Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bourg de Martizay

Dossier IA36007442 réalisé en 2018

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsbourg
Aire d'étude et cantonParc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
AdresseCommune : Martizay
Lieu-dit : Bourg

L’occupation archéologique la plus significative remonte à l’Antiquité. Dès le milieu du 19e siècle, Martizay est un lieu "où l’on rencontre chaque jour des tombes anciennes et des débris de murailles", notamment à Saint-Romain (Voisin, 1874). Cet important site paraît s’étendre sur plusieurs hectares dans l’ouest du bourg, de part et d’autre de la rue de Verdun et à sa sortie, notamment à proximité du cimetière communal. Les multiples fouilles, conduites entre 1946 et 2014, ont livré les vestiges d’un habitat antique, certainement une villa, implantée à partir de la fin du Ier siècle av. J.-C. (Gomendy et al., 1948 ; Coulon, 1973, 2001 ; Soubrier, Marquet, 1979 ; Provost et al., 1992). Parmi les aménagements de confort mis au jour, citons de nombreux fragments de peintures murales du Haut-Empire (reconstituées et valorisées, depuis 2009, dans le musée archéologique de Martizay, installé dans les anciennes dépendances du presbytère).

Une partie du site devient une nécropole à inhumations au début du haut Moyen Age. Sur les dizaines de sarcophages trapézoïdaux exhumés à partir du 19e siècle, seuls quelques-uns ont été conservés (au musée de Martizay notamment). Par ailleurs, la fin du haut Moyen Age est représentée dans la partie orientale du bourg, aux "Quatre Chemins" où un puits-dépotoir a livré de la céramique carolingienne.

L’existence de l'église paroissiale (et certainement du bourg) est seulement attestée à partir du 13e siècle, cependant son vocable (Étienne) suggère une origine plus ancienne, peut-être du haut Moyen Age (Péricard, 2004). Du fief primitif de Martizay, seuls sont connus ses supposés seigneurs au 12e et au début du 13e siècle. Il disparaît au plus tard au milieu du 13e siècle, certainement absorbé par les châtellenies voisines et riveraines de la Claise, de Mézières-en-Brenne et de Preuilly. Son chef-lieu est inconnu même si la tradition situe l’ancien "château" à l’emplacement du pâté de maisons au nord de la place de l’Église.

Le bourg, à l’Époque moderne, fait partie de "l’enclave du clocher", territoire tourné vers le pays coutumier de Touraine (contrairement aux deux autres enclaves martizéennes de pays poitevin (cf. dossier de présentation de la commune). Au temporel, la "prévôté" de Martizay, dont la juridiction inclut le bourg, semble entre les mains des seigneurs de Mézières au moins depuis 1400 (Archives nationales ; P 356/2).

Du point de vue de la morphologie urbaine, la place de l’Église a, jusqu’au milieu du 19e siècle, un rôle polarisant dans l’organisation du bourg (cf. extrait du plan cadastral de 1812). Au début de l'Époque contemporaine, la partie orientale du bourg est bien plus développée que l’ouest, encore quasi-dépourvue de constructions. Le bâti semble alors aggloméré autour de la place de l’Église et de la rue du Pont. Toutefois, il s’égraine aussi le long de la route de Mézières (actuelle rue de la Poste jusqu’à la "Lyonnerie") et du "chemin des bœufs" (actuelles rue du Stade et rue Joseph Chichery).

La création au cordeau de la "grant route de Blois" (actuelles RD 975 et rues de l’Europe et du Pont), vers 1835, et le réaménagement, au milieu du 19e siècle, de la route de Preuilly à Mézières (actuelle RD 18), d’axe est-ouest, vont modifier la trame viaire et l’implantation urbaine en redéfinissant la traversée nord-sud et en déplaçant le centre de gravité du bourg vers l’ouest. Une partie du bâti bordant la route de Preuilly est ainsi détruite, dans l’alignement de la rue du Pont. Assez vite, fermes, hôtels, maisons, ateliers et cafés-restaurants s’alignent à la nouvelle route régionale.

Le même essor urbain touche la route de Preuilly (actuelle rue de Verdun) alors également réaménagée. Cette voie longe, par le sud, le nouveau foirail de Martizay, créé dans les années 1810. Les constructions se multiplient en bordure du chemin qui le contourne (actuelle rue du Champ de Foire). La gendarmerie s’y installe en 1885, le nouveau groupe scolaire, en 1956, puis la caserne des pompiers.

La route de Mézières (actuelle rue de la Poste) reste attractive en accueillant les principaux bâtiments publics : les deux écoles communales, la mairie et le bureau de poste (qui donne son nom à la rue) vers 1908.

Le cimetière paroissial puis communal de Martizay est déplacé plusieurs fois. Au Moyen Age central, il est localisé à proximité de l’église, certainement sur une partie de sa place (Cuneau 2008 in Benarrous 2009). Au début du 19e siècle, il se trouve à l’emplacement de la place du 8 mai 1945 (ancien « mail » et « square du Bosquet »). Il est transféré en 1813, dans une parcelle à l’angle du nouveau foirail, nouvellement créé) et de la route de Preuilly (future rue de Verdun). Vers 1899, il est déplacé à son emplacement actuel laissant la place à un square où est érigé, en 1922, le monument aux morts.

Dans la seconde moitié du 20e siècle, l’axe nord-sud traversant le bourg devient prépondérant avec l’intensification du trafic routier. La nouvelle mairie s’y installe en 1991 ainsi que la dernière caserne des pompiers. L’écart du Bout du Pont, sorte d’extension du bourg au sud de la Claise prend son essor le long de la RD 975 : des silos agricoles sont notamment construits près de la ferme du Pilori. L’aménagement urbain prend, dans cet écart, la forme de lotissements (Rochevreux/Bout du Pont).

Période(s)Principale : Antiquité, Moyen Age, Temps modernes, Epoque contemporaine

Le bourg de Martizay est implanté dans la vallée de la Claise, au nord de la rivière, sur la plus étendue des terrasses alluviales. Il prend son origine autour de l’église, près du site du pont et bénéficie du carrefour de deux axes routiers importants traversant le territoire communal, la RD 18 et la RD 975. Assez développé, le bâti s’organise autour de la place de l’Église, de celle du 8 mai 1945, du Champ de foire et le long des axes principaux (rues de Verdun, de la Poste, du Stade, de l’Europe, J. Chichery et du Pont). Des constructions anciennes bordent aussi d'étroites ruelles au sud de la place de l’Église : le chemin de la Pousse Pénille, les rues du Musée et des Dames.

152 oeuvres architecturales ont été inventoriées dont 85 maisons (dont des maisons à boutiques) et 26 fermes (ou anciennes fermes).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales Martizay ; fonds non classé. Voirie - rues, chemins, routes.

  • Archives départementales de l'Indre, 2 O/113. Martizay, administration communale.

  • Archives nationales ; série P : 356-2. Aveu et dénombrement de la seigneurie de Mézières-en-Brenne et de l'Isle-Savary. 7 octobre 1400.

  • Archives du musée archéologique de Martizay. Notes de travail, études et correspondance de J.-L. Soubrier et de C. Gomendy. Sans dates (1950-1980).

Documents figurés
  • Martizay (Indre). Arrivée d'Azay-le-Ferron. [c. 1910]. Carte postale. (Collection privée).

  • Vue aérienne du bourg de Martizay depuis le sud-ouest. [c.1960]. Photographie. (Collection privée).

  • Vue aérienne du bourg de Martizay depuis le nord. [c.1960]. Photographie. (Collection privée).

  • Vue aérienne du bourg de Martizay depuis le nord. [c.1950]. Photographie. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). La rue de Mézières. [c. 1910]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay. Le Clocher, un Coin de la Place de l’Église. [c. 1924]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Le Mail et route de Preuilly. [c. 1905]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Place de l’Église. [c. 1905]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). La Gendarmerie. [Premier quart du 20e siècle]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Le Champ de Foire - Allée des Ormeaux. [c. 1935]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Route du Blanc. [c.1920-1930]. Carte postale. (Collection privée).

  • MARTIZAY (Indre). Traverse du Bourg et route du Blanc. [1908] : Guérin-Gerbier, coiffeur. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1908]. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Le Bosquet et la rue du Pont. [c.1930]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Le rue du Pont. [c.1950]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay (Indre). Route du Blanc (vue prise sur le Pont). [c.1911]. Carte postale. (Collection privée).

  • Le champ de foire. [S.l.] : Guérin Gerbier coiffeur. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1908]. (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 113/1).

  • Groupe scolaire de Martizay. (Vers 1960, musée archéologique du Martizay).

  • Le mail et la route de Preuilly. [S.l.] : Guérin Gerbier coiffeur. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1908]. (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 113/7).

  • La route de Mézières. [S.l] : Guérin Gerbier coiffeur. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). s.d. (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 113/6).

  • Martizay. La Place. Côté Nord. [c. 1908]. Carte postale. (Collection privée).

  • Martizay. Place. [c. 1904]. Carte postale. (Collection privée).

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Martizay, terminé en 1812, sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur, par M. Desarroton, géomètre du cadastre. (Archives départementales de l'Indre ; 3 P 113).

Bibliographie
  • BENARROUS, Renaud. Rapport d'activité (2009). Étude archéologique et historique du canton de Tournon-St-Martin (Commune de Martizay). Orléans : SRA Centre, 2010.

  • COULON, Gérard. La Brenne antique. Tours : Gibert-Clarey, 1973, 108 p.

  • COULON, Gérard. Quand la Brenne était romaine. Joué-lès-Tours : Alan Sutton, 2001, 128 p. (réédition - PNR Brenne et association touristique de Néons-sur-Creuse - revue et augmentée en 2014, 160 p.).

  • PROVOST, Michel, COULON, Gérard, HOLMGREN, Jean. Carte archéologique de la Gaule, l'Indre. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres, 1992, 240 p.

  • VOISIN, F. Statistique historique et monumentale de l'arrondissement du Blanc. Tours : Bouserez, 1874.

Périodiques
  • GOMENDY, Charles, SOUBRIER, Jean-Louis. Périodes gallo-romaine et mérovingienne. Cahiers Historiques de Martizay (Indre), 1948, n°1 (réédition 1999).

  • GOMENDY, Charles. Assemblées d'habitants de la paroisse de Martizay aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cahiers Historiques de Martizay (Indre), 1954, n°2 (réédition 1974-77).

  • GOMENDY, Charles, SOUBRIER, Jean-Louis, MOURY, Jean. Images d'hier et d'aujourd'hui -le bourg-. Cahiers Historiques de Martizay (Indre), 1960, n°5 (réédition 1976).

  • SOUBRIER, Jean-Louis, MARQUET, Jean-Claude. Site archéologique de Saint-Romain. Cahiers Historiques de Martizay (Indre), 1979, n°8.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Benarrous Renaud