tufeau de moyen appareil, comprend un étage carré et un étage de comble. Le rez-de-chaussée et l'étage sont divisés en deux grandes pièces par niveau, séparées par un corridor et desservies par un grand escalier en vis, en pierre en tuffeau, situé dans une tourelle hors-œuvre. On accède à la chambre haute dite "chambre des nourrices" par un escalier en vis logé dans une tourelle en encorbellement, dont le cul de lampe et le surplomb sont remarquablement ouvragés. Dans la cour bordant le mail, un pavillon de plan carré a été conservé.

Murstufeau pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
toit polygonal
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
Précision représentations

L'abondant décor porté sur les culs de lampes de la tour d'escalier et de la tourelle en surplomb rassemble une grande variété de motifs issus du répertoire ornemental de la première Renaissance : rang par rang, les corps de moulures se superposent et font se succéder tresse, oves et dards, chapelet de grains alternant avec un ruban, feuilles plates en quinconce ou non, frette et festons.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1929/04/16
Précisions sur la protection

Parcelles AE 243 et 248.

Références documentaires

Documents figurés
  • Direction régionale des affaires culturelles, Région Centre-Val de Loire ; Conservation régionale des monuments historiques. Plan du rez-de-chaussée et de la tourelle du second étage. Non signé non daté.

Bibliographie
  • CARRE de BUSSEROLLE, Jacques-Xavier. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : impr. de Rouillé-Ladevèze, 1883.

  • CHEVALIER, abbé. Archives royales de Chenonceau. Pièces historiques relatives à la châtellenie de Chenonceau sous Louis XII, François 1er et Henry II, publiées pour le 1ère fois d'après les originaux et avec une introduction par M. l'Abbé C. Chevalier. Paris : J. Techener librairie, 1864.

    p.82

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Lainé Martine

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.