Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bourg : église paroissiale Saint-Christophe

Dossier IA37005292 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Voir

L’hétérogénéité architecturale de l’église de Bléré résulte de l’histoire complexe de sa construction, fruit de la réunion de deux églises distinctes séparées par une ruelle, elle-même couverte en deux phases. D’abord inscrite Monument historique le 12 juin 1926, l’église a été classée le 7 août 1941.

Selon Grégoire de Tours, une première église aurait été fondée dans le vicus de Briotreide par saint Brice, quatrième évêque de Tours, au 5e siècle. L’église, détruite en 838 par les Normands, fut reconstruite. La première mention de cette nouvelle église dédiée à Saint-Christophe figure dans une charte de l’évêque Théotolon en faveur de l’abbaye de Saint-Julien, datée de 939. Une bulle du pape Célestin II confirma le rattachement de l’église de Bléré à cette abbaye en 1144.

Vue d'ensemble des trois pignons, à l'ouest.Vue d'ensemble des trois pignons, à l'ouest.Le vaisseau nord de l’église actuelle - qui en compte trois - correspond à la première église Saint-Christophe. Le pignon ouest a conservé l’essentiel de son parement en petit appareil de moellons dont la partie supérieure garde la trace des rampants primitifs situés plus bas que les rampants actuels. Ce mur constitue la plus ancienne partie visible de l’église et date vraisemblablement du 11e siècle. La nef initiale était contemporaine de ce pignon mais on ignore comment elle s’achevait à l’est.

Le chœur, édifié au cours du 12e siècle, comprend une travée barlongue qui supporte le clocher, ouvrant sur une abside semi-circulaire. Le chevet en pierre de taille, percé de trois baies en plein cintre, est couronné d’une corniche à modillons orné de têtes humaines et de monstres. Au nord de la nef, deux chapelles ont été ajoutées : celle ouvrant sur le chœur, dite chapelle Gonzalve d’Ars, est couverte d’une voûte d’ogives à cinq branches et date de la seconde moitié du 15e siècle. Gonzalves d'Ars, huissier d'armes du roi, d'origine espagnole et naturalisé français en 1451 était capitaine de la ville de Bléré à partir de 1443. L'autre chapelle, édifiée au début du XVIe siècle pour Florimond Fortier, ouvre sur la première travée de la nef et abrite aujourd’hui les fonts baptismaux. Florimond Fortier, officier royal, était seigneur de Fossebesse et de Resnay ; sa fille Claudine épousa Guillaume de Seigne en 1508.

Le vaisseau sud qui correspond à la deuxième église, dédié à l’origine à Sainte-Agnès, est certainement aussi ancien que la nef de Saint-Christophe, mais il a été transformé à la fin du 12e siècle ou au début du 13e siècle. Là encore, les traces d’appareil les plus anciennes se voient au pignon ouest, associées à celles de baies en plein cintre. A la fin du 12e siècle ou au cours du 13e siècle, cette église a été reconstruite ; il en reste aujourd’hui les deux travées occidentales, couvertes de voûtes d’ogives bombées à huit quartiers sur plan carré ; un départ de voûte visible à l’intérieur indique que l’édifice se prolongeait à l’est.

Vue du vaisseau dit nef Saint-Christophe à gauche et de la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul à droite. Vue du vaisseau dit nef Saint-Christophe à gauche et de la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul à droite. Entre ces deux églises (initialement Saint-Christophe au nord et Sainte-Agnès au sud) à l’emplacement d’une ruelle, Pierre Bérard, seigneur de Bléré, fit édifier pour lui-même et pour sa femme, Jeanne Chérité, une chapelle funéraire en 1464-1465. Constituée de deux travées, celle de l’est abritant l’enfeu où l’on voit de nos jours la Piéta de Louis Bory, elle se termine par un chevet plat percé d’une grande baie flamboyante. Avant la fin du 15e siècle, le reste de la ruelle fut voûté, en lien avec cette chapelle et en ménageant des arcades latérales dans les nouvelles travées, de manière à faire communiquer toutes les parties de l’édifice.

Vue d'ensemble à l'est.Vue d'ensemble à l'est.Le clocher octogonal date de la fin du 12e ou du début du 13e siècle. La chambre des cloches, éclairée par 8 baies en arc brisé, est coiffée d’une flèche pyramidale en pierre de taille où quatre petites lucarnes placées à la base indiquent les points cardinaux ; avant restauration, les trous de boulin ayant permis son édification étaient bien visibles, comme à Courçay.

En 1892, sur les plans de l’architecte Dubois, d’importantes campagnes de travaux transformèrent la nef Saint-Christophe. La destruction, au nord de la nef, d’un bâtiment qui abritait une halle pour le marché au blé, logé entre la chapelle des fonts et la chapelle d’Ars, permit d’ouvrir deux nouvelles baies tandis que le mur fut épaulé par deux contreforts. Pour remplacer la fausse-voûte lambrissée de la nef, on construisit de nouveaux piliers en pierre de taille (pierre de Pontlevoy pour les socles, pierre de Bourré pour les fûts) de manière à supporter trois voûtes en brique sur structure métallique, donnant l’illusion d’une voûte d’ogives en pierre. Pour les construire, trois clés de voûte octogonales en fonte permettent d’assembler des arceaux de fer espacés de 5,5 cm de manière à recevoir les briques qui constituent le fourrage des nervures. Des tubes en fer furent prévus pour laisser passer les cordes des lustres. L’ensemble, recouvert d’un enduit à faux-joint, imite un appareil en pierre.

En 1938, plusieurs bâtiments situés aux abords près du chevet furent détruits, démolitions poursuivies ensuite progressivement au cours du 20e siècle, et notamment en 1992 afin de dégager complètement l’église. Une importante campagne de restauration et d’entretien est conduite sur tout l’édifice entre 1986 et 1995.

VocablesSaint-Christophe
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCanton de Bléré
AdresseCommune : Bléré
Adresse : 5 place
de la Libération
Cadastre : 2016 AC 303 ; 1826 E1 264
Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 15e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'église actuelle résulte de l'adjonction de plusieurs bâtiments réunis de manière à former un seul édifice.

Vaisseau nord de la nef de trois travées voûtées en brique sur structure métallique débouchant sur un chœur à abside semi-circulaire éclairée par trois baies en plein cintre. Pignon ouest du vaisseau nord ayant conservé un petit appareil en moellons et percé d'une porte surmontée d'une baie à remplage en arc brisé. Au nord, chapelle d'Ars couverte d’une voûte d’ogives à 5 branches et chapelle des fonts baptismaux, dite Florimond Fortier, couverte d’une voûte d’ogives à nervures moulurées en tore s’interrompant pour former un caisson plat rectangulaire au centre.

Portail du vaisseau central de la nef à moulures prismatiques surmonté d'une baie à remplage en arc brisé ouvrant sur deux travées voûtées d'ogives, elles-mêmes débouchant sur deux travées étroites terminées par un chevet plat percé d'une grande baie flamboyante.

Vaisseau sud comprenant deux travées couvertes de voûtes d'ogives bombées ; pignon ouest ayant conservé les arcs bouchés d'un premier portail en plein cintre, d'un second portail surmonté d'un gâble (bûché) et de baies en plein cintre (bouchées).

Murscalcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toitpierre en couverture
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Couvrements
voûte d'ogives bombée
voûte d'ogives, en brique

Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans noue
flèche en maçonnerie flèche polygonale

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1941/08/07

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 709. Fondation et dotation de quatre chapelains, en 1464, par Pierre Bérard, seigneur de Bléré, pour desservir la chapelle de Saint-Pierre, qu’il avait fait construire en l’église dudit Bléré.

  • Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 709. Décret de l’archevêque de Tours, approuvant ladite fondation (de la chapelle de Saint-Pierre) en 1465.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 J 218. Titre de collation pour servir la chapelle Sainte-Agnès de l'église Saint-Christophe de Bléré, 1583 (en latin).

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 027/1 M 19. Procès-verbal de réception définitive des travaux de couverture exécutés pour la sacristie et la halle de Bléré par le sieur Tellier Théodore. 15 octobre 1850.

Documents figurés
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 27/15. Projet de reconstruction des voûtes. 1875.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 27/15. Plan de la grande nef, du transept et de l'abside. 1892.

Bibliographie
  • DEYRES, Marcel. Belles églises de Touraine. Ed. C.L.D., 1979.

    p. 80-84
  • LESUEUR, Frédéric. L'église de Bléré. In : Congrès archéologique de France, Tours, 1948, p. 213-220.

    p. 213-220
  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Floch éditeur, 1971, 5e édition. (1ère édition Tours, 1930).

  • ZADORA-RIO, Élisabeth (dir.). Des paroisses de Touraine aux communes d'Indre-et-Loire : la formation des territoires. 34e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France. Tours : FERACF, 2008. 304 p.

    p.49

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Lainé Martine

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Legros Alexandra
Legros Alexandra

Historienne de l'art.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.