Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bourg de Mézières-en-Brenne

Dossier IA36008945 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsbourg
Aire d'étude et cantonParc naturel régional de la Brenne - Mézières-en-Brenne
AdresseCommune : Mézières-en-Brenne
Lieu-dit : Bourg
Cadastre : 1836 ; 2004

Le bourg gallo-romain a été construit de l'autre côté de la Claise ainsi que la première église. Puis le château a été construit sur la rive actuelle. Un château a été construit par les seigneurs de Brenne au 11e siècle, dont le premier mentionné est Gilbert ou Gerbert de Brenne en 1012. Le château fut installé sur une hauteur protégée par la Claise, qui fut aménagée afin d'en renforcer la défense. Le site choisi était à l'écart de l'agglomération de Subtray. Il ne reste rien du château primitif, mais l'organisation de la ville est marquée par l'organisation initiale du castrum. Au début du 16e, les descriptions notent que le castrum a un plan en ellipse, et des douves de 8 m de large environ, alimentées par un bief de la Claise. L'enceinte des fossés couvre environ 1 ha. Il reste aujourd'hui un bâtiment du 15e siècle avec une tour d'escalier et quelques tours d'enceinte.

Au début du 18e siècle, le château comportait un corps de logis principal à un grand escalier de pierre extérieur en forme de fer à cheval, un deuxième corps de logis, séparé du précédent par un escalier de pierre à un seul noyau qui desservait également la tour des archives composée de trois étages, puis suivait un portail qui servait d'entrée au château avec grand et petit pont-levis, et qui possédait une lanterne avec cloche et horloge, un grand pavillon carré ou donjon à quatre étages avec mâchicoulis par le dehors et un escalier de pierre de taille en dedans, une tour à trois étages, un bâtiment de communs avec pressoir, cuviers et deux écuries, un colombier ou fuye, enfin un autre bâtiment placé entre deux tours. Le tout entourait une cour pavée en son pourtour où s'élevait au centre la chapelle Saint-Léonard. Donjon et lanterne couverts en ardoise, le reste en tuile. Moulin banal au pied du château. Le château fut démembré peu après 1833 et en 1839 la commune acquit la partie principale des bâtiments, les jardins et les fossés de l'ancien château. Au 11e siècle est construite la chapelle Saint-Martin, annexe de l'église paroissiale de Subtray. En 1339, Alix de Brabant fonde l'église collégiale et séculière Sainte-Marie-Madeleine et Saint-Michel, en dehors de l'enceinte du château et de la vieille ville. Sur la Place du Marché, il y avait les halles. Elles sont actuellement situées dans le parc de la Garenne, à la sortie du bourg route de Châtillon.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le bourg de Mézières-en-Brenne possède encore les traces du château ; dans les tours restantes et dans la forme de la rue de l'Ouest et de la rue du Four. De la vieille ville de Mézières ont également subsisté des demeures des 15e et 16e siècles (comme le logis de la Guillotière). Ces bâtiments ont également été transformés au 19e siècle par le rajout de façades à grandes fenêtres à encadrement en pierre de taille, de toits couverts en ardoise, etc. Ceci est visible principalement autour de la Place du Général de Gaulle et est l'une des principales caractéristiques du bourg de Mézières-en-Brenne.

On peut également noter la présence de quelques demeures des 17e ou 18e siècles autour de la maison du trésorier du chapitre située au sud de l'église. C'est ainsi que se dégagent deux pôles plus anciens : celui à partir du château (Place Jean Moulin) et de la Place du Général de Gaulle et celui autour de l'église. Puis le bourg s'est développé au 19e siècle vers le nord, notamment avec la création de la rue A. et E. Plateaux et du quartier au nord de cette rue. La partie nord de la rue de l'Ouest est construite juste au bord du ruisseau, certaines habitations ont des latrines qui donnent au-dessus de l'eau. Vers l'est, la rue du Bout du Monde est occupée par des logements ouvriers comme au Paray, à la sortie sud du bourg. Les constructions se sont ensuite développées le long des axes routiers, rejoignant parfois quelques habitations isolées à l'origine et à vocation agricole (à la Courtillère, la Caillauderie par exemple).

Murscalcaire
enduit
enduit partiel
moellon
Toittuile plate, ardoise, tuile mécanique

Références documentaires

Documents figurés
  • Mézières-en-Brenne. Vue du canal, vers 1904. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1904]. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6453).

  • Mézières-en-Brenne. La rue du bout du monde. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). s.d. (Archives départementales de l'Indre 48 J 4 B 6383).

  • Mézières-en-Brenne, La rue du bout du monde, vers 1908. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1908]. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6381).

  • Mézières-en-Brenne. Vue générale du bourg, vers 1910. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1910]. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6371).

Bibliographie
  • DU POUGET, Marc, PECHERAT, René, MONTIGNY, Arnaud de (dir.), TREZIN, Christian (collab.). Châteaux, manoirs et logis : l'Indre. Chauray : Ed. Patrimoines et Médias, 1999.

    p. 162-163
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Rodon Estelle